Bourse - Paris chute en attendant la hausse des taux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bourse - Paris chute en attendant la hausse des taux

Message  livaste le Jeu 3 Juil - 8:49

Avant l'annonce probable, à la mi-journée, d'une hausse des taux directeurs de la Banque centrale européenne, la Bourse de Paris poursuit sa semaine noire.
La Banque centrale européenne (BCE) a entamé jeudi sa réunion de politique monétaire, a indiqué une de ses porte-parole
Olivier LEVARD - le 03/07/2008 - 10h19



La Bourse de Paris était toujours orientée à la baisse jeudi dans les premiers échanges, le CAC 40 reculant encore de 1,57%, un peu avant 10 heures, au début d'une séance périlleuse, entre la réunion de la Banque centrale européenne et la publication des chiffres de l'emploi américain. Le CAC 40, en perdant 1,03%, était passé dans les tout derniers échanges mercredi sous le seuil de 4.300 points. Toute l'Europe baissait ce jeudi après 9 heures 30 : Londres 1,22%, Francfort 1,44% et l'Eurostoxx 50 1,66%.

Les raisons de cette baisse continue restent les mêmes depuis le début du mois, avec un cours du pétrole qui bat tous les records - 145 dollars jeudi matin - et une dégradation de la conjoncture européenne qui inquiète face à l'imminence du relèvement des taux de la Banque centrale européenne (BCE).
Cette dernière a entamé jeudi matin sa réunion de politique monétaire. La BCE va probablement décider de relever d'un quart de point à 4,25% son principal taux directeur, dans l'objectif de combattre les risques d'un emballement généralisé des prix.

Pompier contre l'inflation

La décision du conseil des gouverneurs de la BCE sur ses taux directeurs est attendue en début d'après-midi (13 heures 45)."Avec une inflation en zone euro à un niveau record (4% en juin, ndlr), la BCE voit sa crédibilité comme pompier contre l'inflation en danger et va agir.
Elle craint que ces tensions, liées au pétrole cher et à l'envolée des prix des denrées, ne contaminent l'ensemble de l'économie et se muent en une surchauffe durable des prix.
Quant à savoir si cette stratégie va être couronnée de succès, c'est une autre histoire", a écrit Carsten Brzeski, économiste chez ING, dans une note. Depuis que Jean-Claude Trichet, son président, a annoncé l'éventualité de cette hausse des taux, le 3 juin, le CAC 40 a chuté de 15%.

La hausse de taux probable a déjà fait grincer des dents côté politique, car elle interviendrait à un moment où l'économie montre des signes de faiblesses de plus en plus marqués. L'Espagne et la France ont indirectement mis en doute la pertinence d'un tel geste. Le ministre des Finances allemand Peer Steinbrück a invité la BCE à "réfléchir" aux conséquences pour l'économie.

Autre annonce importante, les chiffres de l'emploi américain en juin seront quant à eux publiés une heure plus tard, après l'estimation inquiétante du cabinet ADP, qui a estimé que la première économie mondiale avait détruit 79.000 emplois lors de ce mois.


trichet persiste et signe !
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bourse - Paris chute en attendant la hausse des taux

Message  livaste le Jeu 3 Juil - 9:18

«Une décision inutile et risquée»

Propos recueillis par A. B.
03/07/2008 | Mise à jour : 07:42 | .

Jean-Paul Fitoussi :
«Jean-Paul Fitoussi est président de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

Le Figaro. La BCE a-t-elle raison d'augmenter ses taux ?

Jean-Paul Fitoussi. Non. Compte tenu de sa mission, elle ne peut pas faire autrement, mais dans le contexte actuel, cela me semble inutile contre l'inflation et risqué pour la croissance. On ne voit pas comment une hausse des taux pourrait affecter les prix du pétrole ou des produits alimentaires. D'autant que si elle s'accompagne d'une hausse de l'euro, les producteurs de pétrole vont en profiter pour augmenter leurs prix. La BCE veut surtout éviter les effets de second tour. Elle met en garde les entreprises contre des hausses de salaires. Du coup, elle dit aux gouvernements, en proie à de graves difficultés sociales : laissez la taxe pétrolière peser essentiellement sur les salariés, c'est-à-dire les ménages les plus défavorisés. Ce qui n'est pas juste.

Qui doit payer la facture pétrolière ?
Il faut un partage équitable entre salariés et entreprises. Il n'y a pas de raison que seuls les ménages les plus modestes payent l'impôt pétrole. Contrairement aux années 1970, les entreprises dégagent suffisamment de profits aujourd'hui pour augmenter les salaires sans forcément les répercuter sur leurs prix. Elles ne sont pas affectées de façon majeure par la hausse des coûts de production. Du coup, le message qu'envoie la BCE à la population est terrible. Il signale que le système de gouvernance européen ne se soucie ni du pouvoir d'achat, ni de la croissance, ni de l'emploi. Et qu'il préfère un ralentissement et une aggravation du chômage à un petit risque d'augmentation des prix.


mais nous n'avons jamais pensé que trichet était avec la banque centrale au service des hommes , nous avons toujours su qu'il était au service des groupes et grosses entreprises !
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum