Toute la Droite
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en ...
Voir le deal

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

2 participants

Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  livaste Lun 11 Aoû - 8:55

Publié le 11/08/2008 à 10:43 - Modifié le 11/08/2008 à 10:46 Le Point.fr


Par Marc Vignaud

Le ministre des Affaires étrangères est parti dimanche soir pour la Géorgie pour tenter de jeter les bases d'une négociation entre les deux belligérants @ AFP

Bernard Kouchner a commencé sa mission de médiation au nom de la France et de l'Union européenne lundi. Le ministre des Affaires étrangères s'est entretenu avec le président géorgien Mikheil Saakachvili à Tbilissi. Interrogé sur la situation sur place, il a estimé : "Il y a sûrement eu beaucoup de victimes civiles. Ce n'est pas douteux (...). Il n'y a pas eu que des objectifs militaires, il y a eu en tout cas des dégâts parmi les civils." À Tbilissi même, le calme règne : "La ville elle-même regorge de lumières. Elle n'a pas été directement attaquée. Cette nuit, il y a eu le bombardement d'un objectif militaire non loin de la ville", a-t-il néanmoins précisé sur RTL . Questionné sur les bombardements, il a répondu : "Je ne suis pas là pour condamner, je suis là pour proposer un arrêt des hostilités."

Le locataire du Quai d'Orsay refuse de condamner l'attitude russe pour pouvoir jouer un rôle crédible de médiation. Car il veut croire au rôle central que pourrait jouer l'Union européenne pour mettre un terme au conflit : "Je ne pense pas que les Américains s'engageront plus avant et le processus de paix (...) est en train d'être initié par le président Sarkozy, président de l'Union européenne et son serviteur."

"Notre mission est d'essayer de faire la paix"

Le promoteur du droit d'ingérence explique qu'il espère "que l'UE et l'OSCE (NDLR, Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) seront acceptées pour contrôler et garantir le cessez-le-feu (...) C'est la guerre des mots et des mortiers. Et notre mission est d'essayer de faire la paix selon un plan simple : une cessation des hostilités immédiate et inconditionnelle, avec un accès aux victimes, avec la promesse signée de ne plus user de force et aussi le retrait des troupes" sur les positions qu'elles occupaient le 6 août juste avant le début du conflit. Le président géorgien Mikheïl Saakachvili "a accepté à peu près toutes les propositions" pour arrêter le conflit avec la Russie, a-t-il précisé.

Bernard Kouchner doit encore rencontrer le président russe Dmitri Medvedev. Nicolas Sarkozy est également attendu sur place mardi. Interrogé sur sa marge de manoeuvre par rapport au Président, Bernard Kouchner ne se fait pas d'illusions. "Je suis à la disposition et en contact permanent avec le président de la République", reconnaît le ministre d'ouverture.

On aurait du mal à croire que les bombarements russes ne fassent pas de victimes parmi les civils !
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Sarkozy mardi à Moscou pour "tenter de finaliser" un cessez-le-feu

Message  Invité Lun 11 Aoû - 9:56

Sarkozy mardi à Moscou pour "tenter de finaliser" un cessez-le-feu
















Le président français Nicolas Sarkozy devrait se rendre dès mardi à Moscou pour "tenter de finaliser" un accord de cessez-le-feu dans le conflit entre Russes et Géorgiens, a déclaré lundi le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner depuis Tbilissi à la radio RTL.

"Si le président Sarkozy vient demain (à Moscou, ndlr), comme je le comprends, et ça va être affirmé ou coaffirmé dans la journée, j'attendrai peut-être le président Sarkozy" pour rencontrer le président russe Dmitri Medvedev, a déclaré M. Kouchner, arrivé dimanche soir à Tbilissi pour une mission de médiation, et qui doit se rendre à Moscou dans la journée de lundi.

M. Sarkozy se rendra à Moscou "pour tenter de finaliser toutes ces démarches que nous faisons autour d'un document qui serait accepté par tous les deux", la Russie et la Géorgie.







Interrogée, la présidence française, qui a annoncé dimanche ainsi que le Kremlin la présence de Nicolas Sarkozy à Moscou "dans les prochains jours", n'a ni confirmé ni démenti ces informations.




http://actualite.aol.fr/sarkozy-mardi-a-moscou-pour-tenter/article/20080811034320328597180

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  livaste Lun 11 Aoû - 13:27

Géorgie : Saakachvili et Kouchner évacués d'urgence

J.B. (lefigaro.fr) Avec AFP et AP
11/08/2008 | Mise à jour : 15:17 | .

Bernard Kouchner en visite à Gori, en compagnie du président géorgien, Mikhaïl Saakachvili. Crédits photo : AP
Le président géorgien et le chef de la diplomatie française ont été évacués de Gori pour des raisons de sécurité. La Géorgie doit transmettre un plan de paix à la Russie, alors que sur le terrain, les combats se poursuivent.

Mikhaïl Saakachvili, le président géorgien, a signé lundi un document contenant des «propositions de paix» et soutenu par l'UE qui sera transmis au président géorgien Dmitri Medvedev, a annoncé le secrétaire du Conseil de sécurité géorgien. Les ministres des Affaires étrangères français, Bernard Kouchner, et finlandais, Alexander Stubb (la Finlande préside actuellement l'OSCE, ndlr), ont aussi signé ce document.

En milieu de journée lundi, Bernard Kouchner et le président géorgien Mikheïl Saakachvili ont été évacués d'urgence de la ville de Gori en raison de la présence suspecte d'un hélicoptère. Ils devaient rencontrer des victimes du conflit. Le chef de la diplomatie française a entamé dimanche soir à Tbilissi une mission de médiation qu'il doit poursuivre lundi soir à Moscou. Selon lui, le président géorgien «a accepté à peu près toutes les propositions» de l'Union européenne et de l'OSCE pour arrêter le conflit.

Bernard Kouchner a précisé que le président français Nicolas Sarkozy devrait aussi se rendre mardi à Moscou pour «tenter de finaliser» un accord de cessez-le-feu. Il ira aussi en Géorgie, affirme Tbilissi. Une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l'UE aura lieu mercredi à Bruxelles, a confirmé officiellement lundi la présidence française de l'UE. Il appartient désormais à la Russie de dire si elle accepte le cessez-le-feu. Lundi, les ministres des Affaires étrangères des pays les plus industrialisés du G7 l'ont exhorté à faire ce choix.


Frappes aériennes près de Tbilissi




Sur le terrain, la Russie affirme que les opérations militaires en Ossétie du Sud sont «en grande partie terminées», selon les déclarations du président russe Dmitri Medvedev. «Tskhinvali (capitale de la république séparatiste géorgienne, ndlr) est sous le contrôle du contingent renforcé des forces russes de maintien de la paix», a-t-il ajouté.

Malgré l'annonce d'un cessez-le-feu dimanche côté géorgien, les tirs à l'arme lourde et automatique ont encore été nourris dans la nuit de dimanche à lundi à Tskhinvali, faisant trois morts et 18 blessés au sein des forces russes. Selon le commandement russe, les pertes en Ossétie du sud s'élèvent jusqu'ici à 18 soldats tués, 52 blessés et 4 avions abattus. Quatorze militaires sont en outre portés disparus. En milieu de journée, un représentant officiel d'Ossétie du sud a annoncé que les forces géorgiennes avaient recommencé à «tirer massivement» sur l'Ossétie du Sud. La Géorgie évoque entre «80 et 90» avions militaires russes abattus et «des centaines de soldats russes» tués dans les combats depuis vendredi.


Déploiement russe en Abkhazie

Dmitri Medvedev s'est prononcé lundi pour l'installation d'une mission de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) sur le territoire séparatiste géorgien d'Ossétie du Sud.

Côté géorgien, l'aéroport international, la banlieue de Tbilissi ainsi que les villes de Gori et de Poti ont été bombardés par l'aviation russe dans la nuit de dimanche à lundi, ont annoncé les autorités géorgiennes, certaines de ces attaques étant confirmées par des témoins. La Russie a rejeté des accusations de Tbilissi sur la présence de troupes russes sur le territoire géorgien en dehors de l'Ossétie du sud et de l'Abkhazie.

Par ailleurs, environ 9.000 soldats russes doivent être déployés dans la république séparatiste géorgienne d'Abkhazie, a annoncé lundi le commandement russe. Dans les gorges de Kodori, une région disputée d'Abkhazie, les forces géorgiennes ont affirmé lundi avoir «repoussé toutes les attaques». Les Abkhazes ont, de leur côté, affirmé lundi avoir «complètement bloqué» les soldats géorgiens postés sur les hauteurs des gorges. Enfin dans la matinée de lundi, les forces russes ont adressé un ultimatum aux soldats géorgiens dans cette région, leur ordonnant de leur «remettre leurs armes». Le président de cette république séparatiste géorgienne a affirmé lundi que toute négociation était «impossible avec le gouvernement géorgien actuel».


je ne sais pas ce que vous en pensez mais j'ai comme l'impression que la Russie s'en tire parfaitement bien , presque avec les honneurs , alors que c'est quand même elle qui sème le trouble dans toutes ces régions !
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Lun 11 Aoû - 13:28

Ah bah c'est comme d'hab, et j'ai envie de dire que c'est bien fait pour nos gueules puisque ça fait des années qu'on permet tout à ces despotes...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  livaste Lun 11 Aoû - 13:39

pour le moment , c'est pas encore nous qui dégustons , on dira que notre permissivité c'est bien fait pour la gueule des peuples limitrophes !!
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Lun 11 Aoû - 13:41

C'est vrai, mais on commence quand même à déguster un peu (quoique rou ), puisqu'on est obigés de faire évacuer Koukouch, dont la présence n'empêche visiblement pas la russie de continuer ses exactions Rolling Eyes
Mais oui, pauvre Géorgie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  livaste Lun 11 Aoû - 13:50

J'ai trouvé un avis interessant sur la situation de ces ex pays d l'URSS

Publié le 11/08/2008 à 15:19 - Modifié le 11/08/2008 à 15:22 Le Point.fr

INTERVIEW- "La Géorgie a cru trouver une opportunité d'attaquer en plein JO"
Propos recueillis par Marc Vignaud

Dans la nuit du jeudi au vendredi 7 août, les troupes géorgiennes bombardent la région indépendantiste d'Ossétie du Sud. Le lendemain, l'armée russe entre en action et réplique face aux Géorgiens. Laure Delcour, chercheuse à l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), spécialiste du Caucase, a répondu au point.fr pour nous éclairer sur l'origine du conflit et ces enjeux.

Lepoint.fr : Comment sont nées ces régions indépendantes de Géorgie que sont l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie ?

Laure Delcour : Dans les années 1920, les Soviétiques voulaient diluer les nationalités à l'intérieur de l'URSS. Pour cela, ils ont divisé le peuple ossète entre deux républiques. La République soviétique elle-même a gardé le contrôle de l'Ossétie du Nord alors que la république de Géorgie (appartenant à l'URSS) a reçu l'Ossétie du Sud. En 1990, au moment de la désintégration de l'ex-URSS, l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud ont souhaité devenir indépendantes de la Géorgie, notamment l'Ossétie du Sud, parce que la Géorgie avait supprimé l'autonomie dont elle jouissait auparavant. Ces conflits ouverts se sont soldés par des cessez-le-feu. À cette époque, les Russes avaient pour responsabilité le maintien de la paix mais jouaient un rôle ambivalent en donnant des passeports russes aux citoyens qui ne voulaient plus de la nationalité géorgienne.



Lepoint.fr : Pourquoi le conflit armé a-t-il éclaté en août 2008 ?

L. D. : Depuis les années 1990, les conflits entre la Géorgie d'une part et l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud d'autre part n'ont jamais cessé. On les appelait des "conflits gelés". L'arrivée de Mikheil Saakachvili au pouvoir en 2003 a changé la donne puisqu'il a fait de la réintégration de ces républiques une de ses priorités.
Les tensions se sont à nouveau accrues au début de l'année 2008 dans un contexte international marqué par l'indépendance du Kosovo - déclarée unilatéralement - et par le projet d'extension de l'Otan (Organisation du traité de l'Atlantique nord) à la Géorgie qui inquiétait beaucoup la Russie.
Le déclenchement des hostilités a été provoqué par la Géorgie qui a cru trouver une fenêtre d'opportunité en plein été, pendant les Jeux olympiques et à la fin de la période de l'administration Bush qui la soutient. Cet allié pourrait en effet disparaître en janvier prochain, en particulier si Barack Obama est élu à la tête des États-Unis. Mais Mikheil Saakachvili a pris un grand risque en pariant que l'Union européenne et surtout les Américains le soutiendraient sans condition face à la Russie, alors que c'est lui qui a pris l'initiative de bombarder l'Ossétie du Sud.



Lepoint.fr : Quels sont les objectifs de la Russie dans ce conflit ?

L. D. : Les enjeux sont considérables. Elle veut assurer la stabilité de la région : il y a un risque réel de contamination au Caucase du nord, qui est situé sur son territoire. Toutefois, la position de la Russie est relativement ambivalente. Elle ne recherche pas le rattachement de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud ni leur indépendance car cela risquerait de créer un précédent pour certaines entités du Caucase du nord en territoire russe. Mais d'un autre côté, elle a de vieux réflexes de grand frère hérités de l'ex-Union soviétique en ayant du mal à abandonner le contrôle dans ses ex-républiques. La Russie ne peut pas reculer sans perdre la face, même si son intérêt est sans doute de revenir au statu quo en Ossétie du Sud et d'améliorer ses relations avec la Géorgie, comme elle a su le faire avec l'Azerbaïdjan, un voisin de la Géorgie.
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Lun 11 Aoû - 13:56

Une analyse intéressante, en effet, surtout que Saakachvili aime aussi parfois mettre de l'huile sur le feu avec des provocations antirusses. Mais ça ne change rien au fait que Poutine et Medvedev cherchent à mon avis à se reconstituer le bon vieux glacis soviétique en Europe de l'Est...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  livaste Lun 11 Aoû - 17:36

Géorgie - Les Russes aux portes de la ville géorgienne de Gori


Alors que le Kremlin a rejeté l'offre de cessez-le-feu formulée par la Géorgie, les troupes russes seraient en passe de prendre la ville, située à 90 km de la capitale géorgienne.
Lundi matin, le président russe avait annoncé que l'opération militaire en Ossétie du Sud était presque "terminée".
-
le 11/08/2008 - 18h41


Après l'Ossétie du Sud, le conflit entre la Russie et la Géorgie semble bien s'étendre.
Les troupes russes sont en effet aux portes de la ville géorgienne de Gori, située à 90 kilomètres de Tbilissi, la capitale du pays. Selon le gouvernement géorgien, pour qui la ville de Gori est déjà tombée aux mains des Russes, les forces géorgiennes se sont même repliées sur Tbilissi pour défendre la capitale.
Un peu plus tôt, le ministère russe de la Défense avait annoncé que des forces armées russes étaient entrées en territoire géorgien, près de la ville de Senaki, afin d'empêcher de nouvelles attaques géorgiennes contre l'Ossétie du Sud. Pour le président géorgien Mikheïl Saakshvili, c'est tout le territoire géorgien que la Russie entend occuper. Moscou "semble avoir l'intention de renverser le gouvernement" géorgien et d'"occuper le pays", a même estimé le secrétaire du Conseil de Sécurité géorgien Alexandre Lomaïa.

Toute la nuit déjà, les bombardements avaient fait rage aux abords de l'Ossétie du Sud, trois jours après le début de l'offensive géorgienne, et même aux environs de la capitale géorgienne Tbilissi. Une bombe aurait notamment frappé le village de Kodjori, à 10 km de Tbilissi, où une base d'un bataillon des forces spéciales géorgiennes est stationnée. Lundi matin, le président russe Dmitri Medvedev a assuré que l'opération militaire en Ossétie du Sud était presque "terminée". Un peu plus tard pourtant, un représentant de la région indépendantiste affirmait que les forces géorgiennes avaient recommencé à "tirer massivement" sur la région, et ce alors que le président géorgien aurait signé un document contenant des "propositions de paix" et soutenu par l'Union européenne. Des bombardements confirmés par le commandement des forces russes chargées du maintien de la paix. De son côté, le Kremlin a annoncé que la Russie rejetait l'offre de cessez-le-feu formulée par la Géorgie, estimant que Tbilissi devait négocier directement la fin du conflit avec les régions concernées.

30.000 déplacés

Du côté de la communauté internationale, les appels au calme se multiplient. Les ministres des Affaires étrangères des pays du G7 ont exhorté lundi la Russie à accepter un cessez-le-feu immédiat. Les ministres ont également réitéré leur "soutien à l'intégrité territoriale et à la souveraineté de la Géorgie" ainsi qu'aux efforts de médiation conduits par le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner et son homologue finlandais Alexander Stubb (lire notre article). Seule l'Italie, dont le président du Conseil, Silvio Berlusconi, est un ami du Premier ministre russe Vladimir Poutine, dit prendre parti pour la Russie. "Nous ne pouvons pas créer une coalition anti-Russie en Europe et, sur ce point, nous sommes proches de la position de Poutine", a déclaré le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini au quotidien La Stampa.

Depuis le début de l'offensive géorgienne vendredi, 1600 civils ont été tués en Ossétie du Sud, selon le ministère russe des Affaires étrangères. Côté géorgien, le bilan officiel est de 92 morts, dont 40 civils. Ces chiffres sont toutefois à prendre avec précaution, mais selon la Croix-Rouge internationale environ 30.000 personnes, soit près la moitié de la population, ont fui les combats en Ossétie du Sud et 10.000 en Géorgie. Les pays européens ont eux commencé à rapatrier leurs ressortissants. La France devait dépêcher dans l'après-midi un Airbus A-340 avec à son bord 30 tonnes de fret humanitaire. D'une capacité de 250 places, l'appareil doit ramener à Paris Français et autres Européens "qui le souhaitent et qui sont actuellement bloqués à Tbilissi en raison de l'interruption des vols commerciaux", selon le ministère des Affaires étrangères.

l'UE proteste mollement .. mais rapatrie ses ressortissants , signe que l'on ne croit pas à l'apaisement !
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  livaste Lun 11 Aoû - 21:07

L'amertume partagée des Géorgiens

11/08/2008 | Mise à jour : 06:29 | Commentaires 15 .


[
b]Un même reproche s'exprime dans les rues de Tbilissi. Il s'adresse à l'Europe qui «nous abandonne encore une fois».[/b]

«Vous, les Européens, je ne veux pas vous parler !», lance Otar, venu consulter la liste des blessés admis à l'hôpital républicain de Tbilissi. Mais très vite, il se ravise. «Les Occidentaux nous laissent dans la gueule des Russes, comme en 1921 lorsque les Soviétiques nous ont envahis dans l'indifférence la plus totale, lâche cet ouvrier de 50 ans. L'Europe et l'Amérique ont laissé la Russie écraser la Tchétchénie. Ils font de même avec la Géorgie. L'Europe défend son petit confort, son gaz de la Caspienne.» Derrière Otar, des visages graves défilent devant les listes, deux cents noms environ, collés sur les murs du grand hôpital de la capitale géorgienne.

Otar vient de retrouver son neveu, après quatre jours de recherche. Il est «blessé mais vi­vant», dans un hôpital de Gori, ville natale de Staline, toute proche de la «frontière» avec l'Ossétie. La ville est «vidée, détruite», témoigne-t-il. Aux portes de l'hô­pital tbilissien, ils sont nombreux à deviser sur l'histoire lorsqu'on leur demande ce qu'ils pensent de cette situation qui rappelle trop les guerres de sécession meur­trières d'Ossétie du Sud et d'Ab­khazie, entre 1991 et 1993.

La critique des Occidentaux est-elle le fruit de la propagande du pouvoir ? Pas vraiment. Les journaux des télévisions géorgiennes, aux ordres du président Saakachvili et de son équipe, font bon accueil aux diplomates occidentaux qui accourent à Tbilissi. Jamais le David géorgien n'a eu tant besoin de ses «amis» européens et américains, que l'on veut encore croire capables de stopper le Goliath russe.


«Nous nous sentons trahis»

Une ambulance, sirène hurlante, fait irruption sous le porche de l'hôpital. Un soldat, l'œil po­ché, vient tirer sur sa cigarette au milieu des familles inquiètes et du personnel hospitalier venu souffler et prendre un peu le soleil. Passe Irma, la quarantaine. Dans un excellent français, elle n'hésite pas à dire ce qu'elle a sur le cœur. «Les Géorgiens se sentent trahis. C'est notre choix que de rejoindre la famille européenne, de partager ses valeurs. Mais l'Europe nous abandonne encore une fois.»

Les Géorgiens soutiennent le pouvoir dans la crise. Y compris l'opposition, mais certains de ses membres laissent entendre qu'ils tiennent le président pour responsable de la guerre. C'est le cas de l'ancienne ministre des Affaires étrangères, Salomé Zourabichvili qui déclarait hier avoir «beaucoup de questions à poser aux autorités géorgiennes, notamment dans l'analyse des responsabilités».

Dans une allocution télévisée, le président géorgien Mikhaïl Saakachvili affirmait hier soir que «l'existence de l'État géorgien est menacée» et lançait un appel pressant aux États-Unis «le pays le plus puissant du monde» afin qu'ils usent de tout leur poids politique pour régler le conflit opposant son pays à la Russie. De l'autre côté de la frontière, en Ossétie du Nord, les réfugiés qui avaient fui Tskhinvali témoignaient de la violence de l'assaut et s'inquiétaient du sort de leurs parents bloqués dans des caves pour échapper aux combats.

livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Lun 11 Aoû - 21:08

Je comprends l'amertume des Géorgiens... Il serait temps que nos abrutis de dirigeants comprennent que les Russes ne s'arrêteront pas à la Géorgie si on les laisse faire... Rolling Eyes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Mar 12 Aoû - 0:00

Mais d'un autre côté, elle a de vieux réflexes de grand frère hérités de l'ex-Union soviétique en ayant du mal à abandonner le contrôle dans ses ex-républiques

ca me rappelle un certain pays qui a tendance a jouer les gendarmes en Afrique....(avec un peu moins de violence).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Georges Mar 12 Aoû - 9:16

Aurélie a écrit:Je comprends l'amertume des Géorgiens... Il serait temps que nos abrutis de dirigeants comprennent que les Russes ne s'arrêteront pas à la Géorgie si on les laisse faire... Rolling Eyes

Il y a quelques mois sur un forum de droite, je disais que la Russie nationaliste sera plus dangereuse pour la paix du monde que la Russie communiste.

Georges
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Masculin Nombre de messages : 2950
Age : 74
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Mar 12 Aoû - 9:20

La montée en puissance de la Russie n'est pas gênante si on a une diplomatie intelligente. Au contraire, cela évitera un monde unipolaire... Il faut que la France en profite pour tirer son épingle du jeu... Ma pauvre Aurélie, tu crois qu'on a les moyens d'aller soutenir l'autre crétin pro-américain qui a foutu son peuple dans la merde en encourageant un séparatisme à la con et en jouant la carte pro-otan? Sérieusement, non.

saco

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  livaste Mar 12 Aoû - 9:22

plus dngereuse , je ne crois pas , Gorges , ausi dangereuse cetainement puisque , semble t il , le seul objectif réel de ses dirigeants actuels est de reconstituer sa domination totale , par les chars s'il le faut , sur les états voisins !
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Mar 12 Aoû - 10:12

saco a écrit:La montée en puissance de la Russie n'est pas gênante si on a une diplomatie intelligente. Au contraire, cela évitera un monde unipolaire... Il faut que la France en profite pour tirer son épingle du jeu... Ma pauvre Aurélie, tu crois qu'on a les moyens d'aller soutenir l'autre crétin pro-américain qui a foutu son peuple dans la merde en encourageant un séparatisme à la con et en jouant la carte pro-otan? Sérieusement, non.

saco

je préfère largement qu'il soutienne et copine avec Bush (aussi con soit-il) que les chefs de la mafia Russe Poutine and co ..... Rolling Eyes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Mar 12 Aoû - 11:43

saco a écrit:La montée en puissance de la Russie n'est pas gênante si on a une diplomatie intelligente. Au contraire, cela évitera un monde unipolaire... Il faut que la France en profite pour tirer son épingle du jeu... Ma pauvre Aurélie, tu crois qu'on a les moyens d'aller soutenir l'autre crétin pro-américain qui a foutu son peuple dans la merde en encourageant un séparatisme à la con et en jouant la carte pro-otan? Sérieusement, non.

saco
Tu inverses totalement la réalité. C'est bien la russie qui fout la merde depuis un bail en n'hésitant pas à alimenter le séparatisme sur le sol géorgien, sous prtexte que des minorités russes s'y trouvent. Si ça ne te dérange pas que la Russie nationaliste défonce les pays limitrophes pour se reconstituer un glacis digne des temps soviétiques et que tu ne trouves pas ça dangereux, libre à toi. Mais il s'agirait de ne pas charger Saakachvili, qui certes est un imbécile, mais qui a eu des réactions tout à fait compréhensibles et saines. Tu supporterais qu'une puissance étrangère vienne semer la zizanie dans une réion de France susceptible d'être séparatiste?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  livaste Mar 12 Aoû - 11:57

Je suis d'accord avec l'analyse d'Aurelie !
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Mar 12 Aoû - 12:00

Sans du tout juger la Géorgie ou la Russie, il faut dire que la jurisprudence Kososvo ne peut qu'encourager les mouvements séparatistes en soi (parceque tout part de là quand même). Si on laisse de côté les jugements sur le conflit actuel, certaines questions méritent d'être posées.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Mar 12 Aoû - 12:03

Accorder l'indépendance au Kosovo était une énorme connerie, ça c'est certain. Mais qui avait alors menacé l'OTAN d'une opération militaire? Laughing Faites ce que je dis et pas ce que je fais hein...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Mar 12 Aoû - 12:10

Certes mais rien n'est aussi simple justement, moi sur le fond je n'ai toujorus pas d eposisiton sur l'indépendance du Kosovo, et la Géorgie n'est pas non plus le bon côté de la médaille, exempte de comportements aboslument choquants et scandaleux depuis 1991 sur cette question.
Quant aux agitations diplomatiques (qui sont nécessaires pour l'image, j'insiste, le silence serait bien pire), comme pour d'autres conflits menés par les USA et qui ont été bien suivis et moins condamnés par certains pays occidentaux, elles resteront malheureusement vaines. Les USA, la RUssie et la Chine font absolument ce qu'ils veulent et continueront à faire ainsi. L'ONU n'est qu'un marche pied pour eux, dont ils ne s'embarrasent pas toujours d'ailleurs. Parceque finalement, quand l'un de ces trois pays fait preuve d'ingérence militaire dans un pays tiers, on fait quoi? On envoit aussi l'armée? On coupe nos relations diplomatiques et économiques (rire jaune)
NOn, il faut condamner certes, mais ça s'arrête là. Ils ont des moyens de représailles bien trop importants.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  livaste Mar 12 Aoû - 12:13

Nous sommes d'accord , Anna , nous n'avons pas les moyens de faire autrement que de condamner , et essayer d'infléchir par la voie diplomatique .
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 31219
Date d'inscription : 14/01/2008

https://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Mar 12 Aoû - 12:16

Oui, je sais que nous sommes d'accord... Very Happy
C'est simplement que ce conflit est une nouvelle preuve de ce qui se passe sur la scène géoplotique: le monde n'est pas uni ni bipolaire. C'est une hydre à trois têtes, qui en plus ne regardent pas dans le même sens.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Mar 12 Aoû - 12:16

C'est bien ce que je condamne, au final c'est celui qui exerce le plus de chantage qui gagne, ça ne cessera jamais de m'exaspérer. Et j'ai bien précisé que la Géorgie n'a pas toujours été exempte de reproches, mais j'insiste encore, cette fois, même si Saakachvili n'est sans doute pas l'homme de la situation, elle était dans son droit.
Et si on n'a pas de moyens d'agir contre la russie aujourd'hui, c'est parce qu'on la justement laissée faire ce qu'elle voulait un peu partout, notamment en Tchétchénie, où on va bientôt pouvoir compter les survivants des exactions sur les doigts d'une main.
Je regrette, mais même si ça doit nous coûter sur le moment, il est temps d'accentuer la pression sur la Russie si on ne veut pas que le bordel s'étende ensuite à l'Ukraine et au reste de l'Europe de l'Est.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Invité Mar 12 Aoû - 17:47

AVec la Russie et la Chine, dans les 2 cas les courbettes d'aujourd'hui seront les bombes de demain.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers" Empty Re: Kouchner : en Géorgie, "c'est la guerre des mots et des mortiers"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum