Toute la Droite
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
One-Punch Man Tome 25 en édition Collector : où le précommander ?
9.90 €
Voir le deal

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

2 participants

Aller en bas

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Empty Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

Message  Jeanclaude Mar 25 Jan - 18:08

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

25/01/2011 | Mise à jour : 18:00

Environ 15.000 personnes ont défilé mardi dans les rues du Caire où la police a tiré des gaz lacrymogènes. D'autres rassemblements ont eu lieu dans tout le pays.

Comme un parfum de jasmin en Égypte. S'inspirant de la révolte tunisienne, des milliers de manifestants ont défilé mardi au Caire et dans d'autres villes du pays en lançant des slogans hostiles au pouvoir. Les protestataires, menés par des mouvements d'opposition, ont fait face à un déploiement policier massif.

Au Caire, environ 15.000 personnes ont manifesté dans plusieurs quartiers, notamment aux abords de bâtiments officiels du centre-ville. En face, entre 20 et 30.000 policiers étaient mobilisés. Pour tenter de disperser la foule, ces derniers ont utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau. Des rassemblements ont également eu lieu en province, d'Alexandrie, au nord, à Assouan, au sud, dans le delta du Nil ou dans la péninsule du Sinaï.

Les manifestants, parmi lesquels de très nombreux jeunes, lançaient des slogans en faveur de réformes sociales et politiques.

Certains, comme «La Tunisie est la solution» ou «Après Ben Ali, à qui le tour?», étaient directement inspirés par les événements tunisiens qui ont conduit à la chute du président après 23 ans de règne. Des manifestants ont également scandé «Moubarak dégage», visant directement le président égyptien en place depuis 29 ans.

«Journée de révolte contre la corruption et le chômage»

Les manifestants répondaient à l'appel de plusieurs mouvements militant pour la démocratie à faire de mardi une «journée de révolte contre la torture, la pauvreté, la corruption et le chômage». Cette journée coïncide avec la «Journée de la police», un jour férié destiné à rendre hommage aux forces de l'ordre.

L'initiative a été fortement relayée, en particulier auprès des jeunes, sur Internet à travers les réseaux sociaux. Sur Facebook, plus de 90.000 personnes se sont ainsi déclarées prêtes à manifester. La journée a par ailleurs reçu le soutien de l'opposant Mohamed ElBaradei, ancien responsable de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Les Frères musulmans, à la forte capacité de mobilisation, et le Wafd, premier parti d'opposition laïque, ne se sont pas officiellement associés à ce mouvement, tout en indiquant que leurs jeunes militants pourraient se joindre aux cortèges.

Ces appels «n'auront pas d'impact», avait assuré le ministre de l'Intérieur, Habib al-Adli, au journal gouvernemental al-Ahram daté de mardi. Qualifiant les organisateurs des manifestations d'«inconscients», le ministre avait assuré que «les forces de l'ordre sont capables de faire face à toute menace contre la sécurité de la population». «Nous ne prendrons à la légère aucune atteinte aux biens ni aucune infraction à la loi», avait-il ajouté.

Avec plus de 80 millions d'habitants, l'Égypte est le pays le plus peuplé du monde arabe. Plus de 40% de sa population vit en-dessous d'un seuil de pauvreté de deux dollars par jour.

Ces derniers jours, plusieurs immolations par le feu ont eu lieu dans le pays, rappelant celle d'un jeune vendeur ambulant qui avait déclenché la révolte en Tunisie. Suite à celle-ci, le pouvoir égyptien a multiplié les déclarations assurant que l'Égypte ne présentait pas de risque de contagion. Les autorités ont toutefois laissé entendre qu'elles prenaient des dispositions pour éviter toute hausse des prix ou pénurie des produits de base, afin de ne pas aggraver le climat social.

http://www.lefigaro.fr/international/2011/01/25/01003-20110125ARTFIG00630-manifestations-hostiles-a-moubarak-en-egypte.php

A mon avis ce n'est qu'un début dans cette région dirrigée par des dictateurs ou des "rois" (Maroc ) !

Jeanclaude
Député
Député

Masculin Nombre de messages : 7476
Age : 75
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Empty Re: Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

Message  livaste Mar 25 Jan - 18:27

ou , je crois aussi que ce n'est qu'un début.
Espérons qu 'il n'y aura pas trop de morts !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Empty Re: Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

Message  Invité Mar 25 Jan - 19:09

un roi en Jordanie aussi , des émirs en Arabie Saoudite.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Empty Re: Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

Message  Jeanclaude Mar 25 Jan - 19:13

franline2 a écrit:un roi en Jordanie aussi , des émirs en Arabie Saoudite.

Tu as raison ... je les oubliais ! De toutes manières soit nous avons des dictateurs , soit des rois ou émirs, mais rien de bien démocratique dans tout cela !

Comme tu le dis Livaste pourvu que les pauvres gens ne soient pas assassinés dans ces affrontements pour plus de justice !

Jeanclaude
Député
Député

Masculin Nombre de messages : 7476
Age : 75
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Empty Re: Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

Message  Invité Mar 25 Jan - 19:17

le roi de Jordanie semble apprécié chez lui mais, je me trompe peut-être.... ces pays là ne sont pas ma tasse de thé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Empty Re: Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

Message  livaste Mar 25 Jan - 22:08

Plusieurs morts en Egypte, des manifestants scandent «Moubarak dégage»
Publié le 25.01.2011, 20h40 | Mise à jour : 22h41

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Egypte10
LE CAIRE. MARDI 25 JANVIER. Près de 15000 manifestants sont descendus dans la rue ce mardi au cri de «Moubarak dégage». | AFP PHOTO/MOHAMMED ABED

La révolution tunisienne va-t-elle faire tâche d'huile en Egypte ? Comme les Tunisiens criaient il y a dix jours «Ben Ali dégage», des milliers d'Egyptiens sont descendus dans la rue ce mardi au Caire et dans plusieurs autres villes égyptiennes au cri de «Moubarak dégage».

Ce sont les manifestations anti-gouvernementales les plus importantes depuis les émeutes de 1977 dans ce pays, le plus peuplé du monde arable (80 millions d'habitants). Selon les forces de sécurité, un policier aurait été tué après avoir été battu par des manifestants.

D'autres rassemblements ont eu lieu à Alexandrie mais aussi à Suez (nord) où deux manifestants sont décédésaprès des heurts marqués par des jets de pierres contre la police. Des manifestations ont également eu lieu dans de nombreuses villes du pays, de la Haute-Egypte au delta du Nil, en passant par le Sinaï.

Partout, les manifestants ont fait référence à la révolte populaire qui a fait tomber mi-janvier le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali après 23 ans de pouvoir. «Pain, Liberté, Dignité», scandaient certains, reprenant des slogans des manifestants tunisiens. «Moubarak dégage», criaient d'autres.

Faire de «la journée de la police» une «journée de révolte»

Le ministre de l'Intérieur, Habib al-Adli, a déclaré que les organisateurs des manifestations étaient «inconscients» et que les forces de l'ordre étaient «capables de faire face à toute menace».

Plusieurs groupes de militants pour la démocratie avaient appelé à descendre dans la rue pour faire de mardi, officiellement «Journée de la police», une «Journée de révolte contre la torture, la pauvreté, la corruption et le chômage».

L'idée a été fortement relayée, en particulier auprès des jeunes, à travers les réseaux sociaux sur internet. Sur Facebook, plus de 90 000 personnes s'étaient déclarées prêtes à manifester. Mais un site américain spécialisé a annoncé que le site de micro-blogs Twitter était inaccessible depuis l'Egypte mardi.

Au Caire, environ 15 000 personnes ont manifesté dans plusieurs quartiers, notamment aux abords des bâtiments officiels du centre-ville, selon les services de sécurité. La police a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour tenter de disperser les manifestants.

Parmi la foule venue sur la grande place Tahrir, au centre du Caire, Ibrahim, un juriste de 21 ans, ne mâche pas ses mots : «nous avons un régime corrompu qui veut poursuivre l'oppression sans fin».

Ahmed, un avocat de 28 ans, a lui aussi suivi avec passion la fuite sous la pression populaire du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, après 23 ans de pouvoir, contre presque 30 pour Hosni Moubarak.

«Moubarak dégage, tu es injuste, tu nous affames, tu nous tortures dans tes commissariats, tu es un agent des Américains», lançait une mère de famille venue manifester dans le quartier de Mohandessine, dans l'ouest du Caire, un drapeau égyptien à la main.

Pour Hillary Clinton, le gouvernement est «stable»

D'autres manifestants prenaient d'assaut les caméras des télévisions étrangères avec le même mot à la bouche ou sur des pancartes: «dégage».

La foule est plutôt jeune, largement mobilisée au travers d'internet et des réseaux sociaux comme Facebook. Les messages sur téléphone ont aussi beaucoup contribué à la mobilisation.

Le secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a toutefois assuré depuis Washington que le gouvernement égyptien, ferme allié des Etats-Unis au Moyen-Orient, était «stable».

Plus de 40% de la population égyptienne vit avec moins de deux dollars par jour et par personne. Plusieurs immolations par le feu ont eu lieu ces derniers jours, rappelant celle d'un jeune Tunisien qui avait déclenché la révolte dans son pays.


LeParisien.fr

c'est bien ce que l'on craignait , cela ne va pas se faire avec des fleurs !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Empty Re: Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

Message  livaste Mer 26 Jan - 12:36

Le Caire: nouveaux appels à manifester
Par FTV (avec agences)


AFP - MOHAMMED ABED
Les organisateurs des manifestations de la veille en Egypte ont appelé à de nouveaux rassemblements mercredi
Le ministère de l'Intérieur a prévenu "qu'aucun acte de provocation, rassemblement de protestation, marche ou manifestation ne sera permis".

Les manifestations de mardi, au cours desquelles quatre personnes ont été tuées (trois manifestants et un policier), sont d'une ampleur sans précédent en 30 ans de présidence Moubarak.



Des militants, très actifs auprès de jeunes via les réseaux sociaux sur internet, ont indiqué qu'ils ne tiendraient pas compte de l'avertissement du régime, et que des rassemblements pourraient aussi avoir lieu à nouveau en province.

Trois manifestants ont été tués à Suez avec des balles en caoutchouc, selon des sources médicales. L'une de ces sources a précisé qu'une soixantaine de personnes ont été indisposées dans la ville par l'inhalation de gaz lacrymogènes. Un policier est mort lors d'un défilé qui a réuni quelque 15.000 personnes dans la capitale après avoir été battu par des manifestants, selon la sécurité égyptienne. Quelque 200 personnes ont été arrêtées mardi lors des défilés de mardi, selon les services de sécurité.

La police a dispersé avec des tirs de gaz lacrymogènes dans la nuit de mardi à mercredi des milliers de manifestants réunis depuis l'après-midi sur la place Tahrir, proche de nombreux bâtiments officiels, dans le centre du Caire.

Cette rare démonstration de force contre le régime du président Hosni Moubarak, qui ne l'avait pas préalablement autorisée, avait été baptisée "jour de colère" par ses organisateurs, des activistes actifs sur internet. Hosni Moubarak est au pouvoir depuis l'assassinat d'Anouar El Sadate en 1981. Le mouvement prend exemple sur le mouvement tunisien.

Scandant "Moubarak dégage", "la Tunisie est la solution", des milliers d'Egyptiens ont défilé au Caire comme à Alexandrie (nord) et dans de nombreuses autres villes, face à un dispositif policier massif. Selon des spécialistes, ces manifestations anti-gouvernementales sont les plus importantes depuis les émeutes de 1977 provoquées par une hausse du prix du pain.

La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a toutefois assuré que le gouvernement égyptien, ferme allié des Etats-Unis au Moyen-Orient, était "stable". De son côté, la Maison blanche a jugé que "le gouvernement égyptien a une occasion importante d'être sensible aux aspirations du peuple égyptien et de mener des réformes politiques, économiques et sociales qui peuvent améliorer sa vie et aider à la prospérité de l'Egypte".

Le président du Parlement européen, Jerzy Buzek, a souhaité que les autorités égyptiennes entendent "les aspirations légitimes" de leurs citoyens et répondent à leurs revendications. Les manifestations en Egypte reflètent les aspirations de la population en faveur du "changement politique" et constituent un "signal", a estimé de son coté la porte-parole de la chef de la diplomatie européenne.

Trente ans de régime Moubarak
Le régime égyptien, jugé souvent très corrompu, est dominé depuis près de 30 ans par le président Hosni Moubarak, 82 ans, à la santé fragile. Celui-ci n'a pas encore fait savoir s'il se présenterait cette année, mais son entourage assure qu'il briguera un nouveau mandat.

Sa succession est au centre d'une sourde rivalité entre son fils Gamal 47 ans, proche des milieux d'affaires, et la "vieille garde" du pouvoir liée au puissant appareil militaro-sécuritaire.

L'armée égyptienne, dont sont issus tous les présidents depuis 1952, est jugée davantage loyale envers le pouvoir que l'armée tunisienne ne l'était à l'égard du président déchu Ben Ali.




_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Empty Re: Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

Message  livaste Mer 26 Jan - 12:45

Egypte : "Personne ne lâchera Moubarak"
LEMONDE.FR | 26.01.11 | 12h07 • Mis à jour le 26.01.11 | 12h10



Jean-Noël Ferrié, directeur de recherche spécialiste de l'Egypte au CNRS, relativise l'ampleur des manifestations anti-Moubarak qui ont eu lieu mardi 25 janvier dans le pays. Selon lui, il serait "très étonnant" que le président égyptien connaisse le même sort que son ancien homologue tunisien, Ben Ali.



Les manifestations de mardi sont-elles réellement exceptionnelles à l'échelle de l'histoire des mouvements sociaux en Egypte ?


La mobilisation était inédite en nombre pour de telles circonstances (demander le départ du président égyptien Hosni Moubarak). Mais les mouvements de 1977 étaient beaucoup plus importants et les mobilisations sur d'autres sujets, comme la Palestine, sont aussi très fortes.

A l'échelle de l'ensemble de la population égyptienne, les manifestations de mardi sont peu importantes. Que 15 à 20 000 personnes descendent dans les rues d'une capitale qui compte 14 millions d'habitants reste avant tout symbolique.

Mais a-t-on déjà vu des revendications aussi dures envers Moubarak ?


Ce n'est pas si nouveau. Il y a encore quelques années, le mouvement Kifaya ("assez", en arabe) arrivait à rassembler plusieurs centaines de personnes pour réclamer le départ de Moubarak. Par ailleurs, il n'est pas très étonnant que dans un régime autoritaire avec un certain nombre de problèmes sociaux il y ait des manifestations contre le chef de l'Etat.

Dans les pays démocratiques, on trouverait facilement 15 000 personnes pour demander le départ du gouvernement. A mon sens, ces manifestations ne marquent donc pas une rupture dans le régime.

Est-ce que les pays occidentaux pourraient accepter de lâcher Moubarak ?

Mais personne ne lâchera Moubarak ! La Tunisie est un petit pays, où pour l'instant les gens qui remplacent Ben Ali sont issus de l'ancien pouvoir. Il n'y pas réellement de changement de régime. En Egypte, la chute de Moubarak impliquerait l'écroulement de l'ensemble du régime.

Dans ce pays, le gouvernement et la haute administration ont l'impression de travailler pour l'intérêt de l'Egypte et non pour le chef de l'Etat, comme en Tunisie. Et l'armée soutient Moubarak. Par ailleurs, si l'ensemble du régime tombe c'est un problème pour le pays, pour la région et pour les alliés de l'Egypte.

Le président égyptien contrôle donc mieux son Etat que Ben Ali ?

La situation est sans comparaison avec la Tunisie. Moubarak n'est pas à proprement parler un dictateur, c'est un dirigeant autoritaire. Il gouverne au sein d'un Etat qui est très institutionnalisé. L'entourage de Moubarak n'est pas constitué de prédateurs et de profiteurs comme celui de Ben Ali.

Par ailleurs, Moubarak est issu de l'armée, avec qui il entretient toujours des liens très forts. Une chute de Moubarak serait donc extrêmement étonnante. Les syndicats sont contrôlés par le gouvernement et ne soutiennent pas les manifestants. Même les partis politiques d'opposition affichent un soutien modéré. Il y a donc peu de chance que les protestaires arrivent à déclencher une mobilisation massive des Egyptiens autour de leurs revendications.

Pourquoi le principal mouvement d'opposition, les Frères musulmans, ne soutient pas plus les manifestants ?

Les Frères musulmans sont très prudents et savent qu'au moindre faux pas le régime n'aura aucun problème à accentuer la répression sur eux. Deuxièmement, il n'est pas certain que les Frères musulmans aient beaucoup de sympathie pour les manifestants, qui sont avant tout des jeunes libéraux. Et troisièmement, les Frères musulmans pensent que le mouvement ne durera pas.

Comment expliquez-vous que, même si trois manifestants sont morts, la police égyptienne ait fait preuve d'une certaine retenue ?

Depuis plusieurs années, probablement sous l'influence d'une aile libérale autour de Gamal Moubarak [le fils d'Hosni Moubarak, pressenti pour le remplacer à la tête de l'Egypte], la répression des mouvements de protestation s'est adoucie. Mais cela ne veut pas dire qui si les manifestations perdurent le régime ne choisira pas de revenir aux anciennes méthodes. C'est très simple : si le régime n'est pas capable d'accroître la répression dans les manifestations, cela peut avoir un effet d'encouragement pour de nouvelles manifestations.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Chastand

on verra si notre chercheur expert a raison ...
à suivre donc !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Empty Re: Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

Message  livaste Mer 26 Jan - 17:49

EN DIRECT. La Maison-Blanche appelle l'Egypte à lever l'interdiction de manifester

Après une première journée de manifestations historiques mardi, le climat ne semble pas s'apaiser en Egypte ce mercredi. Le ministère de l'Intérieur a interdit tout nouveau rassemblement, mais des affrontements ont à nouveau eu lieu au Caire. Suivez la situation minute par minute.
Publié le 26.01.2011, 11h08 | Mise à jour : 17h41


17 heures 35. La Maison-Blanche appelle l'Egypte, un de ses proches alliés, à lever l'interdiction de manifester.

16h48. Selon les services de sécurité égyptiens, au moins 500 personnes ont été arrêtées ce mercredi après la décision des autorités d'interdire les manifestations qui se sont tenues notamment au Caire mais aussi dans d'autres villes du pays.

Parmi les personnes arrêtées figurent environ 90 arrêtées dans le secteur de la place Tahrir, dans le centre du Caire, et 121 membres de l'organisation islamiste des Frères musulmans, officiellement interdite mais tolérée dans les faits, interpellés à Assiout, au sud de la capitale égyptienne.

16h30. Il est impossible de se connecter au site de socialisation Facebook en Egypte, alors que Twitter est toujours bloqué.

15h35. Malgré l'interdiction de manifester, des affrontements opposent des policiers et des manifestants dans le centre du Caire et dans la ville de Suez, à l'est de la capitale égyptienne, où 2000 personnes se sont rassemblées.

13h15. Le ministre Allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle s'est dit «très inquiet» de la situation et appelle de Berlin «toutes les parties à la retenue» et à renoncer à la violence.

12h40. Pour la porte-parole de la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, les manifestations en Egypte reflètent les aspirations de la population en faveur du «changement politique» et constituent un «signal» après les événements en Tunisie.

12h20. Des militants, très actifs auprès de jeunes via les réseaux sociaux sur internet, indiquent que des rassemblements pourraient avoir lieu à nouveau en province malgré l'interdiction du ministre de l'intérieur.

12 heures. Dans un communiqué, la Maison Blanche s'adresse au gouvernement égyptien. «Il a une occasion importante d'être sensible aux aspirations du peuple égyptien et de mener des réformes politiques, économiques et sociales qui peuvent améliorer sa vie et aider à la prospérité de l'Egypte».
Dans son discours sur l'état de l'Union, Barack Obama affirmait quelques heures avant ce communiqué que «Les Etats-Unis d'Amérique sont solidaires des Tunisiens, et soutiennent les aspirations démocratiques de tous les peuples.»

11h23. Le président du Parlement européen Jerzy Buzek déclare souhaiter que les autorités égyptiennes entendent «les aspirations légitimes» de leurs citoyens et répondent à leurs revendications.

11 heures. Un manifestant décède de ses blessures à Suez selon une source médicale.
10h15. Twitter est bloqué en Egypte où il est inaccessible depuis mardi, alors que des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak au pouvoir depuis 30 ans.

10 heures. Le ministère égyptien de l'Intérieur interdit toute nouvelle manifestation, après les rassemblements hostiles au régime qui ont rassemblé des milliers de personnes et fait trois morts mardi.
Le «Mouvement du 6 avril», un groupe de militants pro-démocratie à l'origine des manifestations de la veille, a annoncé dans la matinée qu'il appelait à de nouveaux rassemblements mercredi dans le centre du Caire.
«Aucun acte de provocation, rassemblement de protestation, marche ou manifestation ne sera permis» prévient donc le ministre de l'Intérieur.

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Empty Re: Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

Message  Jeanclaude Mer 26 Jan - 19:40

La situation dans ces pays est plus que préoccupante. Je ne sais si tu l'as écrit mais il y aurait eu plus de 500 interpellations en Egypte.

D'un côté je me dis tant mieux, ces pays vont vers un régime démocratique, mais d'un autre côté je suis attristé de voir le nombre de victimes de ces tyrans !

Ces affrontements pour aller vers plus de démocratie vont s'étendre aux autres apys du Maghreb j'en ai bien peur !

Jeanclaude
Député
Député

Masculin Nombre de messages : 7476
Age : 75
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Empty Re: Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

Message  livaste Mer 26 Jan - 20:19

Là où je suis inquiète pour l'Egypte , c'est qu'apparemment les frères bidules s'y mettent.. Or l'Egypte me paraît pouvoir sombrer plus rapidement vers l'islamisme que la Tunisie , il serait dommage qu'au lieu d'avoir une démocratie , les Egyptiens sombrent dans la dictature encore plus dure , des frères musulmans !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Empty Re: Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

Message  livaste Mer 26 Jan - 21:53

EN DIRECT. Egypte : heurts meurtriers entre policiers et anti-Moubarak

Après une première journée de manifestations historiques mardi, le climat ne semble pas s'apaiser en Egypte ce mercredi. Le ministère de l'Intérieur a interdit tout nouveau rassemblement, mais des affrontements ont à nouveau eu lieu au Caire.

Publié le 26.01.2011, 11h08 | Mise à jour : 22h20
Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Egypte12
Manifestants anti-Moubarak et forces de l'ordre se sont affrontés ce mercredi dans la capitale égyptienne du Caire, ainsi qu'à Suez, la deuxième ville du pays. | AFP/STR


22h15. Un journaliste de l'AFP rapporte que des heurts ont lieu devant le ministère des Affaires étrangères au Caire.

22h05. Des sources médicales indiquent qu'un policier et un manifestant ont été tués mercredi dans des heurts au Caire.

21h20. Des témoins rapportent que des manifestants ont lancé des bouteilles incendiaires contre un bâtiment gouvernemental à Suez et mis le feu à une partie du bâtiment.
Selon ces témoins, des cocktails molotov ont aussi visé le siège, à Suez, du Parti national démocrate du président Hosni Moubarak.

21h15. La France appelle ses ressortissants à éviter les lieux de rassemblement en Egypte, où de nouveaux heurts se sont produits dans la journée entre forces de l'ordre et manifestants réclamant le départ du président Hosni Moubarak. Il convient d'«éviter les lieux de rassemblement, et, de façon générale, de faire preuve de vigilance», souligne le ministère français des Affaires étrangères sur son site internet.

21 heures. Des sources médicales affirment qu'au moins 70 personnes ont été blessées mercredi dans la ville portuaire de Suez, lors d'affrontements entre forces de l'ordre et manifestants. Parmi les blessés figurent 55 manifestants, dont certains touchés par des balles caoutchoutées et 15 policiers atteints par des jets de pierres lancées par les protestataires.

20h15. Le site Facebook assure qu'il n'a pas constaté de changement dans son trafic en Egypte alors que des informations font état d'une impossibilité de se connecter au site internet.

20 heures. Sur Canal +, le ministre de la Défense Alain Juppé estime que l'Egypte est «très certainement un régime autoritaire» mais qu'il n'est pas question, pour la France, de se «substituer aux peuples eux-mêmes dans les décisions qu'ils prennent» dans leur pays.

19h35. Nouvel appel à manifester pour vendredi. Dans un message diffusé par SMS et sur Facebook, le «Mouvement du 6 avril» demande à ses sympathisants de «faire savoir à tout le monde que nous aurons des manifestations de masse vendredi, après la prière, partout en Egypte».

19h20. Après l'Allemagne et les Etats-Unis, la Grande-Bretagne demande aux autorités égyptiennes «de tenir compte des préoccupations des manifestants et de respecter la liberté d'expression et de réunion». «Toutes les parties doivent faire preuve de retenue et éviter la violence», souligne le ministre des Affaires étrangères, William Hague.

19 heures. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon invite les autorités égyptiennes à saisir l'opportunité des manifestations pour «s'intéresser aux problèmes légitimes du peuple».

18 heures. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton demande à l'Egypte de ne pas perturber le fonctionnement des réseaux sociaux sur internet et appelle toutes les parties à faire preuve de «retenue».

17h35. La Maison-Blanche appelle l'Egypte, un de ses proches alliés, à lever l'interdiction de manifester.

16h48. Selon les services de sécurité égyptiens, au moins 500 personnes ont été arrêtées ce mercredi après la décision des autorités d'interdire les manifestations qui se sont tenues notamment au Caire mais aussi dans d'autres villes du pays. Parmi les personnes arrêtées figurent environ 90 personnes arrêtées dans le secteur de la place Tahrir, dans le centre du Caire, et 121 membres de l'organisation islamiste des Frères musulmans, officiellement interdite mais tolérée dans les faits, interpellés à Assiout, au sud de la capitale égyptienne.

16h30. Il est impossible de se connecter au site de socialisation Facebook en Egypte, alors que Twitter est toujours bloqué.

15h35. Malgré l'interdiction de manifester, des affrontements opposent des policiers et des manifestants dans le centre du Caire et dans la ville de Suez, à l'est de la capitale égyptienne, où 2000 personnes sont rassemblées.

13h15. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, se dit «très inquiet» de la situation et appelle «toutes les parties à la retenue» et à renoncer à la violence.

12h40. Pour la porte-parole de la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, les manifestations en Egypte reflètent les aspirations de la population en faveur du «changement politique» et constituent un «signal» après les événements en Tunisie.

12h20. Des militants, très actifs auprès de jeunes via les réseaux sociaux sur internet, indiquent que des rassemblements pourraient avoir lieu à nouveau en province malgré l'interdiction du ministre de l'intérieur.

12 heures. Dans un communiqué, la Maison Blanche s'adresse au gouvernement égyptien. «Il a une occasion importante d'être sensible aux aspirations du peuple égyptien et de mener des réformes politiques, économiques et sociales qui peuvent améliorer sa vie et aider à la prospérité de l'Egypte». Dans son discours sur l'état de l'Union, Barack Obama affirmait quelques heures avant ce communiqué que les Etats-Unis étaient «solidaires des Tunisiens» et soutenaient «les aspirations démocratiques de tous les peuples».

11h23. Le président du Parlement européen Jerzy Buzek déclare souhaiter que les autorités égyptiennes entendent «les aspirations légitimes» de leurs citoyens et répondent à leurs revendications.

11 heures. Un manifestant décède de ses blessures à Suez selon une source médicale. Au total, trois manifestants ont été tués lors des rassemblements anti-régime en Egypte. Un policier a également trouvé la mort dans ces heurts.

10h15. Twitter est bloqué en Egypte. Le site de micro-blogging est inaccessible depuis mardi, alors que des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak au pouvoir depuis 30 ans.
10 heures. Le ministère égyptien de l'Intérieur interdit toute nouvelle manifestation, après les rassemblements hostiles au régime qui ont rassemblé des milliers de personnes et fait trois morts mardi. Le «Mouvement du 6 avril», un groupe de militants pro-démocratie à l'origine de ces manifestations, a appelé plus tôt à de nouveaux rassemblements mercredi dans le centre du Caire


_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte Empty Re: Manifestations hostiles à Moubarak en Égypte

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum