Toute la Droite
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en ...
Voir le deal

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

4 participants

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  livaste Ven 26 Sep - 7:29

Crise financière - "Le marché tout puissant, c'est fini"

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.
Parmi les points abordés par le chef de l'Etat : la nécessité d'encadrer les rémunérations des dirigeants avec à la clé, la menace d'une loi.
- le 25/09/2008 - 23h08




Lors d'une réunion publique jeudi à Toulon, le président Nicolas Sarkozy a dévoilé ses priorités économiques dans un contexte tendu par la tempête financière mondiale. Point par point, les mesures évoquées par le chef de l'Etat.

Vaincre cette peur qui empêche d'entreprendre

La crise économique et financière aura un impact "dans les mois qui viennent sur la croissance, sur le chômage, sur le pouvoir d'achat" des Français, a affirmé Nicolas Sarkozy."Dire la vérité aux Français, a expliqué le chef de l'Etat, c'est leur dire que la crise n'est pas finie, que ses conséquences seront durables, que la France est trop engagée dans l'économie mondiale pour que l'on puisse penser un instant qu'elle pourrait être à l'abri des événements qui sont en train ni plus ni moins que de bouleverser le monde." "Dire la vérité aux Français, c'est leur dire que la crise actuelle aura des conséquences dans les mois qui viennent sur la croissance, sur le chômage, sur le pouvoir d'achat", a-t-il poursuivi. Il avait auparavant estimé que les Français étaient "prêts à entendre" la vérité. Evoquant la "peur" qui "empêche d'entreprendre", il a affirmé qu'il fallait "vaincre cette peur".

Garantir la continuité du système bancaire

"C'est un engagement solennel que je prends ce soir. Quoi qu'il arrive, l'Etat garantira la sécurité et la continuité du système bancaire et financier français", a déclaré Nicolas Sarkozy. "Si elles (les banques) devaient êtres mises en difficulté par la spéculation, je n'accepterais pas qu'un seul déposant perde un seul euro parce qu'un établissement financier se révèlerait dans l'incapacité de faire face à ses engagements", a-t-il ajouté. "Les épargnants qui ont eu confiance dans les banques, dans les compagnies d'assurance, dans les institutions financières de notre pays ne verront pas leur confiance trahie. Ils ne payeront pas pour les erreurs des dirigeants et l'imprudence des actionnaires", a insisté le chef de l'Etat. "Je le dis avec la même détermination: si les difficultés actuelles devaient entraîner une restriction du crédit qui priverait les Français et les entreprises, en particulier les PME, des moyens de financer leurs investissements ou d'assurer leur trésorerie, l'Etat interviendrait pour que ces financements puissent être assurés", a-t-il poursuivi. "Il le ferait pour éviter que par un engrenage fatal l'économie privée de financements s'enfonce durablement dans la récession", a ajouté Nicolas Sarkozy.

Réglementer les banques

Il faut "réglementer les banques pour réguler le système. Car les banques sont au coeur du système", a dit le chef de l'Etat. "La crise devrait amener à une restructuration de grande ampleur de tout le secteur bancaire mondial" pour "imposer aux banques de financer le développement économique plutôt que la spéculation", a-t-il poursuivi. "Compte tenu de ce qui vient de se passer et de l'importance de l'enjeu pour l'avenir de notre économie, il va de soi qu'en France l'Etat y jouera un rôle actif", a-t-il assuré.

Pas d'austérité

Nicolas Sarkozy s'est engagé à prendre des mesures pour soutenir la croissance économique si elle venait à reculer fortement et durablement. Il a estimé que les mesures déjà prises ont permis à la France de mieux résister à la crise que d'autres pays. "Mais si l'activité venait à reculer fortement et durablement, je n'hésiterai pas à prendre les mesures nécessaires pour la soutenir", a-t-il déclaré. "La crise appelle à accélérer le rythme des réformes, en aucun cas à l'arrêter ou à la ralentir", a-t-il ajouté. "Dans la situation où se trouve l'économie, je ne conduirai pas une politique d'austérité parce que l'austérité aggraverait la récession. Je n'accepterai pas des hausses des impôts et des taxes qui réduiraient le pouvoir d'achat des Français." Nicolas Sarkozy s'est également engagé à ne pas augmenter les charges qui pèsent sur les entreprises.

Etendre le bonus-malus écologique

Nicolas Sarkozy a confirmé l'extension progressive du principe de bonus-malus écologique à d'autres produits que l'automobile, sans toutefois fixer de calendrier. Il a par ailleurs assuré que toutes les conclusions du Grenelle de l'environnement seraient mises en oeuvres. "La pollution et le réchauffement climatique menacent l'avenir de la planète. Chacun va devoir faire des efforts", a-t-il souligné. La raréfaction des ressources naturelles va contraindre les Français à "produire autrement" et "consommer différemment". Pour répondre à ce "défi écologique", la fiscalité est un outil "indispensable", a-t-il dit. Le principe incitatif du bonus-malus écologique qui "permet de gagner des années dans le changement des modes de consommation" sera étendu "progressivement" et "dans la concertation" à de nouveaux produits.

"Encadrer" les modes de rémunération des dirigeants et opérateurs

"Je n'hésite pas à dire que les modes de rémunération des dirigeants et des opérateurs doivent désormais être encadrés. Il y a eu trop d'abus, trop de scandales", a déclaré le chef de l'Etat. "Ou bien les professionnels se mettent d'accord sur des pratiques acceptables, ou bien le gouvernement de la République règlera le problème par la loi avant la fin de l'année", a-t-il ajouté. Les dirigeants "ne doivent pas pouvoir prétendre à un parachute doré lorsqu'ils ont commis des fautes ou mis leur entreprise en difficulté", a-t-il dit. Ils ne doivent pas non plus "avoir le statut de mandataire social et bénéficier en même temps des garanties liées à un contrat de travail". "Ils ne doivent pas recevoir d'actions gratuites. Leur rémunération doit être indexée sur les performances économiques réelles de l'entreprise", a-t-il poursuivi. "Et si les dirigeants sont intéressés au résultat, ce qui est une bonne chose, les autres salariés doivent l'être aussi, car eux aussi contribuent à la richesse de l'entreprise", a-t-il dit. "S'ils ont des stocks options, les autres salariés doivent en avoir aussi ou à défaut bénéficier d'un système d'intéressement".

Sanctionner les responsables de la crise financière internationale actuelle

"Les responsabilités doivent être recherchées et les responsables de ce naufrage sanctionnés au moins financièrement", a indiqué le président de la République. "L'impunité serait immorale, a-t-il poursuivi. On ne peut pas se contenter de faire payer les actionnaires, les clients et les salariés les plus modestes en exonérant les principaux responsables". "Ce serait ni plus ni moins qu'une injustice de grande ampleur", a-t-il affirmé. Le 23 septembre à l'ONU à New York, il avait lancé: "qui est responsable du désastre? Que ceux qui sont responsables soient sanctionnés et rendent des comptes et que nous, les chefs d'Etat, assumions nos responsabilités".

Remettre à plat le système financier et monétaire mondial

"Je suis convaincu que le mal est profond et qu'il faut remettre à plat tout le système financier et monétaire mondial, comme on le fit à Bretton Woods après la Seconde Guerre mondiale, afin de créer les outils d'une régulation mondiale que la globalisation et la mondialisation des échanges rendent désormais nécessaire", a-t-il lancé. "Quand les banques centrales font tous les jours toute la trésorerie des banques et quand le contribuable américain s'apprête à dépenser mille milliards de dollars pour éviter la faillite généralisée, il me semble que la question de la légitimité des pouvoirs publics à intervenir dans le fonctionnement du système financier ne se pose plus!", a déclaré Nicolas Sarkozy.

Remettre en ordre les monnaies
"La remise en ordre du système financier ne serait pas complète si en même temps on ne cherchait pas à mettre un terme au désordre des monnaies", a-t-il déclaré. Pour le chef de l'Etat, la monnaie est au "coeur de la crise financière comme elle est au coeur des distorsions qui affectent les échanges mondiaux". Il a notamment évoqué la sous-évaluation du yuan et du dollar. Nicolas Sarkozy a de nouveau jugé nécessaire que les chefs d'Etat et de gouvernement des principaux pays concernés se réunissent avant la fin de l'année pour tirer les leçons de la crise financière et coordonner leurs efforts afin de rétablir la confiance- une idée qu'il avait lancée mardi de la tribune des Nations unies à New York.

La réforme de la taxe professionnelle "ne sera pas différée"

"La France ne s'en sortira pas en investissant moins mais en investissant plus", a-t-il dit. "C'est la raison pour laquelle désormais de nouveaux investissements seront exonérés de la taxe professionnelle qui les pénalise", a-t-il poursuivi. "Une grande concertation sera organisée avec les collectivités locales pour que soit trouvée une ressource de remplacement qui ait moins d'effets nocifs sur l'économie", a poursuivi M. Sarkozy. "Si nous arrivons à diminuer le nombre d'échelons territoriaux, alors nous pourrons poser clairement la question de la disparition à terme de la taxe professionnelle", a indiqué le chef de l'Etat. "Moins d'échelon c'est moins d'impôt, plus d'échelon c'est plus d'impôt!", a-t-il lancé.

bien , maintenant , on attend de voir , il ne suffit pas de promettre il faut aussi passer à l'acte !

Au passage je ne vois pas ce que vient faire le couplet sur l'extension du malus écologique dans tout ça , cela devient de l'obsession , !
Et surtout ,est ce que quelqu'"un peut croire qu'une taxe supplémentaire appliquée , en France , sur tous les objets courants , va contribuer à ralentir le réchauffement de la planète , ça va surtout refroidir le pouvoir d'achat des Français et satisfaire l'égo surdimensionné de borloo !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  shimmy Ven 26 Sep - 7:36

En tous cas, lui, il ne souffrira pas trop de la crise : salaire, avions......
shimmy
shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 78
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Georges Ven 26 Sep - 8:05

"Le marché tout puissant, c'est fini"

Alors là j'ai des doutes. Je vois mal Sarkozy proposer une loi qui nuierait à ces amis milliardaires.
Sarkozy nous a fait un constat, mais ça nous l'avions fait également. Pour de réelles mesures, ont attend et on risque d'attendre longtemps. Une fois la crise passée, car elle passera, les spéclateurs et les financiers continueront leur petite cuisine au détriment des population les plus pauvres, ce qui evidemment augmentera l'immigration. Un discours de plus pour rien.

Georges
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Masculin Nombre de messages : 2950
Age : 74
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  livaste Ven 26 Sep - 8:11

moi j'ai du mal , Georges, à croire que ses bonnes intentions " françaises " puissent s'imposer au monde entier!

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Invité Ven 26 Sep - 9:43

apparement le Medef serait d'accord pour supprimer les parachutes dorés ...

sinon, les bonus malus ne sont pas des taxes mais un ajustement de prix selon que le produit est polluant ou pas .ca permet de faire au final des économies.
(ce n'est pas comme la taxe pique-nique ou couche-culotte ).

sinon, sarko avait deja tenu ce discours de balayerles parachutes dorés et ce , pendant sa campagne présidentielle !
ce n'est pas parce qu'on a des amis milliardaires qu'on se doit de fermer les yeux sur un pdg minable qui fait couler la boite sous sa responsabilité et le laisser empocher des millions en partant .

réguler les banques et mettre des limites , c'est il me semble normal pour autant ce n'est pas la peine de vouloir tout renationaliser comme le souhaiterai l'extrème gauche ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Invité Ven 26 Sep - 10:03

Le Mouvement des entreprises de France (Medef) propose la suppression des parachutes dorés, ces indemnités de départ versées aux dirigeants de sociétés, qui font l'objet de polémiques récurrentes. La présidente de l'organisation patronale, Laurence Parisot, l'a annoncé, jeudi 25 septembre sur France-Inter, au lendemain d'un entretien à l'Elysée avec Nicolas Sarkozy.


La porte-parole des patrons apporte ainsi de l'eau au moulin du président. La veille au soir, lors de l'examen du projet de loi sur les revenus du travail, des députés de gauche et de droite, dont le socialiste Jean-Pierre Balligand et l'UMP Frédéric Lefebvre, avaient saisi le gouvernement de différents projets d'amendement visant à mieux encadrer les rémunérations des patrons. La loi TEPA du 21 août 2007 sur le travail, l'emploi et le pouvoir d'achat avait déjà contraint les sociétés cotées à être plus transparentes sur les indemnités promises à leurs dirigeants et à les subordonner davantage à des critères de performance de l'entreprise. Lors de l'examen du projet de loi de finances pour 2008, un amendement visant à plafonner à un million d'euros la somme maximale qu'une entreprise peut déduire de son impôt sur les sociétés (IS) au titre des parachutes dorés avait été voté contre l'avis du gouvernement, avant d'être finalement retiré en commission mixte-paritaire.

La présidente du Medef n'a pas dissimulé le fait que la suppression des parachutes dorés, préconisée par le comité éthique du Medef, posait des problèmes juridiques et elle a indiqué que cette mesure, non rétroactive, s'appliquerait "à partir de maintenant". Mme Parisot souhaite "le plus vite possible" une réunion exceptionnelle du "G8" des patrons européens, pour essayer de définir - ce qui sera difficile - une position commune sur les parachutes dorés.

La responsable patronale s'est aussi déclarée favorable à l'examen de l'ensemble du "package" des dirigeants d'entreprise (bonus, stock-options etc.). "On ne peut pas définir un plafond maximal de toutes les rémunérations", a-t-elle indiqué, tout en précisant qu'elle "n'acceptait pas" qu'il puisse y avoir des rémunérations élevées en cas d'échec.


Le salaire des patrons est un sujet de débats dans plusieurs pays européens. En Allemagne, le SPD et la CDU pourraient présenter ensemble, courant octobre, des propositions visant à mieux encadrer les stock-options. Le premier ministre britannique Gordon Brown a émis, mercredi, en plein congrès travailliste, des réserves sur les bonus des financiers qui "ne devraient pas dépendre de coups purement spéculatifs et court-termistes". Aux Pays-Bas, le gouvernement souhaite plafonner les salaires des grands patrons et vient de décider d'imposer, à hauteur de 30 %, les parachutes dorés supérieurs à un an de salaire et à 500 000 euros.

Claire Guélaud (avec correspondants européens)

http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/09/25/le-medef-propose-de-supprimer-les-parachutes-dores_1099426_3234.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Invité Ven 26 Sep - 15:14

Là où on croit rêver, c'est que ce même Sarkozy envisage quand même de dépénaliser le droit des affaires! Encore une fois, il va faire tout le contraire de ce qu'il dit... Ras le bol.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  shimmy Ven 26 Sep - 15:19

sinon, les bonus malus ne sont pas des taxes mais un ajustement de prix selon que le produit est polluant ou pas .ca permet de faire au final des économies.

Il va falloir que tu m'expliques comment on peut faire des économies en payant un malus! Rolling Eyes
shimmy
shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 78
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Georges Ven 26 Sep - 15:35

Aurélie a écrit:Là où on croit rêver, c'est que ce même Sarkozy envisage quand même de dépénaliser le droit des affaires! Encore une fois, il va faire tout le contraire de ce qu'il dit... Ras le bol.

Cela veut dire que si une loi passe pour interdire les parachutes dorés (Bon d'accord...mais on a le droit de rêver) et que les PDG s'assoient sur la loi, ils ne risqueront aucune peine.
On crée une loi contraignante et on en crée une seconde qui rend la première inaplicable, c'est beau la démocratie.

Georges
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Masculin Nombre de messages : 2950
Age : 74
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Invité Ven 26 Sep - 16:32

shimmy a écrit:
sinon, les bonus malus ne sont pas des taxes mais un ajustement de prix selon que le produit est polluant ou pas .ca permet de faire au final des économies.

Il va falloir que tu m'expliques comment on peut faire des économies en payant un malus! Rolling Eyes

tu ne peux pas justement ... parce que tu auras acheter un véhicule qui pollue ....si tu peux acheter un véhicule qui pollue c'est que tu peux t'offrir un plein qui coute cher .Tu assumes tes priorités.

tu peux éventuellement acheter d'occasion afin de ne pas être touché par le bonus-malus vu qu'il ne s'applique que sur du neuf.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Invité Ven 26 Sep - 16:33

Georges a écrit:
Aurélie a écrit:Là où on croit rêver, c'est que ce même Sarkozy envisage quand même de dépénaliser le droit des affaires! Encore une fois, il va faire tout le contraire de ce qu'il dit... Ras le bol.

Cela veut dire que si une loi passe pour interdire les parachutes dorés (Bon d'accord...mais on a le droit de rêver) et que les PDG s'assoient sur la loi, ils ne risqueront aucune peine.
On crée une loi contraignante et on en crée une seconde qui rend la première inaplicable, c'est beau la démocratie.
c'est de la spéculation .... ou une conclusion rapidement analysée et sans preuve !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  shimmy Ven 26 Sep - 16:34

Et la famille nombreuse qui a besoin d'une grande voiture ?
Et ma liberté de choisir la voiture que je veux sans être forcément pénalisée ?

parce que tu auras acheter un véhicule qui pollue ...

Je pense que la 407 que j'achète neuve pollue moins que la vieille caisse d'Alexandre par exemple!
Et je n'achète pas d'occasion, c'est mon choix, mon droit et ma liberté !
shimmy
shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 78
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Invité Ven 26 Sep - 16:38

il me semble qu'il y ait dérogation pour les familles nombreuses.

mais tu es libre de choisir Shimmy ! personne ne t'interdit de t'acheter une grosse voiture , d'ailleurs vu leur prix , c'est que finallement tu n'as pas spécialement besoin de faire des économies ....mais , la règle du jeu est que si tu achètes une voiture économique en CO2 l'Etat t'offre un bonus de "reconnaissance" .... sinon, tu paies l'air que finallement tu contribues a polluer.

chacun assume ses propres choix !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Invité Ven 26 Sep - 16:40

la voiture polluante d'Alex finira par rendre l'âme .Il sera donc obligé ou de marcher , prendre son vélo ,prendre les transports en commun , le train ,ou d'acheter neuf ou d'occasion ....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  shimmy Ven 26 Sep - 16:43

Et tu crois que ça va arranger quelque chose pour la planète ?

Faut être vraiment naïf pour croire ça !
shimmy
shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 78
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Invité Ven 26 Sep - 16:45

parce que tu crois qu'en continuant a polluer comme maintenant ca va arranger quelque chose pour la planète ?
Faut être vraiment naïf pour croire ça !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  shimmy Ven 26 Sep - 16:48

Arrête de croire tout ce qu'on te dit!
Cette taxe ne sert qu'à nous piquer un peu plus d'argent! Dommage qu'ils se soient gaufrés et que cette taxe coûte plus cher qu'elle ne rapporte !
Et comme dit Livaste, tu crois que c'est la petite France qui va sauver la planète en taxant les voitures moyennes ? (car la 407 est une voiture moyenne).

La Chine et l'Inde sont actuellement les deux premiers pollueurs!
shimmy
shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 78
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Invité Ven 26 Sep - 18:40

En fait ce qui te gêne c'est de vouloir une grosse bagnole et ne pas te sentir concernée par ton environnement ... personnellement je crois sincèrement que si chacun de nous fait un effort , oui on sentira la différence ne t'en déplaise !
qu'en à la Chine et l'Inde , ce sont a eux de prendre leur décision concernant leur pollution émise .Ils seront obligé d'en arriver là un jour ou l'autre !
perso , si on nous mettait une voiture électrique à dispo et a prix correct , je n'hésiterai pas , ne serait-ce que pour ma conscience personnelle , afin de montrer l'exemple à mes gosses a qui nous répétons sans cesse de faire attention !
et rien n'empêche une personne d'avoir une petite voiture et , louer une plus grosse pour leur vacances .

chacun ses propres convictions !

Et je ne changerai pas d'idée parce qu'a toi ça t'emmerde .

je suis effectivement contre une taxe "pique-nique" , une taxe "couche-culotte" surtout cette dernière parce qu'on ne reviendra pas aux langes en coton (qui couteraient bien trop cher en culture avec ce que ça implique ...arrosages , traitements ) et pour le confort et des bébés et des parents ....c'est aux fabricants de trouver des plastiques moins polluants ,mais le principe bonus malus laisse le choix aux consomateurs !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  shimmy Ven 26 Sep - 18:47

Désolée, mais je pollue certainement moins qu'une vieille R5, qui elle n'est pas taxée !

Et non, je roule tous les jours, je ne veux pas d'une petite voiture qui manque de sécurité en cas d'accident, et pour l'été, je pars en avion !
shimmy
shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 78
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  shimmy Ven 26 Sep - 18:48

Quant à la voiture électrique, je la recharge où?

Je n'ai pas de garage, moi !
shimmy
shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 78
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Georges Ven 26 Sep - 18:52

shimmy a écrit:Quant à la voiture électrique, je la recharge où?

Je n'ai pas de garage, moi !

Laisse tomber les batterie et achète une grande ralonge, un très grande ralonge.

Georges
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Masculin Nombre de messages : 2950
Age : 74
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Invité Ven 26 Sep - 18:53

la vieille R5 ... Laughing y en a quasiement plus en circulation ; la pluaprt sont deja à la casse !!!!
et les vieilles voitures finiront par rendre l'âme et être remplacées par des moins polluantes !
sache que maintenant , les voitures d'aujourd'hui ont des air bags frontaux et latéraux .... Rolling Eyes que tous les modèles sont testés avant leur mise sur le marché .
maintenant tu peux te renseigner avant d'acheter ! des mpagasins spécialisés t'informent très bien là dessus .
et , même en Mercedes tu peux mourrir d'un accident .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  shimmy Ven 26 Sep - 19:00

Georges a écrit:
shimmy a écrit:Quant à la voiture électrique, je la recharge où?

Je n'ai pas de garage, moi !

Laisse tomber les batterie et achète une grande ralonge, un très grande ralonge.

Faudra qu'elle fasse au moins 3 Km....... Razz
shimmy
shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 78
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Invité Ven 26 Sep - 21:20

franline a écrit:il me semble qu'il y ait dérogation pour les familles nombreuses.

mais tu es libre de choisir Shimmy ! personne ne t'interdit de t'acheter une grosse voiture , d'ailleurs vu leur prix , c'est que finallement tu n'as pas spécialement besoin de faire des économies ....mais , la règle du jeu est que si tu achètes une voiture économique en CO2 l'Etat t'offre un bonus de "reconnaissance" .... sinon, tu paies l'air que finallement tu contribues a polluer.

chacun assume ses propres choix !

Tu as raison Franline. Je suis tout a fait d accord avec toi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  shimmy Ven 26 Sep - 21:22

Pauvre David, il est jaloux que je ne sois pas obligée de prendre le métro ! Razz
shimmy
shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 78
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité. Empty Re: Nicolas Sarkozy a reconnu jeudi à Toulon la gravité de la crise mais exclu toute politique d'austérité.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum