L'Allemagne , la crise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Allemagne , la crise.

Message  Invité le Mer 25 Fév - 18:02

L'Allemagne victime de sa vertu
23/02/2009 20:28:00 - L'Expansion.com







A la différence d'autres pays européens, l'Allemagne ne peut être accusée d'avoir vécu au dessus de ses moyens. Elle n'en est pas moins l'une des plus touchée par la crise. Retour sur ce paradoxe apparent.



http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/l-allemagne-victime-de-sa-vertu_175370.html


Dernière édition par franline le Dim 8 Mar - 22:51, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Allemagne , la crise.

Message  Invité le Mer 25 Fév - 18:18

Il n'y a pas de paradoxe: l'Allemagne a une économie basée sur les exportations (donc elle douille) et qui montre des faiblesses depuis des années au niveau de la consommation des ménages (re-aïe). Le titre de l'article me paraît légitimer un peu trop les politiques budgétaires déficitaires à tout crin, parce que ce n'est pas en premier lieu la politique de réduction du déficit qui est en cause.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Allemagne , la crise.

Message  Invité le Jeu 26 Fév - 0:13

Le plongeon du PIB outre-Rhin de 2,1% au quatrième trimestre est confirmé. C'est son plus fort recul depuis 1987.
Allemagne


L'Allemagne connait bien une très sévère récession, l'une des plus fortes de la zone euro.

Le plongeon du PIB outre-Rhin de 2,1% au quatrième trimestre a en effet été confirmé ce mercredi.

C'est le plus fort recul depuis 1987. Sur l'ensemble de l'année, l'activité en Allemagne a reculé de 1,7%.

Le pays, champion du monde des exportations, est victime du ralentissement économique mondial qui pèse sur la vente de ses produits hors de ses frontières.

Les experts d'ING n'anticipent un rebond en Allemagne qu'en 2010.

latribune.fr

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20090225trib000348121/confirmation-de-la-tres-forte-recession-en-allemagne.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Allemagne , la crise.

Message  Invité le Jeu 26 Fév - 1:03

C'est bien plus pertinent comme explication je trouve Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Allemagne , la crise.

Message  Invité le Jeu 26 Fév - 9:53

ils disent plus ou moins la même chose sauf qu'un met le doigt sur des finances saines ....qui finalement ne change pas grand chose sur les conséquences de la crise et , qu'en contrepartie être premier exportateur mondial c'est excellent quand la croissance est là mais .... très mauvais en temps de crise mondiale!
d'où finalement la nécessité de faire du protectionnisme et recentrer les besoins vers l'Intérieur du pays .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Allemagne , la crise.

Message  Invité le Dim 8 Mar - 22:51

ALLEMAGNE • Le boom des soupes populaires pour enfants


Faute de moyens, de plus en plus de parents envoient leur progéniture dans des cantines gratuites. Un phénomène qui suscite l’inquiétude des associations caritatives mais n’émeut guère les collectivités publiques.



A 12 h 30 précises,?la foule arrive. Des enfants de 3 à 4 ans prennent d’assaut les hautes marches du perron. Des écoliers arrivent avec leur gros cartable sur le dos. Des adolescentes de 15 ans viennent, leur bébé dans les bras, escortées de plusieurs frères et sœurs. Tout ce petit monde fonce droit au réfectoire. Au menu aujourd’hui : pâtes et escalope de dinde. Tous les midis, dans le quartier berlinois de ?Hellesdorf, l’Arche sert gratuitement le déjeuner à 500 enfants. L’établissement – qui abritait une école à l’ère de la RDA – est devenu la soupe populaire la plus célèbre d’Allemagne. ?En 2008,?ses cuisiniers ont servi 200 000 repas à leurs petits clients, soit 20 % de plus que l’année précédente.

La même augmentation a été constatée dans la petite centaine de ?restaurants de l’association Deutsche Tafel. Gerd Haüser, le patron de l’organisation, estime à 250 000 le nombre ?d’enfants qui viennent régulièrement prendre des repas que l’association ?distribue bénévolement. Ce chiffre effrayant en dit long sur l’Allemagne, sur ses habitants qui vivent au seuil de la pauvreté et sur l’échec des responsables politiques. Pour Gerd Haüser, cet afflux d’enfants est une conséquence directe de la baisse des allocations ?familiales introduite, en 2005, par la loi dite Hartz IV [du nom de Peter Hartz, ?ex-directeur du personnel de Volkswagen, chargé de la réforme du marché du ?travail sous le gouvernement de Gerhard Schröder]. Les parents perçoivent aujourd’hui 211 euros par enfant de moins de 14 ans. Jugé anticonstitutionnel, ce montant devrait être revu à la hausse. Mais la plupart des familles ont renoncé depuis longtemps à savoir combien il leur en coûterait de nourrir leur enfant et elles envoient leur progéniture à la soupe populaire sans sourciller. Et aucun responsable associatif ne croit qu’augmenter les allocations de 20 euros par mois incitera les parents à refaire la cuisine. Au contraire, plus il s’ouvre de restaurants gratuits, plus il y a de clientèle. “L’offre crée aussi en partie la demande”, estime Gerd Haüser. Le Löwenhaus, un établissement de l’Arbeiter-Samariter-Bund situé à Harburg, un quartier de Hambourg, propose un forfait tout compris : trois repas par jour, une aide aux devoirs et des excursions. Mais pourra-t-il financer à long terme cette prise en charge des enfants ? Rien n’est moins sûr. Les institutions sont de plus en plus nombreuses à jouer des coudes pour récupérer le surplus des supermarchés, les subventions ne suffisent plus. Toutes les cantines gratuites se trouvent confrontées au même dilemme moral. Pour des questions de trésorerie, elles devraient limiter le nombre de couverts. Mais comment pénaliser les enfants pour les faiblesses supposées des parents ?

A midi, un petit garçon fait irruption au Löwenhaus. Personne ne le connaît. Il balbutie son prénom. Eugen. Quand on lui demande son âge, il montre sept doigts. “Un gamin comme ça, on ne peut pas lui dire : désolé, rentre chez toi”, explique l’un des responsables de l’établissement.

L’État et les Länder se renvoient la balle


En ces temps de crise économique, de hausse du chômage et de baisse des dons, le système de restauration gratuite montre ses limites. Les associations caritatives ne voient qu’une issue : il faudrait que les écoles prennent enfin à leur charge les enfants dans le besoin. Cette solution, pourtant unanimement considérée comme logique, n’est toujours pas applicable en Allemagne. Depuis des années, la classe politique débat pour savoir qui devrait supporter le coût d’une restauration scolaire gratuite. Les Länder estiment qu’une telle mesure sociale relève de la responsabilité de l’Etat, tandis que les autorités fédérales rappellent que la politique scolaire est l’affaire des Länder.
Dans les faits, les filiales de la Deutsche Tafel et de l’Arche en viennent de plus en plus souvent à proposer des repas gratuits dans les cantines scolaires – comme dans l’école primaire du Priesterweg, à Potsdam, située dans un quartier où vivent de nombreuses familles monoparentales et sans emploi. Elvira Eichelbaum, la directrice, a fait le premier pas. Il y a quelques mois, on lui a amené une élève de CP en larmes. Epuisée, la petite fille s’était évanouie en classe. Elle n’avait pas mangé depuis des jours. Afin que cela ne se reproduise plus jamais, Elvira Eichelbaum a sollicité des fonds publics et, dans un premier temps, mis en place un service de déjeuner, pour 2,70 euros par jour et par enfant – somme trop élevée pour la plupart des parents. Elle a tenté d’obtenir des subventions de l’Etat et du Land. En vain. A l’issue d’un rendez-vous, elle a été invitée à déjeuner à la cantine du ministère de l’Education du Brandebourg. Là, elle a pu découvrir que les salariés de l’administration, eux, bénéficiaient de repas subventionnés. Coût du plat principal : entre 0,80 et 1,60 euro.
Guido Kleinhubbert
Der Spiegel

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=94719

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Allemagne , la crise.

Message  Invité le Mar 10 Mar - 0:17

ALLEMAGNE • Angela Merkel contestée dans ses rangs

"Mais que veut la CDU ?" titrait en une, le 8 mars, le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung. Car le malaise grandit dans les rangs des chrétiens-démocrates allemands et se concentre de plus en plus sur la personne de la chancelière. Trois points ont déstabilisé ses amis politiques : sa gestion de la crise économique et financière incluant d'éventuelles nationalisations, sa mise en cause des décisions papales dans la levée de l'excommunication des traditionalistes et l'affaire Williamson, et, pour finir, son manque de soutien à la présidente de la Fédération des expulsés, Erica Steinbach, face à la fronde de son partenaire de coalition social-démocrate et des dirigeants polonais.

"L'accumulation de ses détracteurs donne autant à réfléchir que le contenu des reproches adressés à Angela Merkel. Ce que ses amis politiques reprochent le plus à leur présidente protestante, c'est sa critique du pape, estime le quotidien conservateur. Ce qui ressort ici avec force, c'est que - près de dix ans après son arrivée à la tête du parti - les chrétiens-démocrates catholiques de l'ouest du pays voient toujours en elle une étrangère." Néanmoins, dans les sondages, la chancelière reste la personnalité politique la plus populaire en Allemagne, avec 78 % d'opinions favorables, et son parti reste en tête, avec 37 % des intentions de vote ; mais la tendance est à la baisse. Les grands bénéficiaires de cette évolution sont les libéraux du FDP, qui, eux, ne cessent de grimper et atteignent une cote de 15 % dans l'opinion.

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=95381

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Allemagne , la crise.

Message  Invité le Mar 10 Mar - 0:55

Et pourtant, sur ces trois points, elle a à mon sens agi au mieux. Elle relève vraiment le niveau de la CDU qui fait presque penser aux bas du plafond de la CSU (branche bavaroise proche de la CDU)... Sa Saleté a passé un sale quart d'heure avec elle il n'y a pas longtemps, et ma foi ( Razz ) c'est tant mieux.
Je ne redirai jamais assez que malgré le fait que je ne partage presque aucune de ses valeurs politiques, Merkel est une femme que j'admire réellement, elle est remarquable en tous points.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Allemagne , la crise.

Message  Invité le Mar 10 Mar - 10:35

En fait Willimason rigolait, mais comme les allemands n'ont pas d'humour.
on dit souvent ici que Sarko est à l'image des français, mais merkel est à celle des allemands: allante, joviale, déluréé, subversive, anti-autorité etc... Very Happy

Ah ouais, sur ce point précis, il y a une chose très importante: Merkel ne vient pas de la tradition catho bavaroise. Mais protestante de l'est austère.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Allemagne , la crise.

Message  Invité le Mar 10 Mar - 11:51

c'est intéressant ce que vous dites les filles ; on n'entend que peu , parler de la politique allemande alors , avoir des avis autres que journalistiques c'est sympa .

perso , Merkel je la trouve plutôt réservée , d'allure mamygâteau , assez peu sûre d'elle .... mais ce ne sont surement que des apparences trompeuses !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Allemagne , la crise.

Message  Invité le Mar 10 Mar - 14:50

Elle l'est, mais elle sait aussi très bien se servir de tout ça pour écarter ses adversaires politiques avant même qu'ils ne s'en aperçoivent... Twisted Evil
Il faut savoir aussi qu'elle n'est entrée que très tardivement en politique (à 35 ans), ce qui est un premier gros handicap, d'autant qu'en plus, elle est originaire de RDA et ne connaissait donc pas grand chose au système politique ouest-allemand. Son ascension a été proprement fulgurante, elle est passée en très peu de temps, trois ans je crois, de membre d'un parti de transition à ministre d'Helmut Kohl.
Et ensuite elle s'est faite toute seule... Dans un tel parti de machistes puis face au SPD du machiste en chef Schröder, ça impose quand même le respect. D'autant que si je ne suis pas d'accord avec la plupart de ses idées, je lui reconnais plusieurs qualités non négligeables: l'aptitude réelle au dialogue, une véritable intransigeance sur les droits de l'Homme (elle sait d'où elle vient) sans pour autant être irréaliste, et une fermeté exemplaire face aux intimidations de tous bords.
Elle fait honneur à la démocratie, tout simplement. Et je pense qu'elle sera réélue face à un SPD sans leader et sans fil directeur clair...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Allemagne , la crise.

Message  Invité le Mar 10 Mar - 15:34

13/20 pour la synthèse (que j'ai lue) mwahahahaha..

Sinon, Merkel, j'adhère pas. Trop germanique. un Sarko ou un Berlu, même un Chavez par extension, ça a quand même plus de panache. On ne joue pas dans la même catégorie là.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Allemagne , la crise.

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:47


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum