La France a déjà épuisé ses réserves de poissons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La France a déjà épuisé ses réserves de poissons

Message  livaste le Mar 14 Juin - 17:02

La France a déjà épuisé ses réserves de poissons Mots clés : Pêche, Poisson, Quotas, UNION EUROPEENNE, OCéan2012, NEf

Par Hayat Gazzane

14/06/2011 | Mise à jour : 12:35

L'Hexagone doit désormais se fournir dans les eaux étrangères. Une situation qui pousse les ONG à réclamer une vaste réforme de la politique commune de la pêche appliquée au sein de l'Union Européenne.

À partir de ce mardi 14 juin, les poissons sur les étals seront d'origine étrangère. C'est en tout cas ce qu'affirme une étude publiée par l'ONG Océan2012 et la Nef (New economics foundation). Baptisée «Dépendance croissante de l'UE par rapport aux poissons venus d'ailleurs», cette enquête affirme que dès ce mardi, «nous partons à la pêche aux poissons des autres» car les réserves dans les eaux de l'Union européenne sont épuisées. Pour l'Hexagone, «la date d'autosuffisance en produits de la mer survient désormais six semaines plus tôt qu'en 2000». Sans l'aquaculture, la France deviendrait même dépendante dès le 7 mai.

Le pays n'est évidemment pas le seul à aller chercher son poisson en dehors des eaux européennes. D'autres, où le secteur de la pêche est moins développé, commencent bien plus tôt. C'est le cas de l'Autriche qui, enclavée dans ses montagnes, doit importer dès le 15 janvier, ou encore de l'Allemagne (27 avril). «Il est toutefois surprenant de constater que c'est aussi le cas de certains États membres ayant accès aux considérables eaux marines de l'UE, parmi lesquels le Portugal (26 avril), l'Italie (30 avril), l'Espagne (8 mai)», souligne ce rapport.

Globalement, le taux d'autosuffisance des Français suit une tendance baissière commune à l'ensemble des 27 pays de l'UE. La date moyenne à partir de laquelle les pays membres doivent importer se situe actuellement au 2 juillet. «L'an dernier c'était le 9 juillet, cela indique une diminution des ressources halieutiques de l'UE de près de 200.000 tonnes sur douze mois», ajoute l'étude.

«Nous jouons avec l'avenir des stocks»
La situation française est toutefois rendue plus singulière par le boom de la demande de poissons. Les Français consomment en effets deux fois plus de produits de la mer (34,2 kilos par personne et par an) que la moyenne mondiale (17,1 kilos) selon les chiffres de 2008 de la FAO et d'Eurostat, cités par l'étude. La moyenne européenne s'élève à 22,1 kilos. «En consommant plus de poissons que les eaux de l'UE ne peuvent en produire, nous jouons avec l'avenir des stocks halieutiques et des communautés dépendantes de la pêche. Nous mettons en péril des emplois et des moyens de subsistance tant au sein de l'UE qu'au-delà», souligne Rupert Crilly, co-auteur du rapport.

«Les stocks halieutiques sont une ressource renouvelable. Pourtant, selon les chiffres de la Commission européenne, nous y puisons des poissons plus vite que les stocks ne sont capables de se reconstituer», déplore l'étude. Le constat est donc clair : «Dans l'UE, la majeure partie des stocks halieutiques évalués est surexploitée et un grand nombre d'entre eux courre un risque élevé d'épuisement».

Réformer la PCP
Comment alors faire coïncider la demande en constante augmentation et l'offre de poisson au sein de l'UE ? Pour les auteurs de l'étude, la réponse est dans la politique commune de la pêche (PCP). Cette dernière doit être réformée l'an prochain pour une application au premier janvier 2013. Pour remettre les stocks en bon état, Océan2012 réclame ainsi une révision des droits d'accès aux ressources pour chaque pays. «Il faudrait mettre en place une grille d'évaluation avec des critères environnementaux comme l'impact sur la capture de juvéniles, sur le dégagement de CO2, les captures illégales, explique Stéphan Beaucher, conseiller en politique de pêche pour Océan2012 et co-auteur de l'étude. «Les critères seraient aussi sociaux car 100 tonnes de poissons peuvent donner 15 emplois durables». Sur la base de cette grille, un système de bonus-malus chargé de pondérer les droits de pêche pour les pays membres serait mis en place.

En attendant de pouvoir présenter ses idées à la Commission européenne, l'ONG a pris connaissance de la première ébauche de réforme. Elle prévoit des interdictions de rejet en mer, un objectif de rendement maximal durable d'ici 2015 censé assurer uniquement la pêche des excédents des stocks et la mise en place de quotas individuels de pêche transférables entre pays. «Il faut mettre l'accent sur la durabilité environnementale or la Commission refuse de faire de ce point une priorité», constate Stéphan Beaucher qui assure que «les rapports de forces sont en train de se mettre en place et ça va être chaud».


Je veux bien , continuer à pécher risque d'épuiser nos réserves , alors , il faut interdire à tous , parce que , lorsque des énormes chalutiers nippons ou espagnols , pêchent dans nos eaux , ils épuisent également nos réserves !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire

livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27068
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La France a déjà épuisé ses réserves de poissons

Message  Invité le Mar 14 Juin - 21:09

Et voilà où mènent les régimes sains, alors que quand on est un pur viandard on se contente de bonnes bêtes élevées en batterie dans des conditions redoutables et nourries au bon soja dont la culture n'est pas polluante du tout...
Mais outre les noueds du problème (ressource, économie, concurrence), je vois vraiment de moins en moins comment certains peuvent récuser les points de vue malthusiens et continuer de croire à la conception smithienne.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum