Après les propos de Sarkozy, le camp du non irlandais fulmine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Après les propos de Sarkozy, le camp du non irlandais fulmine

Message  livaste le Mer 16 Juil - 22:28

Publié le 16/07/2008 à 20:30 Le Point.fr


Par Ségolène de Larquier (avec agence)

Un mois après le "non" retentissant des Irlandais au traité de Lisbonne, les propos de Nicolas Sarkozy suggérant de les faire "revoter" ont provoqué un tollé mercredi en Irlande, à quelques jours d'une visite délicate du président français à Dublin. "Les Irlandais devront revoter et je mettrai le veto à tout élargissement de l'Union européenne tant qu'il n'y aura pas de nouvelles institutions", aurait déclaré mardi le chef de l'État, selon des propos rapportés par les députés de son parti l'ayant rencontré dans la journée.


Dans un pays soucieux de son indépendance, où 53 % des électeurs ont rejeté le traité de Lisbonne lors d'un référendum le 12 juin dernier , ces quelques mots ont immédiatement provoqué la colère du camp du "non" et l'embarras du gouvernement irlandais. "Cela illustre bien la nature antidémocratique de ce qui se passe à Bruxelles", s'est insurgé Declan Ganley, l'un des chefs de file des "nonistes" irlandais.

"Faux pas"

Même indignation de la part de Sinn Fein, seul parti politique irlandais à avoir soutenu le "non" le 12 juin, pour qui la position attribuée au président français est "profondément insultante pour le peuple irlandais". "Au cours du mois qui a suivi le rejet très net du traité de Lisbonne par les électeurs irlandais, nous avons entendu toute une série de dirigeants européens essayer de nous intimider et de nous forcer à faire ce qu'ils veulent", a commenté le porte-parole de Sinn Fein pour les questions internationales, Aengus O'Snodaigh. "Il est important que le président Sarkozy comprenne que le peuple irlandais exige que son vote soit respecté et, plus important encore, que ses inquiétudes soient prises en compte", a-t-il poursuivi, indiquant que son parti avait sollicité un entretien avec Nicolas Sarkozy lors de son voyage en Irlande prévu le lundi 21 juillet.

Même le Parti travailliste irlandais, qui a milité pour le "oui", estime que le chef de l'État a "commis un sérieux faux pas". Du côté du gouvernement, la réserve semble de mise. Selon le quotidien Irish Times , le Premier ministre Brian Cowen, actuellement en visite aux États-Unis, s'est employé à minimiser les propos du président français. "Nous devons reconnaître qu'il y a eu de nombreux avis exprimés en Europe sur les problèmes auxquels nous sommes confrontés après le rejet" du traité, a déclaré le chef du gouvernement. Avec le "non" irlandais, ce dernier a d'ailleurs essuyé une cuisante défaite personnelle, un mois à peine après son arrivée au pouvoir.

Henri Guaino joue la carte de l'apaisement

Le ministre irlandais des Affaires étrangères Micheal Martin a pour sa part souligné que Nicolas Sarkozy, président en exercice de l'Union européenne, serait en "position d'écoute" lors de sa visite à Dublin. "Nous n'avons pas l'intention de nous laisser intimider par qui que ce soit", a-t-il prévenu sur une radio irlandaise. "Nous allons étudier cela d'un point de vue irlandais, en fonction de ce qui sert au mieux les intérêts de l'Irlande."


À Paris, le conseiller spécial du chef de l'État Henri Guaino a tenu à nuancer les propos controversés : organiser un nouveau référendum n'est que "l'une des solutions" envisagées, a-t-il souligné. Et s'ils devaient revoter, les Irlandais le feraient "probablement" sur un texte qui ne serait "pas exactement le même". Lors de sa visite à Dublin le 21 juillet, le chef de l'État "va essayer d'évaluer la situation", a insisté Henri Guaino.


Mais pour le chef du Labour Eamon Gilmore, les déclarations de Nicolas Sarkozy augurent mal d'une réelle volonté d'écoute. "On nous a fait comprendre que l'une des principales raisons de la visite du président en Irlande la semaine prochaine était de lui permettre d'écouter les positions du peuple irlandais sur ce qui doit être fait", a-t-il rappelé. "Cependant, s'il a déjà arrêté sa décision sur cette question, ça risque d'être une écoute plutôt vaine."

S'ils devaient revoter , après toutes les conneries qui ont été proférées , je suppose que ce n'est plus 53% de non qu'il y aurait mais 73%!
Chiche ?
Et chiche qu'on fasse voter tous les pays européens !!!

livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27068
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les propos de Sarkozy, le camp du non irlandais fulmine

Message  Invité le Mer 16 Juil - 22:38

Si on refait voter les irlandais de force et qu'ils revotent non, c'est la fin de l'Europe.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les propos de Sarkozy, le camp du non irlandais fulmine

Message  shimmy le Jeu 17 Juil - 5:30

Ce Sarko, il a une idée de la démocratie qui me laisse pantoise !

Moi, je veux revoter pour les présidentielles !

shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 73
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Après les propos de Sarkozy, le camp du non irlandais fulmine

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 13:43


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum