Toute la Droite
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le gouvernement prépare la négociation du 18 février

Aller en bas

Le gouvernement prépare la négociation du 18 février Empty Le gouvernement prépare la négociation du 18 février

Message  Invité Jeu 12 Fév - 19:12

Pour Brice Hortefeux, qui pilote les consultations avec les syndicats, «la volonté d'écoute n'empêche par la détermination».



«L'année sera rude, nous devons rester lucides sur les difficultés économiques que nous allons rencontrer», disait mercredi François Fillon à son entourage. «Le plan de relance d'Obama n'a même pas été voté. Cela veut dire qu'il ne sera pas opérationnel avant la fin de l'année !», ajoutait le premier ministre. Sombre perspective… Dans ce contexte, Matignon juge très important de tenir bon sur des sujets aussi symboliques que le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux. «Une disposition qui est de moins en moins populaire», souligne un conseiller du premier ministre, et qui sera donc «plus difficile qu'avant à expliquer». Le chef du gouvernement a d'ailleurs demandé aux ministres qui participent aux consultations avec les syndicats pour préparer le rendez-vous des partenaires sociaux à l'Élysée le 18 février de le retrouver mercredi pour faire le point.

Depuis lundi, Rue de Grenelle, Brice Hortefeux a commencé à recevoir les syndicats. Le nouveau ministre du Travail est entouré de la ministre de l'Économie, Christine Lagarde, du ministre du Budget, Éric Woerth, du secrétaire d'État à l'Emploi, Laurent Wauquiez, et du haut-commissaire aux Solidarités, Martin Hirsch.

Et cette présence en force des ministres est en elle-même un message. Cette brochette de membres du gouvernement est mandatée par l'Élysée et Matignon pour afficher leur écoute attentive et leur mobilisation sur tous les dossiers qui seront abordés jeudi prochain. Car la consigne générale est de mettre en scène la détermination du gouvernement autour de la négociation du 18 février.

Lors de la première rencontre avec les syndicats, Brice Hortefeux les a remerciés, en se «réjouissant», avec une pointe d'humour, de la journée de mobilisation du 29 janvier, parce qu'elle «a permis au pays de prendre conscience de la réalité de la crise. Vous avez contribué à faire cette pédagogie», leur a-t-il expliqué. Mais, en réalité, le gouvernement cherche le bon cadrage : la souplesse sur ce dossier ne doit pas être interprétée comme une tentation de «reculer». Une gestion au millimètre qu'Hortefeux résume ainsi : «La volonté d'écoute n'empêche pas la détermination.»

«Des avancées concrètes»


Au ministère du Travail, on considère en effet que le rendez-vous du 18 devrait permettre «des avancées concrètes» et «ouvrir d'autres pistes de discussions»… sans préciser encore lesquelles. Mais on martèle que la ligne économique du gouvernement ne saurait être modifiée dans ses principes. «Notre souhait, c'est vraiment de tout mettre sur la table. À la fois les questions du chômage partiel, d'indemnisation et de diminution de l'impôt sur le revenu pour les ménages modestes et moyens», a détaillé mercredi Christine Lagarde, en rappelant que le chef de l'État avait «cadré» le débat, en chiffrant à 1,4 milliard d'euros le financement des mesures sociales.

Les partenaires sociaux ont d'ores et déjà appelé à une nouvelle journée d'action interprofessionnelle le 19 mars, un mois après la première consultation avec le gouvernement et l'Élysée. «Cela nous paraît normal», note Brice Hortefeux. «Chacun est dans son rôle.»Razz


a croire que nos syndicats représentants environ 8% de la population a un rôle uniquement de "manifestants" .... pas de négociateurs puisqu'ils refusent tous changements . rendeer

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum