le pacte européen pour la jeunesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le pacte européen pour la jeunesse

Message  Invité le Mar 10 Mar - 17:22

Conseil de l'Union Européenne

Messages clés adressés au Conseil européen de printemps concernant le pacte européen pour la jeunesse et la coopération européenne dans le domaine de la jeunesse
2923ème session du Conseil ÉDUCATION, JEUNESSE et CULTURE
Bruxelles, le 16 février 2009
Le Conseil a adopté les messages clés suivants:

"A. Contexte et progrès réalisés en 2008 en ce qui concerne la mise en oeuvre du pacte
européen pour la jeunesse


1) L'année 2008 a été la troisième année de mise en oeuvre du pacte européen pour la
jeunesse, qui vise à améliorer l'éducation, la formation, la mobilité, l'insertion
professionnelle et l'inclusion sociale des jeunes. Dans le cadre de la mise en oeuvre,
en 2008, des mesures prévues par le pacte européen pour la jeunesse, les États membres
se sont plus particulièrement penchés sur les questions suivantes: le taux de chômage
élevé chez les jeunes, le pourcentage important des contrats à durée déterminée et les
mauvaises conditions d'emploi des jeunes.


2) Dans l'agenda social renouvelé, présenté en juillet 2008, "les enfants et les jeunes -
l'Europe de demain" figurent parmi les sept domaines prioritaires1 énoncés, l'objectif
étant qu'ils puissent donner la pleine mesure de leurs capacités. Le Conseil,
en approuvant le 17 décembre 2008 l'avis commun du Comité de protection sociale et
du Comité de l'emploi concernant l'agenda social révisé2, souligne l'importance de la
solidarité entre les personnes, les générations et les régions, en particulier dans le
contexte du ralentissement de l'activité économique, car elle aide à rétablir la confiance
des citoyens et favorise la relance économique.


3) Dans sa communication de décembre 2008 intitulée "Des compétences nouvelles pour
des emplois nouveaux"3, la Commission souligne l'importance que revêt l'amélioration
des compétences de la population pour mieux répondre aux besoins actuels et futurs du
marché du travail et, dans sa communication intitulée "Un cadre stratégique actualisé
pour la coopération européenne dans le domaine de l'éducation et de la formation"4, elle
propose quatre axes stratégiques d'ici 2020 en vue d'améliorer la réactivité des systèmes
d'éducation et de formation face au changement ainsi que leur ouverture au monde.


4) Conformément au plan européen pour la relance économique6 approuvé par le Conseil
européen les 11 et 12 décembre 2008, les dernières prévisions économiques brossent un
tableau peu engageant: une croissance proche de zéro et des risques de contraction pour
l'économie de l'UE en 2009, avec un chômage en hausse de quelque 2,7 millions
d'unités au cours des deux prochaines années, si aucune mesure corrective n'est prise.

B. Messages clés
Les jeunes, qui occupent souvent des emplois relativement précaires et qui sont confrontés
à des difficultés d'intégration professionnelle et sociale, risquent - notamment les moins
favorisés d'entre eux - d'être particulièrement vulnérables à la dégradation de la situation
économique. Il leur sera probablement plus difficile de décrocher un emploi stable et de
qualité, ce qui peut avoir des incidences négatives à long terme sur la cohésion sociale
globale. Même si certains progrès ont déjà été réalisés, les questions ayant trait à l'emploi des
jeunes constituent toujours de grands défis pour les pouvoirs publics en Europe. Toute mesure
prise pour relever ces défis aurait des effets à la fois à court terme et sur le plan structurel.
Dans ce contexte, l'amélioration de la mise en oeuvre et de la visibilité du pacte européen pour
la jeunesse doit rester un objectif prioritaire.


I. Dans le cadre de la poursuite de la mise en oeuvre du pacte européen pour la jeunesse
en 2009, les États membres devraient intensifier leurs efforts pour permettre aux
jeunes de passer en douceur des études, de l'inactivité ou du chômage à l'emploi,
tout en relevant les défis spécifiques liés au ralentissement de l'activité économique.



1) Tout en prenant des mesures rapides et efficaces pour lutter contre le chômage des
jeunes, lorsqu'elles sont adaptées à la situation locale, les États membres devraient
continuer à mettre l'accent sur des mesures structurelles coordonnées à moyen et à long
terme, particulièrement favorables aux jeunes.


2) Lorsqu'ils intègrent les principes de la flexicurité dans leurs programmes de réforme, les
États membres devraient prendre en compte, le cas échéant, les besoins des jeunes dans
le cadre de leur entrée ou de leur maintien durable sur le marché du travail.



3) Compte tenu de la dégradation de la situation économique, la priorité devrait être
accordée aux jeunes moins favorisés et à ceux qui vivent dans la pauvreté, car ils
risquent d'être parmi les premiers touchés. Il convient également de tenir compte des
problèmes spécifiques liés aux inégalités de traitement entre les femmes et les hommes,
ainsi que des solutions qui pourraient y être apportées.


4) Il convient de renforcer le rôle des organisations de jeunesse, des professionnels de la
jeunesse et des chercheurs dans le domaine de la jeunesse, s'agissant notamment de
l'aide qu'ils apportent aux jeunes dans la situation économique actuelle. La participation
des jeunes et de leurs organisations à l'élaboration des programmes de réforme
nationaux dans le cadre de la stratégie de Lisbonne et à la définition des actions de suivi
en la matière pourrait contribuer à faire reculer le chômage des jeunes et à lutter contre
la pauvreté.


II. Les jeunes peuvent contribuer de manière non négligeable à la réalisation des
objectifs en matière de croissance et d'emploi, de cohésion sociale et de compétitivité
en Europe et la stratégie de Lisbonne réformée pour l'après-2010 devrait leur
accorder une priorité plus importante encore.



1) La situation des jeunes dans un contexte de dégradation de la situation économique,
la lutte contre le chômage et l'exclusion sociale, la flexicurité dans le cadre des
transitions, une éducation et une formation de qualité, des compétences nouvelles pour
des emplois nouveaux, le développement et une reconnaissance accrue des compétences
et aptitudes acquises au moyen de l'éducation non formelle, une meilleure conciliation
de la vie familiale, de la vie privée et de la vie professionnelle, ainsi que la mobilité des
jeunes en Europe sont autant de questions qui devraient demeurer essentielles dans
le cadre de l'après-Lisbonne et continuer d'être soutenues par les programmes concernés
de l'UE. Il conviendrait également de prêter attention au rôle important que jouent les
jeunes dans le renforcement de la créativité et de l'innovation et dans la promotion de
l'esprit d'entreprise et des technologies de l'information et de la communication.


2) Le futur cadre de la coopération européenne dans le domaine de la jeunesse devrait,
le cas échéant, comprendre des mécanismes de contrôle des mesures stratégiques et
cohérentes spécifiquement destinées aux jeunes afin d'assurer un meilleur suivi des
objectifs communs et de renforcer la dimension de la jeunesse dans la stratégie
de Lisbonne réformée.


3) L'urgence qu'il y a à investir dans la jeunesse devrait être inscrite dans le cadre
renouvelé pour la coopération dans le domaine de la jeunesse, ainsi que dans la stratégie
de Lisbonne pour l'après-2010. Pour la croissance et le développement durables et pour
la cohésion sociale au sein de l'Union européenne, il est essentiel de renforcer
l'autonomie des jeunes et de créer des conditions favorables afin qu'ils puissent
développer leurs compétences, exprimer pleinement leur potentiel et travailler et
participer activement à la société."

http://www.consilium.europa.eu/ueDocs/cms_Data/docs/pressData/fr/educ/106076.pdf

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum