Grèce : le Parlement adopte le plan d'austérité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Grèce : le Parlement adopte le plan d'austérité

Message  livaste le Mer 29 Juin - 15:31

Grèce : le Parlement adopte le plan d'austérité

Par L.G, le 29 juin 2011 à 15h21 , mis à jour le 29 juin 2011 à 16h57
Dossier : Crise financière

Nécessaire à la Grèce pour obtenir une nouvelle aide financière de ses créanciers, le plan d'austérité portant sur la période 2012-2015 a été adopté mercredi par le Parlement, par 154 voix pour et 138 voix contre.


L'Europe peut respirer. Le plan budgétaire d'austérité nécessaire à la Grèce pour obtenir une nouvelle aide financière de ses créanciers a été adopté mercredi au Parlement grec. Sur un total de 298 députés présents, sur 300 au total, le projet a reçu le soutien de 154 députés socialistes et d'une voix dissidente de droite, tandis que 138 députés de l'opposition de gauche et de droite ont voté contre. Cinq députés de centre-droit ayant fait défection depuis des mois du grand parti d'opposition de la Nouvelle-Démocratie ont voté blanc.

L'Europe salue la responsabilité nationale grecque

Depuis mercredi matin, l'Europe entière avait les yeux braqués sur Athènes. Car si le plan est contesté par la rue, il est jugé obligatoire par les partenaires de l'Europe pour la poursuite de leur soutien financier, afin d'éviter un défaut de paiement de la Grèce et de mettre en danger la zone euro. Sans suprises, il adonc été accueilli avec soulagement. Le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, a ainsi salué la "responsabilité nationale" dont a fait preuve le Parlement grec dans un message sur son compte twitter. "Un deuxième vote positif (jeudi sur les modalités d'application NDLR) ouvrira la voie au déboursement de la prochaine tranche d'assistance financière" et à "un travail rapide sur un deuxième plan d'assistance", a-t-il souligné dans un communiqué commun avec le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Même son de cloche à Berlin où Angela Merkel a salué l'adoption du plan comme un "nouvelle vraiment bonne", selon un twitt de son porte-parole. Elle a aussi appelé les banques allemandes à mettre un peu plus d'entrain à venir en aide à la Grèce. De son côté, son ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, a souligné que le Parlement grec avait par cette occasion "prouvé qu'il était conscient de ses responsabilités pour le pays et pour la zone euro".

Juste après l'adoption du plan, de nouveaux affrontements entre des groupes de jeunes et les forces de l'ordre ont eu lieu sur la place centrale d'Athènes. Vers 16h heure de Paris, en contrebas du parlement et du campement monté sur la place par les "Indignés" grecs, des groupes cagoulés et munis de masque à gaz harcelaient les forces anti-émeute qui ripostaient en noyant les lieux sous un nuage suffoquant. Des manifestants cherchaient refuge en toussant et pleurant dans une bouche de métro. En milieu d'après-midi, ils avaient provoqué l'hospitalisation de 34 personnes, dont 19 policiers, tandis que la police a procédé à trois arrestations, selon la police et les services d'urgence. Les services d'urgence ont aussi annoncé qu'un des hôtels de luxe de la place centrale avait été évacué "à titre préventif". Des incidents similaires avaient éclaté dès le début de la matinée en marge d'un appel à encercler le parlement lancé par les "Indignés" contre le vote. La mobilisation, de plusieurs milliers de personnes, n'a toutefois pas été à la hauteur des attentes des protestataires.

Et après ?

Le plan d'austérité approuvé, les ministres des Finances de la zone euro et le Fonds monétaire international vont commencer par débloquer la prochaine tranche du plan de sauvetage de 110 milliards d'euros accordé à la Grèce en 2010. Elle s'élève à 12 milliards d'euros. Le pays en a impérativement besoin afin d'éviter la banqueroute durant l'été. La décision est prise côté européen dimanche soir par les ministres des Finances de la zone euro, puis dans la foulée par le FMI. En outre, les jalons d'un deuxième plan de sauvetage courant jusque fin 2014, d'un montant d'environ 100 milliards d'euros, sont posés. La décision finale à ce sujet côté européen est prise le 11 juillet. Il serait abondé par l'Europe et le FMI. Fait nouveau : les créanciers privés de la Grèce (banques, fonds d'investissement) sont appelés à y contribuer aussi cette fois, en prolongeant les délais de remboursement de leurs prêts.

A ce stade deux possibilités : la première, optimiste, voit la Grèce respecter à la lettre son plan d'austérité. Le déficit public revient à 1% du PIB à l'horizon 2015. Cette année là, Athènes retrouve la confiance des marchés et peut à nouveau emprunter seul à des taux abordables. Le pays est sauvé et la zone euro avec lui. Dans l'autre scénario, plus pessimiste, l'aide extérieure ne suffit pas. L'austérité enfonce l'économie dans la récession. Le gouvernement ne peut tenir ses engagements. Au deuxième plan de sauvetage succède un troisième, puis un quatrième. Un nouveau plan d'assainissement est négocié. Il faut à tout prix éviter un défaut de paiement et la contagion.



Par L.G le 29 juin 2011 à 15:21

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire

livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27068
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum