Toute la Droite
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-80%
Le deal à ne pas rater :
Souris gaming Acer Predator Cestus 350 (sans fil, filaire, 8 boutons) ...
19.99 € 99.99 €
Voir le deal

DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence»

Aller en bas

DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence» Empty DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence»

Message  Invité Lun 16 Mai - 12:54

DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence»

L'éventuelle éviction de Strauss-Kahn de la compétition de 2012 n'est pas forcément une bonne nouvelle pour Sarkozy.


La nouvelle est parvenue à l'Élysée peu après 1h30, dans la nuit de samedi à dimanche. Tôt dans la matinée de dimanche, le consulat français à New York a transmis à la présidence le procès-verbal dressé au commissariat de Harlem où Dominique Strauss-Kahn a été placé en garde à vue. Nicolas Sarkozy a donc pu prendre connaissance dans le détail des faits reprochés au patron du FMI. Le porte-parole du gouvernement, François Baroin, a ensuite été envoyé au front pour ce qui aura été la seule réaction officielle de l'exécutif. «Il faut être d'une extraordinaire prudence dans l'expression, dans l'analyse, dans les commentaires et dans les conséquences», a-t-il déclaré sur France 2, en précisant que Dominique Strauss-Kahn aurait «la possibilité d'exprimer sa position, de donner sa version». Le porte-parole a ajouté que «la position du gouvernement français respecte deux principes simples: celui d'abord du respect d'une procédure judiciaire en cours, sous l'autorité de la justice américaine, dans le cadre de l'application du droit américain, et puis le respect de la présomption d'innocence».

À l'Élysée, on expliquait dimanche «ne pas exclure un coup de théâtre qui se traduise par un renversement de situation en faveur de Strauss-Kahn». D'où le choix d'appliquer «un principe de précaution maximum». Les dirigeants de la majorité ont reçu consigne de «prendre de la hauteur» par rapport aux événements et d'y réagir avec «sobriété», «sans accabler» le socialiste que tous les sondages donnaient jusqu'à hier gagnant en 2012. Un mot d'ordre respecté. Seul, le député UMP de Paris, Bernard Debré, interrogé avant qu'on demande le silence dans les rangs, a jugé dimanche matin que Dominique Strauss-Kahn était «un homme peu recommandable», désormais «totalement déconsidéré». «C'est humilier la France que d'avoir un homme comme lui, qui se vautre dans le sexe, et ça se sait depuis fort longtemps», a-t-il affirmé.


Le commentaire a été fort peu apprécié à l'Élysée, où l'on a répété en boucle toute la journée que «le président ferait preuve d'une détermination supérieure encore à faire son job jusqu'au bout, en ne versant en aucun cas dans la controverse». En petit comité, Nicolas Sarkozy lui-même ne s'est jamais privé d'ironiser sur la réputation de Dominique Strauss-Kahn. Des députés reçus en mai 2010 par le chef de l'État se souviennent encore de l'avoir entendu dire qu'il passerait pour un «pasteur méthodiste» à côté de DSK si la présidentielle tournait au concours de vertu. Razz

François Hollande conforté

Mais l'élimination éventuelle du patron du FMI de la course à l'Élysée n'est pas forcément une bonne nouvelle pour Sarkozy. Le député des Alpes-Maritimes Lionnel Luca a bien résumé l'état d'esprit qui régnait dimanche au sein de l'exécutif en estimant que, «réelle ou fausse, cette nouvelle affaire privée concernant le directeur du FMI le met hors course avant même les élections primaires du PS», et que «contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas à gauche qu'on sera le plus déçu!»

Avant même l'épisode de la Porsche, Dominique Strauss-Kahn était considéré par les sarkozystes comme un adversaire moins dangereux que François Hollande. Les événements de ce week-end ont conforté l'ex-premier secrétaire du PS, qui se présente comme un archétype de «Français normal» face à son principal rival à gauche.

En attendant d'en savoir plus, des dirigeants de la majorité ont tout de même trouvé dimanche quelques raisons de se réjouir - sous couvert d'anonymat. Depuis que Nicolas Sarkozy a amorcé sa chute dans les sondages, la guerre entre présidentiables de droite passionne les médias. La mise sur orbite présidentielle de Jean-Louis Borloo et le départ du Parti radical de l'UMP, qui devaient constituer un moment fort du psychodrame interne à la majorité, sont passés largement inaperçus, tous les projecteurs étant braqués sur le PS. Et ils ne sont pas près de s'en détourner.

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/05/15/01002-20110515ARTFIG00215-dsk-l-elysee-preconise-de-reagir-avec-prudence.php

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence» Empty Re: DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence»

Message  Georges Lun 16 Mai - 18:15

Pour ma part, et c'est le cas de nombreux électeurs de la gauche radicale, je n'aurais pas voté pour DSK au deuxième tour, mais blanc. Si c'est Hollande ou Aubry, je voterai PS au deuxième tour.

Georges
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Masculin Nombre de messages : 2950
Age : 74
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence» Empty Re: DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence»

Message  Invité Lun 16 Mai - 20:27

serais-ce un complot de la gauche française finalement, qui aurait pour but de ramener le + de voix possible au second tour !!!??? clown
il est évident que DSK pouvait attirer des centristes de droite; par contre Aubry-Flamby... j'en doute fort ! What a Face

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence» Empty Re: DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence»

Message  Invité Lun 16 Mai - 20:39

Sarkozy se tient toujours à l'écart de l'affaire DSK


Le chef de l'État garde un jugement réservé sur les conséquences de l'inculpation à New York du directeur général du FMI.



«Je l'avais mis en garde!» C'est ainsi que Nicolas Sarkozy s'est exprimé devant différents interlocuteurs dimanche et lundi. Une allusion au moment de l'entrée en fonction de Dominique Strauss-Kahn au FMI, en 2007. Connaissant le goût prononcé de DSK pour les femmes, le chef de l'État lui avait rappelé qu'il prenait ses quartiers dans un pays qui a mis un point d'honneur à traquer l'un de ses présidents pour avoir menti sur une relation sexuelle avec une stagiaire de la Maison-Blanche. Sarkozy n'imaginait pas, évidemment, que le wonderboy DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence» 2487-33362 de la gauche française pourrait être accusé de «viol» et «agression sexuelle».
Sarkozy s'est aussi dit, en privé, «affligé» et «peiné pour l'homme et sa famille». Il a souvent expliqué qu'il considérait que les règles du combat politique ne s'appliquaient plus quand un homme est à terre. Il s'en tiendra donc à une stricte réserve tant que «des éléments tangibles supplémentaires» ne seront pas livrés par la justice américaine, précise son entourage. Le chef de l'État a aussi commenté la réaction des socialistes. «Quand Martine Aubry utilise l'expression “coup de tonnerre”, c'est une allusion à la défaite de Jospin en 2002», a glissé Sarkozy jugeant que cette expression n'avait pas été choisie au hasard par la première secrétaire du PS. Il y a beaucoup d'empressement à se «démarquer de DSK», a-t-il enfin noté.

Officiellement, le président de la République a maintenu lundi le mot d'ordre du silence total. En plein accord avec François Fillon, il a été décidé que le gouvernement et la majorité ne diraient pas un mot. Seul le porte-parole François Baroin a été autorisé à parler dimanche. Plusieurs ministres ont annulé des émissions prévues. L'Élysée n'a donc pas du tout goûté les commentaires de Nathalie Kosciusko-Morizet et Chantal Jouanno, lundi.

«La conscience tranquille»

«Les socialistes ont souvent attaqué des hommes de droite mis en difficulté», commente un proche de Sarkozy, en citant le cas d'Éric Woerth récemment. «Nous préférons nous taire et avoir la conscience tranquille.»


À moyen terme, l'Élysée garde aussi un jugement réservé sur les conséquences de cette affaire. «Cela peut contribuer à un discrédit général à l'égard des hommes politiques», redoute un proche du chef de l'État en songeant à l'abstention ou au FN. «Le PS va-t-il se déchirer? Faire l'union sacrée?», se demande ce conseiller. «Laurent Fabius, le garant du pacte de Marrakech entre DSK et Aubry, va-t-il battre le rappel derrière Aubry, ou décider de tenter sa chance?», s'interroge un fin connaisseur de la gauche à l'Élysée.

«Vous comprenez mieux pourquoi Sarkozy ne redoutait pas le duel avec Strauss-Kahn, il connaissait des fragilités dont on voit aujourd'hui le paroxysme», ajoute ce dernier. La mise hors-jeu de DSK pour 2012 change au moins un aspect pour Nicolas Sarkozy. Le patron du FMI était au même niveau que Sarkozy sur les dossiers internationaux. Désormais, le chef de l'État est «le seul barreur par gros temps de la présidentielle », analyse un élu proche du président. «Ce sera un levier face à François Hollande, un peu moins face à Aubry», anticipe ce dernier. Reste la question de la succession éventuelle de Strauss-Kahn au FMI. Dimanche soir, Nicolas Sarkozy a reçu Christine Lagarde. Il a été formel: «DSK n'était pas au FMI un représentant de la France, il était un Français au FMI. Il n'y a donc pas de déshonneur pour la France.»


http://www.lefigaro.fr/politique/2011/05/16/01002-20110516ARTFIG00711-sarkozy-entend-toujours-se-tenir-a-l-ecart-de-l-affaire-dsk.php

Il est préférable de se taire effectivement, plutôt que de balancer des accusations, des insinuations douteuses à la Debré....!
il est préférable d'attendre le déroulement de l'affaire, les retournements,... et, si DSK tiendra le coup en prison si il est inculpé ...peines cumulables ! Bref, est-il nécessaire de foutre à terre quelqu'un qui y est déjà ?
Par contre, si les faits sont avérés, je ne me gênerais pas !!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence» Empty Re: DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence»

Message  Invité Lun 16 Mai - 21:29

Bah c'est surtout, sans vouloir jeter de l'huile sur le feu, que DSK était là où il était sinon par la volonté, disons par l'appui de l'Elysée. Cette affaire met la présidence dans une merde équivalente à celle du PS, c'est qu'est beau Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence» Empty Re: DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence»

Message  Invité Mar 17 Mai - 9:40

en Fait, DSK a d'abord été activement demandé par Juncker.... et, l'Elysée n'a pas émis de contre-indications particulières.Sarko n'allait pas leur dire "vous savez, DSK a une fâcheuse tendance à prendre les femmes pour des salopes, si vous pouviez ne pas le prendre parce qu'il est libertin, ce serait préférable..." Rolling Eyes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence» Empty Re: DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence»

Message  Invité Mar 17 Mai - 13:42

Fillon: "aucune excuse" si les faits sont "avérés"

François Fillon a déclaré mardi, devant les députés UMP, que "si les faits reprochés à Dominique Strauss-Kahn étaient avérés, nous serions en présence d'un acte très grave qui n'appelle aucune excuse".

[quote]"C'est une affaire de droit commun, pas une affaire d'Etat", a insisté le Premier ministre, selon plusieurs participants à la réunion hebdomadaire, à huis clos, des députés UMP à l'Assemblée nationale.

"Si les faits reprochés à Dominique Strauss-Kahn étaient avérés, nous serions en présence d'un acte très grave qui n'appelle aucune excuse", a-t-il lancé, salle Colbert. Des propos qui ont été confirmés par Matignon.

Visé par une affaire de viol présumé, le directeur général du FMI "a le droit à la présomption d'innocence et la victime présumée a le droit au respect et à la compassion", a ajouté le Premier ministre sous les applaudissements.

"Nous devons faire preuve de mesure et de responsabilité. Personne ne doit exploiter cette affaire", a-t-il encore exhorté.[/quote]

http://actu.orange.fr/politique/fillon-aucune-excuse-si-les-faits-sont-averes_136996.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence» Empty Re: DSK : l'Élysée préconise de réagir avec «prudence»

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum