Toute la Droite
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en français : où le ...
Voir le deal

Candidat aux cantonales cherche suppléante

Aller en bas

Candidat aux cantonales cherche suppléante Empty Candidat aux cantonales cherche suppléante

Message  livaste Ven 26 Nov - 22:57

Candidat aux cantonales cherche suppléante

Candidat aux cantonales cherche suppléante Modem410

Daniel Suszwalak est candidat aux élections cantonales dans le canton de Privat, en Ardèche. Crédits photo : DR

Par Jim Jarrassé

26/11/2010 | Mise à jour : 18:09

Candidat MoDem aux élections cantonales pour mars 2011, Daniel Suszwalak cherche une suppléante depuis la fin de l'été. Sans succès, il a lancé un avis de recherche dans la presse.

«Recherche personne majeure, habitant l'une des seize communes du canton de Privas, sensibilité humaniste et socio-démocrate, un goût prononcé pour les questions environnementales serait un plus. Idées extrêmes, s'abstenir. Rémunération nulle, victoire très incertaine.». L'annonce envoyée il y a une quinzaine de jours au Dauphiné Libéré par Daniel Suszwalak ne manque pas de piquant. Mais derrière l'humour de l'Ardéchois se cache une réelle inquiétude : à moins de trois mois du dépôt officiel des candidatures aux élections cantonales, auxquelles il souhaite participer sous les couleurs du MoDem, il n'a toujours pas trouvé de suppléante. «Je n'ai pas reçu une seule réponse», regrette-t-il.

Depuis 2007, la loi exige que les candidats aux cantonales s'adjoignent les services d'un remplaçant du sexe opposé. Une condition destinée à renforcer la parité dans les conseils généraux, mais qui n'est pas toujours évidente à remplir, notamment dans les zones rurales. «Je n'ai trouvé aucune femme qui ressente le désir de s'engager, témoigne Daniel Suszwalak. D'où l'idée de la petite annonce». Directeur général d'un syndicat intercommunal, le candidat cherche une suppléante depuis la fin de l'été, au moment où il a décidé de se présenter. «J'ai d'abord fait le tour des adhérentes du MoDem dans mon canton de Privas. Puis j'ai été forcé d'élargir mes recherches.» Pas question pour autant de choisir la première venue. «Je n'ai pas besoin d'une potiche. Il faut que ce soit une femme qui veuille vraiment s'impliquer. Si elle est vraiment motivée, je suis même prêt à lui laisser ma place de titulaire». Et s'il ne trouve pas la candidate idéale, l'Ardéchois abandonnera sa candidature.

La faute au bipartisme
Pour Daniel Suszwalak, ces difficultés sont d'abord symboliques d'une crise de l'engagement en politique. «J'ai bien peur que ce soit le signe d'un affaiblissement des vocations, notamment au niveau local. Une majorité de citoyens ne s'exprime plus, ne va plus voter et ne croit plus en l'action publique». L'Ardéchois déplore aussi la force du «bipartisme et du cumul des mandats», qui nuisent à l'essor de forces politiques alternatives au PS ou à l'UMP. «Il y a des jeunes qui ont envie de s'investir. Mais ils sont très vite découragés car c'est devenu impossible d'exister entre les deux grands blocs», assure-t-il. Avant de raconter une anecdote personnelle : «Quand je suis allé manifester contre la réforme des retraites avec mon T-shirt orange du MoDem, je me suis fait insulter».

L'engagement politique local exige aussi des sacrifices. Faire campagne, travailler les dossiers, représenter le canton dans les manifestations officielles... Tout cela demande du temps et de l'argent. Pour faciliter les choses, Daniel Suszwalak s'est engagé à financer l'intégralité des dépenses de campagne.

Nostalgique de l'UDF, il croit encore au retour d'un centre fort. Il se sent en tout cas un peu à l'étroit dans un MoDem qui «pâtit aujourd'hui d'une faible notoriété et d'un réseau local insuffisant». Aux régionales, le mouvement de François Bayrou, emmené par Azouz Begag, n'a rassemblé que 4,3% des voix en Ardèche. Alors, la récente émancipation de Jean-Louis Borloo est-elle porteuse d'espoir ? «A condition que les égos des présidentiables ne prévalent pas sur les intérêts du rassemblement. Mais je reste persuadé qu'à terme, on se retrouvera tous».



Par Jim Jarrassé

Razz

Avis aux volontaires !!!!

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum