Montebourg, au faciès: intransigeant avec B.Schönberg, indulgent avec Pulvar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Montebourg, au faciès: intransigeant avec B.Schönberg, indulgent avec Pulvar

Message  livaste le Sam 2 Juin - 21:16


samedi 2 juin 2012
Montebourg, au faciès: intransigeant avec B.Schönberg, indulgent avec Pulvar

Quand Arnaud Montebourg dénoncait le cas Béatrice Schoenberg…



Télérama avait cru bien faire en publiant des propos définitifs d’Arnaud Montebourg datant du mois d’avril 2006. L'avocat général pointait alors du doigt la journaliste de France 2, Béatrice Schoenberg, alors toute jeune compagne de Jean-Louis Borloo…

Le député PS fustigeait alors un "conflit d’intérêts évident ", ajoutant: " Dans le monde politico-médiatique actuel, ceux qui ont le pouvoir se permettent de piétiner les règles du jeu. Il est temps que cela change ! " Des déclarations qui participaient à l’époque, d’un débat vif sur la question non seulement dans le monde des media mais dans les rangs de la classe politique: harcelée, Béatrice Schönberg n’avait pas eu d’autre choix que de quitter la présentation du journal de 20 heures de France 2, après que Jean-Louis Borloo ait fait son entrée au gouvernement Fillon et que Patrick de Carolis en ait décidé ainsi, sous la pression du SNJ, syndicat socialo-communiste radical qui noyaute le service public de France Télévisions.

Versatile, Nono change de ton quatre ans plus tard

La suspension de la journaliste Audrey Pulvar sur i>télé, – sa concubine dans la vie- lui inspire des envolées lyriques inverses.
Plus question de mélange des genres, ni de risques de confusion, encore moins de suspicion: là où Schoenberg franchissait une ligne jaune, Pulvar lave plus blanc. Ce qui était une faute hier, aujourd’hui une discrimination: c’est une professionnelle que l’on sanctionne.

Invité sur le plateau du "Grand Journal " de Canal +, le député PS déplorait la décision de la direction de la chaîne tout-info, succursale de ... Canal+, dont " chacun jugera de la justesse ou de l’injustice ", avait-il lancé, d'un air important. " J’ai compris que j’étais le principal défaut d’Audrey Pulvar ", avait ajouté le gommeux, dans un éclair de lucidité, en écho à la même phrase, qu’il avait prononcée en 2007, à propos de Sa Cynique Majesté Royal : " Le principal défaut de Ségolène Royal, c’est François Hollande ! " Le rénovateur du PS était asséché, vidé, flagada.


Le cher maître peinait à défendre l'indéfendable
La situation indigne d'une épouse d’adversaire politique virait soudainement
en faux problème: une question déplacée, un procès archaïque, en sorcellerie, intenté à sa compagne… Rendez-vous compte: un complot parmi tant d'autres dans le milieu socialiste !


Pour mémoire, Canal + est dévouée au PS depuis que François Mitterrand l'a portée sur les fonds baptismaux et confiée au parrain André Rousselet, que son entreprise en taxis (G7) n'aurait pas a priori destiné à l'audio-visuel, s'il n'avait été un ami intime du président... dont il était l'exécuteur testamentaire.
Pendant sa campagne, François Hollande a pu compter sur le soutien de Jean-Jacques Augier, énarque de la promotion Voltaire et ancien patron des ...taxis G7 ! Avec Bernard Cottin, ex-PDG de Numericable, ce patron a levé des fonds pour le candidat socialiste.


Ainsi donc, cette femme serait encore condamnée à penser comme et à travers son compagnon ? Allons donc !
Les machistes voudraient que les femmes seraient toutes incapables de s’émanciper, non seulement du jugement dudit compagnon, mais aussi des sentiments qu’elle nourrit pour lui.
Audrey Pulvar, fille de dirigeant syndical antillais, mène la lutte contre la décision qui la suspecte. Et c'est dans les colonnes de ...Libération qu'elle signa un papier en forme de plaidoyer 'pro domo' pour la femme empêchée dans sa carrière, en raison d’un "cerveau colonisé par celui de l’homme qu’elle aime". Scnönberg colonisée, soit, mais la Martiniquaise, halte-là ! Gare au racisme rampant surajouté au machisme caractérisé...

La "victime" se rêve en symbole de toutes les luttes
Sa tribune est un réquisitoire sans nuances qui brandit avec emphase tous les poncifs du féminisme et du racisme réunis contre des media incapables de s'affranchir des préjugés surannés qui refusent d’accorder aux femmes le droit à exercer le métier de journaliste en toute indépendance, qui interdit à des professionnelles d'une aussi haute volée d'avoir une vie privée, dès lors qu’un homme politique vient à s’y glisser.

Mais la réalité de ces media est tout autre
On peut en effet difficilement reprocher quoi que ce soit au rejeton de Canal+ et du groupe G7 et certainement pas à ses dirigeants actuels d’avoir pris cette décision concernant Audrey Pulvar. D'autant plus que le service public de France 2 l'a en effet conservée comme chroniqueuse politique dans son émission de divertissement du samedi soir...
Le cas Montebourg est symptomatique: comment laisser Audrey Pulvar aux commandes d’une émisson traitant régulièrement de politique, à moins de deux ans de l‘élection présidentielle, alors que le feu couve au sein d’un Parti socialiste et que le concubin avait déjà des velléités de candidature à la primaire socialiste de 2011. C'était forcément décrédibiliser cette chaîne – et cette journaliste-, l'exposant à des insinuations naturelles, mais apporter également des preuves supplémentaires au lourd dossier de la main-mise du PS sur les media. Dès lors, la majorité n'est pas infondée à dénoncer l'emprise de la gauche politique, syndicale et associative sur l'opinion.


Le cas Pulvar serait défendable si de célèbres précédents ne plaidaient pas contre elle.
Anne Sinclair en son temps, quand Madame Strauss-Kahn décida d’abandonner 7/7 dans un climat de suspicion, alors que son époux acceptait la charge de ministre des Finances.
Une décision qui aura fait jurisprudence et qu’aucun responsable politique, qu’aucun président du CSA, n’avait l'audace de contourner dans ce cas.

Christine Ockrent a dû faire preuve de détermination pour tenir, hier à France 3, aujourd’hui à RFI, quand chaque jour, une partie de la profession lui rappelle son état civil et la " colonisation " de son cerveau par Bernard Kouchner. Tout comme il aurait fallu beaucoup d’abnégation à Audrey Pulvar pour accepter les regards en coin et les sous-entendus cruels, quand elle aurait été amenée, en plein primaires du PS, à interroger sur son plateau, Martine Aubry, François Hollande ou Ségolène Royal. Serait venu le jour où un sosie d’Arnaud Montebourg aurait lâché sur une antenne: "Il est temps que cela change."

Publié par Pakool à l'adresse samedi, juin 02, 2012

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum