Toute la Droite
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-47%
Le deal à ne pas rater :
La carte Fnac+ à 7.99€ pour 1 an
7.99 € 14.99 €
Voir le deal

en Egypte , ça continue

4 participants

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

en Egypte , ça continue  - Page 3 Empty Re: en Egypte , ça continue

Message  Invité Jeu 10 Fév - 23:13

Je vois mal comment il pourrait se maintenir, il a beau être droit dans ses bottes, il va forcément être contraint de s'en aller; c'est allé trop loin tout ça (trop de morts).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

en Egypte , ça continue  - Page 3 Empty Re: en Egypte , ça continue

Message  Jeanclaude Ven 11 Fév - 8:56

Aurélie a écrit:Je vois mal comment il pourrait se maintenir, il a beau être droit dans ses bottes, il va forcément être contraint de s'en aller; c'est allé trop loin tout ça (trop de morts).

Qu'il dégage c'est pratiquement certain mais pour être remplacé par qui ou quoi ?

Jeanclaude
Député
Député

Masculin Nombre de messages : 7476
Age : 75
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

en Egypte , ça continue  - Page 3 Empty Re: en Egypte , ça continue

Message  Invité Ven 11 Fév - 13:09

Ca, c'est une bonne question!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

en Egypte , ça continue  - Page 3 Empty Re: en Egypte , ça continue

Message  Jeanclaude Ven 11 Fév - 17:25

Moubarak quitte le pouvoir, la place Tahrir exulte

Après dix-huit jours de contestation, M. Moubarak a cédé à la pression de la rue. Il a annoncé qu'il quittait le pouvoir pour le remettre entre les mains de l'armée. Selon Omar Souleiman, qui s'exprimait à la télévision, un conseil militaire va être mis sur pied pour diriger le pays.

Les centaines de milliers de manifestants qui réclamaient la démission du président Hosni Moubarak ont laissé éclater leur joie dans tout le pays.

"Compte tenu des conditions difficiles par lesquelles passe le pays, le président Mohammed Hosni Moubarak a décidé d'abandonner le poste de président de la République et a chargé le Conseil suprême des forces armées de gérer les affaires du pays", a dit M. Souleiman.

M. Moubarak a quitté Le Caire pour Charm el-Cheikh. Un responsable du Parti national démocrate (PND), au pouvoir, a annoncé que le président Hosni Moubarak et sa famille avaient quitté la capitale pour la station balnéaire de Charm el-Cheikh.

Auparavant, le palais avait été assiégé par des manifestants anti-Moubarak, furieux de la décision annoncée la veille par le raïs de se maintenir à la présidence jusqu'à la fin de son mandat en septembre.

Autre signe annonciateur, le secrétaire général du parti au pouvoir, Hossam Badrawi, avait annoncé sa démission. Il avait été nommé le 5 février face à la révolte de la rue.

Interrogé sur la chaîne de télévision privée Al Hayat, il avait jugé indispensable l'apparition de nouvelles formations politiques correspondant au changement des mentalités et à l'évolution des idées.

L'armée égyptienne prête à garantir des élections libres. Avant la déclaration de la présidence, l'armée égyptienne s'était dite prête, vendredi, à lever l'état d'urgence, en vigueur depuis trente ans, "aussitôt que les circonstances actuelles le permettront", répondant ainsi à une demande des manifestants antigouvernementaux. Le Conseil suprême des forces armées avait également appelé les manifestants à quitter les rues et à mettre un terme aux rassemblements.

Elle avait par ailleurs garanti la réforme de la Constitution et l'organisation d'élections libres et justes.

Des membres de l'armée ralliés au mouvement. Le soutien de l'armée au gouvernement avait montré des signes de faiblesse dans la matinée de vendredi. Un commandant de l'armée qui a rejoint les rangs des manifestants place Tahrir, au Caire, avait assuré qu'une quinzaine d'officiers de rang intermédiaire avaient fait de même.
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/02/11/des-officiers-egyptiens-se-joignent-a-la-contestation_1478439_3218.html

Jeanclaude
Député
Député

Masculin Nombre de messages : 7476
Age : 75
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

en Egypte , ça continue  - Page 3 Empty Re: en Egypte , ça continue

Message  Jeanclaude Ven 11 Fév - 18:12

Hosni Moubarak, le pharaon déchu

Après trente ans de règne sans partage, le président égyptien est victime du verrouillage d'un système de pouvoir qu'il avait lui-même mis en place. La révolte du peuple a eu raison de cet autocrate jusque-là intouchable.

Hosni Moubarak avait promis à son peuple «une société égalitaire, non une société de privilège». Alors qu'il s'efface de la scène après 30 ans de règne, jamais l'inégalité et les privilèges n'ont été aussi flagrants. La corruption sévit à tous les niveaux, du bakchich obligatoire pour toute démarche administrative au racket organisé par le pouvoir. Le régime règne par la surveillance, la peur et l'humiliation. La torture est banalisée, comme en témoignent des vidéos sur Internet montrant de simples quidams martyrisés dans les commissariats pour avoir simplement rencontré une patrouille de police au mauvais moment. Le système politique est sclérosé, réservant la candidature à l'élection présidentielle au seul candidat du parti au pouvoir.

On a peine à se souvenir que l'intronisation de Hosni Moubarak avait suscité l'espoir des Égyptiens, même si elle était la conséquence d'une catastrophe: l'assassinat d'Anouar el-Sadate, le 6 octobre 1981, par un commando islamiste. La rupture de style fut complète. Ses deux prédécesseurs irradiaient le charme. Les Égyptiens surnommèrent Moubarak «la vache qui rit» à cause de son sourire figé et de sa ressemblance supposée avec l'emblème du fromage fondu, populaire au Proche-Orient. Mais, au fond, le peuple et la classe dirigeante se sentirent rassurés. Après le flamboyant Nasser et l'imprévisible Sadate, qui avait lancé l'Égypte dans la guerre avant de signer la paix à Jérusalem, les Égyptiens étaient fatigués des héros. «Moubarak, c'est “Monsieur Moyen”. L'Égypte avait besoin d'une baisse de régime. Il est arrivé au bon moment», écrivit l'intellectuel Saad el-Dine Ibrahim.

Pedigree militaire

Comme ses deux prédécesseurs, Hosni Moubarak était toutefois muni du pedigree militaire indispensable dans un pays dominé par l'armée. Né le 4 mai 1928 à Kafr el-Meselha, un village du Delta, fils d'un inspecteur du ministère de la Justice, il intègre l'armée de l'air qui l'envoie se former en URSS, d'abord comme pilote, puis comme officier d'état-major. En 1973, quand l'Égypte lance la guerre d'Octobre contre Israël, il est chef de l'armée de l'air. Rassemblant tout ce qui vole, il lance une attaque surprise contre les positions israéliennes et permet ainsi le passage du canal de Suez par l'infanterie. Sadate célébrera dans ses Mémoires «un acte épique, héroïque et glorieux». Une porte ouverte sur la politique.

Nommé vice-président en 1975, il est censé représenter la nouvelle génération et «l'esprit du 6 octobre» qui a lavé les humiliations passées. Le président lui laisse la direction des affaires courantes, la supervision des services secrets et des achats d'armes. Moubarak monte tranquillement dans la hiérarchie du parti hégémonique, le Parti national démocratique (PND), et devient également vice-président. Quand Sadate est fauché par les balles sur une tribune officielle, Hosni Moubarak se jette à terre. Il se relève président.

L'«élection» n'est qu'une formalité. Le PND est le seul à présenter un candidat, confirmé ensuite par référendum. Moubarak va gouverner sans changer les options principales de Sadate: paix avec Israël, alliance stratégique avec les États-Unis, libéralisation économique et suppression des acquis du nassérisme, comme la réforme agraire. Il apporte sa touche en raccommodant l'Égypte avec les autres États arabes, furieux de la paix séparée avec Israël, et avec les Soviétiques, expulsés par Sadate en 1981.

Le nouveau chef d'État se crée une réputation de probité en laissant juger quelques corrompus et en faisant raser des villas luxueuses construites sans permis près de sites historiques. Politiquement, l'histoire de son règne est celle d'un immobilisme habile. Jusqu'à la contestation de janvier, le très pragmatique Moubarak réussit à conserver un régime autoritaire sans rival, marginalisant les partis existants et opposant son veto à la création de toute formation politique démocratique paraissant avoir une base dans la société.

«C'est nous ou les islamistes»


Le président montre la même astuce avec les diverses branches de la mouvance islamiste. Ferme avec les extrémistes, il inaugure son règne en faisant pendre l'assassin de Sadate et en procédant à de nombreuses arrestations. Autre moyen de se débarrasser des plus remuants, le nouveau président facilite le passage de centaines de militants vers l'Afghanistan, pour y mener le djihad contre les Russes. Les islamistes non-violents, les Frères musulmans, font à l'inverse l'objet d'une politique conciliante. Ils sont autorisés à investir les syndicats ou à se faire élire députés, mais seulement comme «indépendants». Ils peuvent ainsi jouer le rôle d'épouvantail qui leur est assigné: «C'est nous ou les islamistes», dit en substance le régime à ses alliés occidentaux. Mais la ligne rouge est claire: «Dès qu'ils font mine de fonder un parti politique, on leur tape sur la tête», résume en privé un conseiller du président.

L'objectif de Hosni Moubarak est de gouverner seul, non de défendre les Égyptiens contre l'influence des islamistes, à qui il cède la gestion de la société en échange de leur renoncement à briguer le pouvoir politique. L'université d'al-Azhar se voit confier la censure des livres. La charia, la loi islamique, est déclarée «source principale du droit». La construction d'églises est sévèrement limitée, le président distribuant les permis au compte-gouttes.

Cette méthode réussit à Moubarak tout au long des années 1980, mais les islamistes radicaux ne se contentent pas de cet accord tacite. La décennie suivante sera placée sous le signe de la violence. Assassinats d'officiels et de chrétiens, bombes et attentats dans les lieux touristiques comme à Louxor en 1997 (58 touristes et 4 Égyptiens massacrés) menacent de mettre le pays à genoux. La police et l'armée reprennent cependant le terrain et, à l'orée du XXIe siècle, les radicaux sont défaits. Les extrémistes emprisonnés demandent pardon et se rallient au pouvoir. Parallèlement, Moubarak durcit sa gestion des Frères musulmans, dont les dirigeants effectuent régulièrement des séjours en prison.

Les limites du système


Les dernières années du successeur de Sadate voient le «système Moubarak» atteindre ses limites. Le gouvernement peut mettre en avant une croissance de 7,5% annoncée à la fin de 2006. Et l'Égypte survit grâce à ses ressources en pétrole et surtout en gaz, dont elle est le sixième exportateur mondial. Mais la croissance ne profite pas à la grande majorité des Égyptiens. Les secteurs de la santé et de l'éducation ne décollent pas. Les Égyptiens se désintéressent de scrutins sans enjeux réels. En 2005, Hosni Moubarak est réélu avec plus de 88% des suffrages exprimés, mais selon les chiffres officiels, seuls 2 % des inscrits se sont rendus aux urnes. Pour la première fois, sous la pression des États-Unis, d'autres candidats ont été autorisés à se présenter. Le seul réel adversaire du président sortant, l'avocat Ayman Nour, un libéral, peut dénoncer en public la corruption du régime. Il récoltera 7% des voix et cinq ans d'incarcération pour «falsification» des documents nécessaires à la création de son parti. Le message est clair : présentez-vous à la présidentielle et vous irez en prison.

Au Parlement, la situation est encore plus confuse. En 2000 et en 2005, le PND ne réussit à garder la majorité qu'en intégrant après coup de nombreux candidats indépendants, plus populaires. En revanche, les Frères musulmans remportent 88 sièges sur 444, malgré l'encerclement de nombreux bureaux de vote par la police, et tout en ne présentant des candidats que dans un tiers des circonscriptions. Mais il leur est toujours interdit de fonder un parti.

La fin de l'année 2006 et le début de l'année 2007 voient Hosni Moubarak donner un tour de vis. Des centaines de Frères musulmans sont arrêtés, tandis que des amendements à la loi électorale retirent aux juges la supervision des élections à venir. Le président semble organiser une succession dynastique, propulsant son fils Gamal, un homme d'affaires très impopulaire, dans les instances dirigeantes du PND. En marge de cette impasse politique, la violence islamiste radicale reprend en 2004 avec une série d'attentats à la bombe contre des hôtels fréquentés par des touristes israéliens sur les rives de la mer Rouge. En juillet 2005, de nouveaux attentats font 64 morts dans la station de Charm-el-Cheikh, à la pointe du Sinaï.

Sur le plan international, l'Égypte, en perte de vitesse diplomatique, peine à maintenir son statut d'État pivot dans un Proche-Orient qui inquiète Moubarak. Ses médiations dans le conflit palestinien n'aboutissent pas. Craignant une déstabilisation de toute la région, le président a critiqué la guerre américaine en Irak et laisse percer son angoisse devant la montée en puissance de l'Iran. Fin 2006, l'Égypte annonce son intention de se doter d'un programme nucléaire civil…

La santé du président, victime en novembre 2003 d'un malaise en plein Parlement, reflète cette ambiance morose. Dans le même temps, les Égyptiens sortent lentement de leur passivité. Des grèves massives dans l'industrie textile et les cimenteries sont réprimées dans le sang à Mahalla en avril 2008. Sur le plan politique, la candidature «virtuelle» de Mohammed ElBaradei, qui réclame une élection présidentielle ouverte, met à mal la notion du PND comme seule force crédible contre les islamistes. La révolution tunisienne fournit l'étincelle à l'explosion d'un ressentiment populaire très large, auquel les Frères musulmans tentent de se raccrocher. Pour sauver les meubles, Hosni Moubarak est contraint à nommer lui-même un successeur qui n'est pas Gamal. Il désigne le chef des renseignements, Omar Souleiman, comme vice-président. Un geste qui scelle en réalité le dernier acte.

http://www.lefigaro.fr/international/2011/02/11/01003-20110211ARTFIG00629-hosni-moubarakle-depart-de-pharaon.php





Jeanclaude
Député
Député

Masculin Nombre de messages : 7476
Age : 75
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

en Egypte , ça continue  - Page 3 Empty Re: en Egypte , ça continue

Message  Invité Ven 11 Fév - 18:46

C'était prévisible. Souhaitons qu'une opposition démocratique émerge et que les Frères musulmans n'aient pas trop le vent en poupe...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

en Egypte , ça continue  - Page 3 Empty Re: en Egypte , ça continue

Message  livaste Ven 11 Fév - 19:40

Tout à d'accord , avec vous , je souhaite de tout coeur que cette révolution débouche sur une vraie démocratie , et plus encore je souhaite que les Egyptiens ne tombent pass ous les pattes fourchues des Frères musulmans !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

en Egypte , ça continue  - Page 3 Empty Re: en Egypte , ça continue

Message  Invité Ven 11 Fév - 22:17

il paraitrait que ceux qui ont attisés cette révolution soient en fait des libéraux-démocrates d'après un spécialiste que j'ai entendu sur France inter ....par contre y en a qui fantasment totalement sur un moyen orient islamique ...c'est l'IRAN! clown ...je pense pour ma part que si ça pouvait donner des ailes à ceux qui manifestaient lors de la réélection de l'autre tordu d' Ahmadinejad, ça permettrait de lui remettre les idées en place... Suspect

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

en Egypte , ça continue  - Page 3 Empty Re: en Egypte , ça continue

Message  livaste Ven 11 Fév - 22:23

J'ai lu également que les Iraniens ,disons les gouvernants , prient pour que l'Egypte deviennent une dictature islamique ( je refuse d'employer la langue de bois sur ce chapitre ), moi ce que je souhaite aux Perses , c'est que cette vague de désirs de démocratie traverse la frontière et que le peuple iranien prennent exemple sur l'Egypte et la Tunisie .

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

en Egypte , ça continue  - Page 3 Empty Re: en Egypte , ça continue

Message  Invité Ven 11 Fév - 22:26

J'espère que ça arrivera un jour, mais les mollahs semblent encore tenir d'une main ferme les rênes du pouvoir (hélas)...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

en Egypte , ça continue  - Page 3 Empty Re: en Egypte , ça continue

Message  livaste Ven 11 Fév - 22:33

Mohamed Tantaoui, nouvel homme fort en Egypte
le 11 février 2011 à 20h47, mis à jour le 11 février 2011 à 20:55


Mohamed Tantaoui est un militaire égyptien. Il est à la tête du Conseil supérieur des forces armées, qui dirige l'Egypte depuis le 11 avril 2011.

en Egypte , ça continue  - Page 3 Mohame10

Mohamed Tantaoui, le 4 février 2011, au Caire © AFP

Le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui, ministre de la Défense de l'Egypte et chef du Conseil suprême des forces armées, l'institution à laquelle le président Hosni Moubarak a confié le pouvoir vendredi 11 février 2011, est un pilier de l'appareil militaro-politique égyptien, réputé rétif au changement.

Agé de 75 ans, il dirige depuis vingt ans les forces armées égyptiennes. Officier de l'armée de Terre, le maréchal Tantaoui a participé aux conflits de 1956 (canal de Suez), 1967 (guerre des six jours) et 1973 (guerre du kippour).

Un télégramme diplomatique américain révélé par Wikileaks, datant de 2008, jette un peu de lumière sur cet homme aussi secret que l'institution qu'il dirige. Le document le décrit comme "charmant et courtois", mais aussi "âgé et résistant au changement". "Moubarak et lui se focalisent sur la stabilité du régime et le maintien du statu quo jusqu'à la fin de leurs jours. Ils n'ont tout simplement pas
l'énergie, l'inclination ou la vision du monde pour faire les choses différemment", poursuit le document.

L'armée qu'il dirige est largement aidée par les Etats-Unis depuis les accords de paix avec Israël en 1979. Washington lui octroie actuellement 1,3 milliard de dollars d'assistance par an.

le 11 février 2011 à 20:47

nous allons donc pouvoir tourner une page et consacrer un topic à l'après .....

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

en Egypte , ça continue  - Page 3 Empty Re: en Egypte , ça continue

Message  livaste Mer 9 Mar - 9:33

Six coptes tués au Caire selon un prêtre
AFP
09/03/2011 | Mise à jour : 09:46

Six chrétiens coptes ont été tués et au moins 45 blessés hier soir au Caire lors d'affrontements avec des musulmans, a déclaré ce matin à l'AFP un prêtre du quartier de Moqattam où ont eu lieu les heurts. Le père Semaane Ibrahim a indiqué que les corps se trouvaient dans le petit hôpital qui dépend de sa paroisse. "Tous ont été tués par balles, et les blessés ont aussi été touchés par des tirs", a-t-il déclaré.

Les affrontements ont eu lieu après que des chrétiens, nombreux dans ce quartier misérable peuplé d'éboueurs de l'est du Caire, sont sortis manifester pour protester contre l'incendie d'une église samedi au sud de la capitale. Selon le père Ibrahim ils ont été attaqués par "des voyous et des salafistes" armés, qui ont également mis le feu à des maisons et des ateliers. Une source médicale avait fait état hier soir d'un chrétien tué lors de ces affrontements.

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

en Egypte , ça continue  - Page 3 Empty Re: en Egypte , ça continue

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum