Démonstration de force des enseignants

Aller en bas

Démonstration de force des enseignants Empty Démonstration de force des enseignants

Message  Invité le Dim 19 Oct - 18:10

Démonstration de force des enseignants
France Info - 17:23


Plusieurs dizaines de milliers de personnes, 80 000 selon les organisateurs et 32 000 selon la police, ont défilé à Paris pour demander au gouvernement d’investir dans l’éducation à l’heure de la crise, au lieu de supprimer des postes.

De la place d’Italie à la Bastille, une majorité d’enseignants, des étudiants, des lycéens et des parents d’élèves de la FCPE ont manifesté, à l’appel de 47 organisations, pour que l’éducation "reste une priorité". Des personnels administratifs et techniques étaient présents dans le cortège. Les protestataires dénoncent les 11.200 suppressions de postes de cette rentrée 2008 ainsi que les 13.500 d’ores et déjà annoncées pour 2009. Ils protestent également contre les multiples réformes mises en oeuvre par le ministre de l’Education Xavier Darcos, notamment la réforme des programmes scolaires dans le primaire.

Défilant juste après le carré de tête de la manifestation, les maîtres des Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (Rased) étaient venus nombreux pour protester, aux cris de "Rased, vivants !", contre les 3.000 suppressions de postes les concernant annoncés pour 2009. Ces "Rased" de primaire (écoles maternelles et élémentaires) n’aideront plus les écoliers en difficulté comme aujourd’hui mais seront réaffectés devant des classes entières.

Quelques heures plus tôt sur Europe 1, la ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Pécresse avait pourtant estimé que les raisons de la mobilisation étaient "en profond décalage avec la situation réelle de l’éducation qui est aujourd’hui la priorité des priorités du gouvernement". "Mme Pécresse a dit que la mobilisation étaient injustifiée : j’aimerais que le gouvernement cesse de faire l’autruche et voie que la mobilisation exprime beaucoup de mécontentement et beaucoup d’attentes", a réagi le secrétaire général de la FSU Gérard Aschieri.

Le PS dans les rangs

Martine Aubry, Bertrand Delanoë et Benoît Hamon, principaux prétendants à la tête du PS avec Ségolène Royal, se sont finalement retrouvés dimanche à Paris presque au coude à coude dans les rangs de la manifestation. A quatre semaines du congrès de Reims, les trois leaders de motion sont tout de même arrivés en ordre dispersé "L’Education, c’est le cœur de la République", a déclaré la maire de Lille, en dénonçant "la fermeture de classes, la suppression de poste, la semaine des quatre jours".

De quoi elle se mèle la Pécresse ?
Rolling Eyes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Démonstration de force des enseignants Empty Re: Démonstration de force des enseignants

Message  livaste le Dim 19 Oct - 18:44

elle croit peut être que math spé veut dire maternelle spéciale !!!!! Razz

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 30178
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Démonstration de force des enseignants Empty Re: Démonstration de force des enseignants

Message  shimmy le Dim 19 Oct - 18:54

Avant "math spé" il y a "maths sup" ! Razz Razz Razz Razz
shimmy
shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 75
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Démonstration de force des enseignants Empty Re: Démonstration de force des enseignants

Message  Invité le Dim 19 Oct - 18:57

Beld, je me posais exactement la même question...Elle est au courant que les deux ministères ont été séparés? Il serait temps.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Démonstration de force des enseignants Empty Re: Démonstration de force des enseignants

Message  livaste le Dim 19 Oct - 18:59

shimmy a écrit:Avant "math spé" il y a "maths sup" ! Razz Razz Razz Razz

ben oui , pour elle c'est peut être 2 années de maternelle !!Raison de plus pour qu'elle intervienne Razz


Dernière édition par livaste le Dim 19 Oct - 19:15, édité 1 fois

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 30178
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Démonstration de force des enseignants Empty Re: Démonstration de force des enseignants

Message  Invité le Dim 19 Oct - 19:13

J'imagine que vous êtes assommés par les dernières nouvelles (suppression de près de la moitié des postes d'enseignants spécialisés en RASED). Luc Ferry avait beau l’avoir annoncé, nous avions beau redouter depuis quelques jours que de telles coupes soient inscrites dès le prochain budget, je reste sans voix face à l'ampleur du fauchage. De plus, il faut maintenant considérer comme probable que le gouvernement ne s’arrêtera pas au milieu du gué et qu’il a déjà décidé de supprimer l'autre moitié des postes de RASED dans le budget 2010.



C'est un saccage incommensurable : chaque maître spécialisé de RASED représente un trésor de compétences, un appui irremplaçable pour les maîtres et les équipes d'école. Je pense à Ghislaine, à Martine, à Françoise, à Magali… des maîtres E que j'ai côtoyés au cours de ces dernières années et qui m'ont tant appris et j'enrage ! Je pense à tous ceux qui, comme elles, ont acquis une authentique expertise diagnostique et pédagogique sur la grande difficulté scolaire, après des années d'expérience dans le travail auprès d'élèves qui ont des difficultés graves de toutes sortes dans les apprentissages scolaires. Et j'enrage ! Dans les écoles primaires aujourd'hui, personne ou presque ne sait vraiment faire ce travail.

Si on considère que chacun des 7 000 maîtres E et G de RASED sauve chaque année du désastre, ne serait-ce que 10 gamins de cycle 2, c'est 70 000 enfants qui, au lieu d'être soustraits à l'échec scolaire, seront bientôt pratiquement abandonnés à leur sort. Malgré toute la bonne volonté des enseignants (et elle est grande !), ce n'est évidemment pas deux fois 50 minutes de « soutien » par semaine qui peuvent remplacer une prise en charge spécialisée E ou G, éventuellement au sein même de la classe. Comment croire que le gouvernement souhaite vraiment diviser par 3 le nombre d'élèves en grande difficulté face à l'écrit, s'il raye ainsi d'un trait de plume, sans aucun scrupule, un dispositif dont bénéficient les élèves les plus en difficulté ?



Et quelle économie fera-t-on finalement ainsi dans les divers budgets de l'État, si demain, ces 70 000 élèves se retrouvent aux limites de l'analphabétisme ? Combien de postes faudra-t-il créer en SEGPA dans quelques années ? Combien de classes-relais ? Et dans vingt ans, combien de pauvres, que l'on qualifiera d’« inemployables » et pour lesquels on débattra pour savoir s'il vaut mieux un RMI, un RSA ou une quelconque autre allocation-pauvreté ? Et dans trente ans, combien d'enfants de ces personnes qui, à leur tour… ?



Victor Hugo disait : « Ouvrez des écoles, fermez des prisons ». N'est-il pas curieux de constater que, dans le projet de budget 2009, on supprime des milliers de postes d’enseignants, tandis que le nombre de postes de gardiens de prisons est l’un des rares à augmenter fortement ?

Xavier Darcos pense peut-être que, du fait que les effectifs moyens par classe ne monteront pas significativement et qu'il offre 2 h de « soutien » aux « élèves-en-difficulté », les parents ne s’apercevront de rien et ne diront rien. Mais pour cette fois, je crois qu'il se trompe. Les parents peuvent comprendre qu'il y a là une escroquerie. Si on leur explique qu'en supprimant les psy, les E et les G des RASED, le ministère prend, dans le domaine de l'éducation, une mesure qui reviendrait, dans celui de la santé, à supprimer les spécialistes (ophtalmo, ORL, gastro, etc.) tout en proclamant que les généralistes sauront répondre aux besoins des patients, ils ne laisseront pas faire.

Les parents des élèves en situation de handicap doivent aussi savoir que la fin des RASED sera une entrave à l’intégration dans bien des écoles, là où des élèves sont intégrés dans des classes ordinaires et où ils bénéficiaient de l’aide d’un maître E ou G au titre de la difficulté scolaire. Ils ne laisseront pas faire.

Le ministère dit : les maîtres spécialisés « pourront, au sein des écoles et dans le cadre de la nouvelle organisation de la semaine scolaire, traiter au mieux et en continu la difficulté scolaire ». Il ajoute qu’« ils garderont leur indemnité spéciale ». Je crains qu’il veuille rouvrir 3 000 classes d’adaptation à l’année, où l'on mettra les élèves les plus en difficulté, encadrés par les maîtres E sédentarisés. Même chose l’an prochain pour 3 000 autres classes. Pour l’instant, il y a des obstacles juridiques à une telle réforme. Mais aussitôt que la loi sur les EPEP sera adoptée (elle sera débattue en janvier), cela pourrait devenir licite, la classe d’adaptation d’un EPEP pouvant vraisemblablement accueillir des élèves qui relèvent actuellement de plusieurs secteurs scolaires.

Un tel projet n’aurait d’autre avantage que de faire des économies à court terme. Pour le reste, il serait anachronique et paradoxal : au moment où l’école fait un effort considérable pour intégrer les enfants en situations de handicap, nous serions le seul pays d’Europe à créer des dispositifs pour externaliser le traitement de la difficulté. Y aura-t-il quelqu’un, au ministère, pour démentir cette tentation d’un retour déguisé aux classes de perfectionnement des années 1970 ?

Un observateur impartial aurait quand même peine à croire que le gouvernement a pris cette décision uniquement pour des raisons budgétaires. N’y a-t-il pas d’autres raisons ? Le ministère a-t-il fait réaliser une évaluation du travail des RASED ? Les personnels des écoles, spécialisés ou non, ont besoin de le savoir. Les parents d’élèves et les citoyens doivent également être éclairés sur ce point, car il s’agit à la fois de l’avenir de dizaines de milliers d’enfants et de la gestion des deniers publics.

Quoi qu’il en soit, on se pose inévitablement beaucoup d’autres questions : À quoi ressemble ce pilotage de l’institution scolaire, quand on efface ainsi quarante ans d’histoire de l’adaptation scolaire sans aucun débat préalable ? Au moins, le ministre précédent, pour réformer tel ou tel volet de la politique scolaire, commençait-il par demander un rapport à des IG ou à un universitaire ou par réunir des spécialistes lors d’une journée d’études… Que dire de cette façon de bouleverser ainsi l’école, de chambouler l’approche de la grande difficulté scolaire sans consulter ni les personnels, ni l’Inspection Générale, ni les spécialistes, ni même les instances officielles comme le Haut Conseil à l’Éducation ? Quelles autres professions accepteraient d’être ainsi méprisées ? Cette façon d’exiger des personnels qu’ils obéissent sans comprendre devrait-elle être considérée comme le modèle éducatif de ce ministère ?

Nous avons quelques mois pour susciter un mouvement ample et uni parmi les enseignants et les parents : il s’agit de préserver l’un des moyens les plus efficaces que nous ayons pour travailler à la réussite de tous les enfants. La FNAME peut compter sur mon soutien… et sur mon aide.


[b]A force de nous bassiner avec le service minimum on ne sait plus la ou les raisons des grèves des enseignantsEn voilà une.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Démonstration de force des enseignants Empty Re: Démonstration de force des enseignants

Message  Invité le Dim 19 Oct - 19:55

Ma mère est RASED, et j'ai déjà eu en classe une élève qu'elle avait eu auparavant Smile
Je constate que Darcos n'a pas le courage de répondre lui même de ce gachis. Il est absolument impossible de gérer une classe entière d'élèves avec ce profil, où alors on les parque à ne rien faire...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Démonstration de force des enseignants Empty Re: Démonstration de force des enseignants

Message  Invité le Lun 27 Oct - 15:49

pécresse se mêle de ça peut-être parce que les lycéens se retrouvent en enseignement supérieur après le bac.... Rolling Eyes donc réformer le lycée de manière a mieux orienter les élèves aux études supérieures la concerne , justement !

moi je suis hyper contente de la réforme de la seconde avec deux sessions avec une semaine d'orientation au milieu ; ça me rappelle le cegep québecois ! Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Démonstration de force des enseignants Empty Re: Démonstration de force des enseignants

Message  Jeanclaude le Lun 27 Oct - 17:53

franline a écrit:Pécresse se mêle de ça peut-être parce que les lycéens se retrouvent en enseignement supérieur après le bac.... Rolling Eyes donc réformer le lycée de manière a mieux orienter les élèves aux études supérieures la concerne , justement !

moi je suis hyper contente de la réforme de la seconde avec deux sessions avec une semaine d'orientation au milieu ; ça me rappelle le cegep québecois ! Very Happy

En toute logique, les lycéens se retrouvent dans l'enseignement supérieur ensuite à quelques exceptions près.

Pour notre info personnelle peux-tu nous expliquer en quoi consiste le "cegep québecois" ( s'il existe encore évidemment ! )
D'avance merci pur nous tous !

Jeanclaude
Député
Député

Masculin Nombre de messages : 7476
Age : 72
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Démonstration de force des enseignants Empty Re: Démonstration de force des enseignants

Message  Invité le Lun 27 Oct - 18:14

UN RÉSEAU D'ÉTABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Le réseau des cégeps a été créé en 1967. Implantés dans toutes les régions du Québec, les 48 cégeps font partie de l'enseignement supérieur québécois, dont ils sont la première étape. Les étudiants y ont accès après six ans d'école primaire et cinq ans d'école secondaire. Les cégeps sont des établissements d'enseignement publics.


Les cégeps ont la particularité de faire cohabiter l'enseignement préuniversitaire, qui mène à l'université, et l'enseignement technique, qui prépare au marché du travail. Quel que soit le programme auquel ils sont inscrits, les étudiants suivent des cours de formation générale, dont une partie est commune à tous.
Un milieu de vie et un moteur de développement économique


Les cégeps sont aussi des milieux de vie où fourmillent les activités socioculturelles, sportives et communautaires, qui contribuent à la formation des étudiants et font de certains établissements de véritables pôles culturels dans leur région.


Les cégeps participent activement à la vie socioéconomique de leur milieu, notamment en offrant des services de soutien technologique et de la formation aux entreprises et en assurant le recyclage et le perfectionnement de la main-d'œuvre. À travers les 30 centres collégiaux de transfert de technologie qu'ils ont créés, chacun dans un secteur clé de l'économie québécoise, ils réalisent aussi des activités de recherche appliquée.

Enfin, ils entretiennent des liens soutenus avec le reste du monde, menant de nombreux projets de coopération dans une cinquantaine de pays différents, particulièrement en Afrique, en Amérique latine et en Asie.


Une mission d'orientation

Au fil du temps, la mission d'orientation du réseau collégial s'est accentuée. Les cégeps reçoivent un nombre croissant de jeunes de 16 ou 17 ans, qui n'ont pas forcément arrêté leur choix de carrière et qui doivent trouver leur voie au cégep. Une session d'accueil et d'intégration a été créée dans ce but en 1993.


Les étudiants considèrent leurs études collégiales comme une étape très importante de leur cheminement scolaire et comme une préparation indispensable pour l'université1. Dans d'autres systèmes d'éducation, de plus en plus de jeunes utilisent le collège comme une étape préparatoire à l'université. C'est le cas entre autres en Alberta, en Colombie-Britannique et en Ontario, ainsi que dans certains États américains (Ohio, Kentucky, Floride, Californie, Illinois).
Un niveau de scolarisation indispensable

Pour entrer sur le marché du travail, dont les exigences de qualifications sont de plus en plus élevées, pour jouer son rôle de citoyen de façon éclairée, dans une société de plus en plus complexe, il est indispensable désormais, pour le plus grand nombre, de détenir un diplôme d'études collégiales (DEC).


Journée mondiale des enseignants
LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SALUE LA QUALITÉ DU TRAVAIL DU PERSONNEL
ENSEIGNANT DU RÉSEAU COLLÉGIAL PUBLIC
MONTRÉAL, LE 3 OCTOBRE 2008 — À l’occasion de la Journée mondiale des enseignants, qui
aura lieu le dimanche 5 octobre prochain, la Fédération des cégeps tient à souligner le
travail remarquable des quelque 23 000 enseignants et enseignantes du réseau collégial
public, qui font preuve d’un engagement soutenu en vue d’offrir une formation de grande
qualité à des jeunes qui vivent une étape déterminante de leur parcours scolaire.
Le personnel enseignant des cégeps accomplit chaque jour un travail qui dépasse le seul
fait de donner des cours. Il assume notamment l’encadrement des étudiants et contribue
à l’élaboration et à la révision des programmes. C’est ce que démontre l’étude Enseigner
au collégial… Portrait de la profession produite en mars dernier par un comité paritaire
formé de représentants de la Fédération des cégeps, des fédérations syndicales
enseignantes et du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Cette étude conjointe
dresse un portrait actualisé de la profession enseignante et de ses exigences, qui servira
de base à la poursuite des travaux du comité paritaire.
En plus d’agir directement auprès des jeunes, jouant ainsi un rôle fondamental dans leur
réussite éducative comme dans leur développement personnel, les enseignants du
collégial mènent des activités de recherche disciplinaire et pédagogique, qui font évoluer
l’enseignement supérieur offert au cégep. Ils sont également très actifs en matière de
recherche technologique, ce qui profite à l’ensemble de la société québécoise. Plusieurs
d’entre eux publient par ailleurs des ouvrages pédagogiques, développent du matériel
didactique et conçoivent des outils basés sur l’utilisation des technologies de
l’information et des communications, dont la qualité et l’originalité sont notamment
reconnues chaque année par les Prix de la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport.
— 30 —
Source : Caroline Tessier, directrice des communications, 514 381-8631, poste 2337;
cellulaire 514 239-2088
http://www.fedecegeps.qc.ca/comm/docs/journee_mondiale_des_enseign.pdf?PHPSESSID=fe2da09d0a5646ac92bb89c3899877c7

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Démonstration de force des enseignants Empty Re: Démonstration de force des enseignants

Message  Invité le Lun 27 Oct - 19:48

Une voie enrichissante vers un emploi stimulant
Les jeunes qui font le choix de la formation technique au Québec acquièrent non seulement des compétences de haut niveau reconnues sur le marché du travail, de même qu’un bagage de connaissances que seul peut offrir l’enseignement supérieur, mais ils ont en plus d’excellentes chances de décrocher un emploi motivant.

La formation technique, c’est…
Un choix d’avenir pour les étudiants et un moteur de développement pour les entreprises et les régions du Québec.

�� 45 % des 157 500 étudiantes et étudiants inscrits à l’enseignement régulier au cégep fréquentent le secteur technique en 2007-2008.
�� Ces étudiants mettent en moyenne 3,9 ans à obtenir leur diplôme d’études collégiales, un léger dépassement de 0,9 année qui résulte des changements de programme auxquels le tiers des étudiants du collégial ont recours au moins une fois au cours de leur passage au cégep.
�� Pour favoriser une meilleure orientation ou permettre un accompagnement particulier des jeunes, les cégeps ont instauré la session d’accueil et d’intégration à laquelle 5 % des étudiants sont inscrits cette année.
133 programmes de formation technique dans 5 grandes familles
Techniques biologiques et technologies agroalimentaires
Techniques humaines
Techniques physiques
Techniques de l’administration
Techniques en arts et en communications graphiques

Et les 5 programmes les plus fréquentés sont, dans l’ordre, Soins infirmiers, Techniques de comptabilité et de gestion, Techniques d’éducation spécialisée, Techniques de l’informatique, Techniques d’éducation à l’enfance.

Selon les dernières données du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport :

�� En 2006, on enregistre, pour 100 des 133 programmes techniques offerts au cégep, un taux de placement supérieur à 87 %. Le taux de placement moyen pour l’ensemble des programmes est de 90,6 %.

�� 95,7 % des employeurs se disent satisfaits du niveau de compétence des diplômés de la formation technique… et ce taux de satisfaction augmente continuellement depuis 12 ans.
�� 85,3 % des diplômés occupent un travail à temps plein.

�� 83,5 % des diplômés en emploi occupent un poste relié à leur domaine d’études.
�� En 2006, le taux de chômage des diplômés de la formation technique est de 9,1 points inférieur à celui de l’ensemble des jeunes de 15 à 24 ans au Québec (4,5 % contre 13,6 %).

http://www.fedecegeps.qc.ca/13_cegep/DM_FEDE2-%2312691-v2-Fiche_Regard_sur_formation_technique_ao%FBt_2006.pdf

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Démonstration de force des enseignants Empty Re: Démonstration de force des enseignants

Message  Invité le Lun 27 Oct - 19:53

+ d'infos là !: http://www.fedecegeps.qc.ca/index.php?section=13
suite:

Une formation bien arrimée aux besoins des adultes et des entreprises
Pour les adultes qui souhaitent développer leurs compétences personnelles et professionnelles, et les entreprises qui veulent hausser le niveau de qualification de leurs employés, la formation continue au collégial constitue une solution porteuse de succès.
La formation continue, c’est…
Le meilleur outil de qualification pour les adultes, dans un contexte de société du savoir qui accentue la nécessité d’acquérir des connaissances poussées tout au long de la vie.

�� 22 429 adultes fréquentent le secteur de la formation continue au cégep : 10 933 à temps plein et 11 496 à temps partiel.
�� 14 612 adultes sont inscrits à un programme conduisant à une attestation d’études collégiales (AEC).
�� 2241 adultes inscrits à la formation continue suivent un programme préuniversitaire menant à un DEC et 2631 sont inscrits à un programme de DEC en formation technique.
Des programmes qui répondent aux besoins des Québécois et des entreprises
�� Les collèges offrent environ 520 programmes d’attestation d’études collégiales (AEC), des formations techniques courtes élaborées avec des partenaires du marché du travail.
�� Des formations sur mesure pour les entreprises sont aussi élaborées par les cégeps.
L’AEC : un diplôme apprécié des employeurs
�� Selon les dernières données, le taux de placement est de 85,6 % pour les détenteurs d’une AEC.
�� 86,3 % des détenteurs d’une AEC qui sont en emploi occupent un poste à temps plein.
�� 75,3 % des diplômés en emploi occupent un poste lié à leur domaine.

�� Les meilleurs taux de placement selon les AEC correspondant à un programme de DEC les plus fréquentés sont :
♦ Techniques de l’éducation à l’enfance : 89,3 %
♦ Techniques administratives : 87,9 %
♦ Techniques de bureautique : 87,3 %
♦ Conseil en assurances et en services financiers : 86,4 %
♦ Techniques de l’informatique : 82,8 %
Une formation qui s’étend au-delà des salles de cours
Conscients qu’il est parfois difficile pour un adulte en emploi de se déplacer pour suivre des cours, les collèges ont mis sur pied des organismes offrant de la formation à distance.
��

Cégep@distance, le premier de ces organismes, qui a été créé en 1991, et qui a d’abord intégré à son matériel pédagogique des cassettes audio et vidéo puis des logiciels, offre maintenant des cours sur Internet en plus de ses cours par correspondance.
�� Deux organismes mis sur pied par les cégeps offrent également des cours sur Internet : EduCollege.com et Le-formateur.com.
La reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) : pour favoriser l’intégration ou le maintien en emploi des adultes expérimentés
En 2005-2006, 2083 adultes ont eu recours aux services de la RAC dans plus de 131 programmes (DEC et AEC), comparativement à 118 pour l’année précédente.
En 2007-2008, 17 régions administratives du Québec ont mis en oeuvre des modes de concertation avec les commissions scolaires dans la majorité des cas, ainsi qu’avec des partenaires du marché du travail.

Les outils pour la reconnaissance des acquis et des compétences dans les programmes d’AEC sont développés par les cégeps et touchent des domaines de formation diversifiés. Par ailleurs, les cégeps développent de plus en plus leur offre de RAC et de formations complémentaires en collaboration avec différents organismes, notamment les ordres professionnels.

http://www.fedecegeps.qc.ca/13_cegep/DM_FEDE2-%2312653-v2-FC_Fiche_Regard_sur_formation_continue_ao%FBt_2006.pdf

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Démonstration de force des enseignants Empty Re: Démonstration de force des enseignants

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum