Interdire les ampoules à incandescence: une idée si lumineuse?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Interdire les ampoules à incandescence: une idée si lumineuse?

Message  Invité le Mar 9 Juin - 15:53

Interdire les ampoules à incandescence: une idée si lumineuse?

ENVIRONNEMENT - Dès le 30 juin, certaines ampoules à incandescence vont être retirées de la vente en France. Alors que l'UE va progressivement interdire les lampes à filament, il va falloir s'habituer aux fluocompactes...



D'ici 2012, les lampes à incandescence classiques vont être peu à peu interdites à la vente dans toute l'Union européenne
. En bannissant ces ampoules à filament gourmandes en énergie, l'Europe entend économiser d'ici 2020 l'équivalent de la consommation électrique belge annuelle. En France, les distributeurs se sont engagés à ne plus vendre d'ampoules à incandescence de 100 watts ou plus dès le 30 juin. Le 31 décembre, ce sera au tour des 75 watts, puis des 60 watts le 30 juin 2010 et des 40 et 25 watts en 2011 et 2012.


«Les ménages auront le choix entre des lampes fluocompactes, qui permettent 75% d'économies d'énergie, et des lampes à incandescence efficaces, de type halogène (25 à 50% d'économies)», note la Commission. Mais certains trouvent que les fluocompactes éclairent moins bien. Elles sont en outre accusées d'être au final peu écolo... Faux, répond Georges Zissis, professeur à l’Université de Toulouse, spécialiste de la science et technologie des sources de lumière.

Une ampoule fluocompacte (FC) contient-elle du mercure?


Georges Zissis. Oui, souvent 3 ou 4 mg. C’est une très petite quantité, non dangereuse si l’ampoule casse. Ce mercure est enfermé – si la lampe est rapportée au magasin et recyclée, il ne s’échappe pas. Et toute ampoule est responsable de rejet de mercure dans l’atmosphère: pour fabriquer l’énergie qu’elle consomme, il faut en effet brûler du charbon ou du pétrole. Une ampoule à incandescence, qui consomme beaucoup, sera en moyenne responsable du rejet de 10g de mercure; c’est 3g pour la même utilisation avec une FC.


Le CRIIREM, un centre de recherche, déconseille les fluocompactes pour des lampes de chevets ou de bureau car elles émettent des champs életromagnétiques, qu’en dire?
Pas de risque si vous ne dormez pas avec la lampe sur l’oreiller. Le rayonnement s’atténue vite avec la distance – même une lampe de chevet au moins à 20 cm. Rien à voir avec le rayonnement du portable sur l’oreille.



Les lampes à incandescence dégagent de la chaleur, la facture de chauffage va-t-elle augmenter si on les remplace?
La chaleur monte: les ampoules étant souvent au plafond, elles chauffent peu la pièce.
Les ampoules fluocompactes éclairent-elles aussi bien?
Oui, si on les choisit bien, et ce n’est pas facile – les vendeurs sont mal informés. Lisez les étiquettes. D’abord, pour une lumière équivalente, il faut diviser le nombre de watts par 4 par rapport à l’incandescence. Si vous voulez une ambiance chaude, prenez une température de couleur basse. Enfin, choisissez des ampoules avec un rendu de couleur de plus de 80%.
Les ampoules les moins chères sont souvent de mauvaise qualité. Elles mettent de nombreuses secondes avant de produire une lumière satisfaisante alors que les bonnes ampoules atteignent 80% de leur lumière en 2 secondes.




Les fluocompactes s’utilisent-elles partout?
Il n’est pas conseillé de les utiliser à l’extérieur, elles n’aiment pas le froid. Pour les WC ou le couloir, choisissez une fluocompacte «allumages fréquents» - les normales ne sont pas faites pour être trop souvent allumées et éteintes.

Aurélie Blondel

http://www.20minutes.fr/article/328243/Elections-europeennes-Interdire-les-ampoules-a-incandescence-une-idee-si-lumineuse.php

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interdire les ampoules à incandescence: une idée si lumineuse?

Message  shimmy le Mar 9 Juin - 16:13

Dans le cadre de la recherche d'un habitat sain l'impact des ampoules à basse consommation (type fluo compact) pose problème en 3 points :

1. Leur recyclage, de par les composants électroniques et le mercure qu'elles comportent;
2. L'effet stroboscopique qu'elles génèrent;
3. Les rayonnements radioélectriques importants qu'elles émettent.


D'après une étude menée par les scientifiques du Centre de Recherche et d'Information Indépendantes sur les Rayonnements ElectroMagnétiques (Criirem) et d'Arca Ibérica, les lampes basse consommation (LBC), recommandées pour participer à la lutte contre le réchauffement climatique, sont dès l'allumage à l'origine d'importants rayonnements radioélectriques.

Contrairement aux ampoules classiques, les champs détectés autour des LBC allumées atteignent, à 20 cm, entre 180 V/m et 4 V/m pour des puissances allant de 20 à 11 Watts. Avec des puissances de 7 ou 5 Watts, les champs électriques radiofréquences mesurées vont de 34 à 2 V/m à moins de 20 centimètres. Il faut attendre 1 mètres pour retrouver une valeur de 0,2 V/m, correspondant au bruit de fond radiofréquences ambiant.

La technique des ballasts électroniques présente dans le culot des lampes basse consommation est la cause des rayonnements radioélectriques émis par les ampoules. Ces circuits électroniques, caractéristiques de ampoules, régulent la tension électrique entrant dans l'ampoule - ce qui optimise l'énergie consommée et accroît la durée de vie de l'ampoule. Les ballasts sont aussi chargés, pour éviter un effet de scintillement, d'augmenter la fréquence du courant traversant l'ampoule, transformant ainsi les émissions basse fréquence des ampoules en des fréquences bien plus élevées, à l'origine des rayonnements radioélectriques relevés.

Aucun blindage électromagnétique du culot n'a été constaté dans le culot des ampoules expertisées, or celui-ci permettrait d'abaisser considérablement les valeurs des rayonnements radioélectriques observés.

Champs électriques de 2 à 100 V/m

En raison des valeurs détectées afférentes au fonctionnement de ces ampoules LBC, les personnes qui utilisent ce type d'ampoules, par exemple comme lampe de chevet, sur leur table de travail ou leur bureau, peuvent être exposées, selon la distance et la puissance à des champs électriques allant de 2 à 100 V/m, voire plus.

De plus, des risques importants de compatibilité électromagnétique (CEM) sont à craindre chez les personnes appareillées d'implants ou de prothèse médicales, actif ou non, car elles peuvent être exposées lors de la mise en service des ampoules à économie d'énergie, de façon instantanée, à des pics de champs électriques de l'ordre de 100 à 300 V/m.

Ces valeurs, en fonction des distances et des puissances impliquées, sont supérieures aux limites recommandées par le Conseil de l'Europe (1999/519/CE), visant à éviter au public tout effet thermique et fixée à 28 V/m, et la directive relative à la compatibilité électromagnétique des équipements électroniques et électriques (2004/108/CE), dont les niveaux sont de 3 V/m, voire de 10 V/m selon les références.

shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 73
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interdire les ampoules à incandescence: une idée si lumineuse?

Message  shimmy le Mar 9 Juin - 16:22

Le “Scientific Committee on Emerging and Newly Identified Health Risks” (SCENIHR) vient de publier les résultats d'une étude, établissant un lien entre les ampoules fluocompactes encore appelées lampes fluorescentes compactes (LFC) et l'aggravation des symptômes de maladies dermatologiques.

Le SCENIHR a analysé les risques sanitaires provoqués par les trois caractéristiques de l'ampoule fluocompacte, produit majoritaire sur le marché des ampoules basse consommation :

- La modulation de l'intensité lumineuse perçue par l'oeil humain
- Le rayonnement UV
- Les champs électromagnétiques générés

En examinant l'évolution des symptômes liés à la sensibilité à la lumière de patients exposés aux ampoules fluocompactes, le SCENIHR a constaté que seul le rayonnement UV présente un risque d'aggravation chez certains patients souffrant de maladies telles que la dermatite actinique chronique ou l'urticaire solaire.
Aussi, l'étude souligne que dans le cas extrême d'une exposition prolongée à une distance inférieure à 20 centimètres de certaines LFC à enveloppe simple, l'exposition aux UV serait proche des limites professionnelles actuelles visant à protéger les travailleurs des dommages sur la peau et la rétine. Néanmoins, le SCENIHR souligne que l'utilisation de LFC à double enveloppe ou d'une technologie similaire permettrait de réduire fortement, voire de supprimer ces risques.

Le risque environnemental
Jusqu'à maintenant, c'était l'impact sur l'environnement de ce type d'ampoule qui avait mis un bémol à l'enthousiasme suscité par sa faible consommation énergétique.
En effet, la présence de poudres fluorescentes et de vapeur de mercure dans le tube fait de ces lampes un déchet dangereux sur le plan écologique nécessitant une élimination particulière. L'Agence de protection environnementale des États-Unis, estime que 800 millions de lampes fluorescentes sont jetées chaque année, provoquant ainsi la contamination au mercure de 81 000 km² d'eau.

Désormais l'économie d'énergie des lampes fluorescentes compactes devra être mesurée à la lumière d'un risque environnemental et sanitaire.

shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 73
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Interdire les ampoules à incandescence: une idée si lumineuse?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:47


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum