Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Message  livaste le Jeu 20 Jan - 17:19

Et si Marine Le Pen s'était trompée ?
Par Renaud PILA, le 20 janvier 2011 à 10h28, mis à jour le 20 janvier 2011 à 13:24

Décryptage - Alors que son père ciblait l'immigration en maniant la provocation voire le dérapage, sa fille a choisi de nouveaux thèmes en faisant appel à l'argumentation. Un saut dans l'inconnu risqué.


Première faute stratégique ou pari risqué ? Dimanche dernier, le discours de Marine Le Pen a dérouté, surpris et défié les lois d'airain de la politique. La toute nouvelle présidente du FN n'a pas choisi d'adresser ses premiers mots aux 2000 militants présents mais à un électorat virtuel qu'elle cherche à conquérir. Elle n'a pas parlé, en ce jour de sacre, le langage traditionnel de la famille mais emprunté aux adversaires leurs thèmes, leurs mots et leurs références. Pour sa première prestation de chef, elle a même refusé les effets de salle, hormis un réveil des applaudissements à l'évocation de la nourriture halal.



Conséquence sans surprise de ses choix ? Une salle de congrès flottante et des fidèles ne sachant pas très bien à quels moments ils devaient tout de même applaudir. Un comble pour un Front national qui avait habitué les médias à des meetings tout feu tout flammes. Alors qu'elle venait d'être accueillie sur la scène par des « la France aux Français ! », Marine Le Pen choisissait de faire un peu son Jospin de 2002 en affirmant peu ou prou : « mon programme n'est pas d'extrême-droite ». On sait ce qu'il en coûta au candidat socialiste d'abandonner les fondamentaux.

Dans cette logique, la patronne du FN n'aborde quasiment plus depuis dimanche les thèmes d'immigration et d'insécurité. Car pour elle et ses proches, le réel parle de lui-même aux Français. Le travail de l'opinion se ferait tout seul sur ces sujets alors qu'il reste tant à faire sur le reste. Et le reste, c'est avant tout la mondialisation. Durant les prochaines semaines, le FN va mener une offensive tous azimuts contre l'euro, la hausse des prix et les délocalisations. Et tenter de populariser l'idée d'un retour au franc en l'argumentant. Sa candidate estime que l'inconnue des propositions FN en matière économique est un plafond de verre qu'il faut faire sauter. Mais là encore, Marine Le Pen prend un gros risque. « Elle va montrer qu'elle bien meilleure pour soulever les problèmes que pour les résoudre », affirme Jean-François Copé qui l'a bien observée mardi soir au 20h de France 2 en vue d'un débat dimanche. Il est vrai que ses explications sur le remboursement de la dette française étaient pour le moins iconoclastes voire confuses. Comment l'opinion fatiguée et inquiète va-t-elle se saisir de débats aussi techniques ?

Le vote populiste, une cristallisation de colères

Si, malgré les obstacles, le parti de Jean-Marie Le Pen a pu survivre aussi lontemps, c'est parce que son leader avait un talent inégalé pour trouver la formule qui simplifie la complexité, la provocation qui évite l'argumentation et la faconde qui attire l'attention. Le vote populiste est une cristallisation de colères et non une addition de raisonnements : tourner le dos à cette logique politique est un saut dans l'inconnu. Multipliant les prestations médiatiques à un rythme effréné, Marine Le Pen n'est pas à l'abri de contresens voire d'hésitations trop visibles qui casseraient son image de bête politique. Le scandale et la victimisation sont paradoxalement plus reposants pour un leader qui porte seul la parole d'un mouvement.

Pour quelles raisons la nouvelle présidente a-t-elle osé le contre-pied dès le premier jour ? « Clairement un manque de sens politique », estime un dirigeant socialiste peu enclin à lui donner des conseils mais qui estime que « son père a dû fulminer intérieurement ». Pendant le discours de sa fille, l'attention de Jean-Marie Le Pen semblait inégale... Peut-être a-t-il jugé, en expert de la parole transgressive, que le ton soft de Marine Le Pen lui faisait rater son entrée en scène de candidate populiste ? Peut-être a-t-il senti qu'elle était manifestement trop pressée de montrer un visage de parti de gouvernement ? Car une chose est sûre, Marine Le Pen a voulu profiter de la présence de plus de 300 journalistes à Tours pour marquer sans attendre la rupture avec le FN d'hier. Comme si elle ne pouvait supporter une minute de plus d'ostracisation, elle a affiché immédiatement la couleur : le FN est désormais « un instrument de sa stratégie de conquête du pouvoir ». Voilà donc le parti fondé il y a presque 40 ans par son père officiellement instrumentalisé pour son ambition présidentielle. Et en femme de son époque, Marine Le Pen agit très vite. Pas une seconde à perdre pour montrer que le vieux parti d'extrême-droite n'est plus une fin en soi. Rangées au placard les provocations xénophobes et antisémites. Quitte à dérouter l'appareil militant de son parti dont elle aura pourtant tant besoin pendant la campagne.

Le grand écart

Les dernières enquêtes d'opinions montrent un Front national qui prospère actuellement à droite chez les déçus du sarkozysme, notamment chez les artisans-commerçants et la petite bourgeoisie. Cette catégorie de Français, sensible aux problèmes de délinquance, voue traditionnellement une grande méfiance vis-à-vis de l'Etat et son interventionnisme économique. Or dans son discours de dimanche, Marine Le Pen a choisi d'abandonner le « reaganisme » fiscal de son père pour se lancer dans un vibrant éloge de l'Etat fort et de ses services publics. Convoquant Jaurès et les hussards noirs de la République, elle entend structurer son offre politique autour de la communauté nationale qui serait minée par « l'argent roi ». Ce choix qui cible l'électorat populaire de gauche peut se révéler payant dans certains départements du nord mais perdant dans d'autres où l'initiative individuelle est encore structurante, comme dans le sud-est de la France ou le grand-ouest. Ce « bric-à-brac idéologique n'est pas nouveau », affirme le politologue Pascal Perrineau mais jamais il n'avait été poussé aussi brutalement. L'objectif de crédibilité pour la conquête du pouvoir fixé par Marine Le Pen va s'accompagner très difficilement d'un grand écart permanent, au risque de surprendre les anciennes puis nouvelles clientèles. Dans la confrontation présidentielle, ses adversaires ne manqueront pas de la coincer sur ses orientations contradictoires. Encore faut-il avoir le talent pour démasquer...

Banalisation de la parole

Plus fondamentalement, la victoire de Marine Le Pen sur Bruno Gollnisch au Front national signe la victoire « posthume » de la ligne Mégret, celle de la dédiabolisation qui permettrait, même s'il est trop tôt pour l'avouer, des alliances futures avec la droite de gouvernement, comme ce fut le cas en Italie et en Autriche. L'espoir d'une défaite de Nicolas Sarkozy en 2012 et de l'onde de choc qui s'en suivrait à l'UMP conduit cette stratégie qui rendrait fréquentable le FN pour des députés traumatisés par la défaite. Or cette dédiabolisation à grande vitesse entraîne semaine après semaine une banalisation de la parole du Front national et de sa présidente Marine Le Pen qui arbore son sourire dans toutes les émissions politiques, et une perte de la spécificité « parfum de souffre », comme le note Pascal Perrineau.

L'interdit du vote FN dans l'imaginaire français a paradoxalement garanti sa longévité, ses dérapages assuré sa puissance médiatique. Ainsi Marine Le Pen a-t-elle largement tiré profit en 2009 de ses attaques contre Frédéric Mitterrand et plus encore récemment de sa sortie sur les prières des musulmans sur la place publique. La présidente du FN abandonne pour l'instant l'outrance qui a aussi permis son succès. Sachant ce pari risqué, il lui sera toujours possible de provoquer pour « remettre une pièce dans la machine » sans aller jusqu'au dérapage paternel. Mais la construction d'une identité politique à succès supporte mal les têtes à queue. Et si les sondages montrent bien en ce début d'année un moment Marine Le Pen, le plus dur commence pour elle. L'impossible équation ? Trop tôt pour le dire bien sûr mais la question est posée.
Par Renaud PILA le 20 janvier 2011 à 10:28

Je ne sais ce que vous en pensez , mais il me semble qu'elle agit intelligemment .
Ce n'est pas en voulant seulement complaire au noyau dur du FN qu'elle peut envisager une victoire un jour , pour conquérir le pouvoir , il faut forcément séduire bien au dela des adhérents ( acquis de toute façon ) .

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27701
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Message  Jeanclaude le Jeu 20 Jan - 18:02

Certes elle est fine tacticienne mais les français ne sont pas dupes quoi qu'elle dise et les beaux discours "démagogiques" dont on sait d'avance que les promesses de ces grandes envolées lyriques ne seront JAMAIS tenues n'y changeront rien !

Que ne ferait-on pas pour obtenir ce poste de Président de la République Very Happy ?

Jeanclaude
Député
Député

Masculin Nombre de messages : 7476
Age : 70
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Message  Invité le Mar 25 Jan - 11:18

détrompe toi JC, elle a beaucoup de sympathisants et, effectivement dans le milieu artisan et la classe moyenne aussi ; j'en croise pas mal qui se lâchent!

que toi tu considères que le FN n'est que racisme et démagogie c'est ta façon de voir les choses mais, ce n'est pas le cas de tout le monde et, elle prend beaucoup d'essor justement en déviant ses discours sur l'économie plutôt que de stagner sur l'immigration...et je constate que les journalistes tentent tous de la remettre sur ces thèmes là malgré sa volonté d'évoluer.
Je pense qu'elle a le charisme pour percer et prendre la place de Bayrou au troisième tour .... sauf que l'UMP ne négociera pas(nombrilisme) ...et c'est ce qui donnera e pouvoir à la gauche !

je crois en fait qu'elle essaie de dédiaboliser le FN à fond car elle sait que les gens de droite en ont marre de n'avoir le choix qu'entre UMP ou ...UMP (frustrant!) ! je pense pour ma part qu'il est nécessaire que la droite puisse offrir plusieurs choix ; si Marine Le Pen peut permettre d'offrir ce choix en déculpabilisant les gens de voter pour elle au second tour ; elle aura gagner son pari !
à trop vouloir Unifier la droite (centristes) sans donner d'autres opportunités aux français comme ils le font à gauche... l'ump y perdra beaucoup !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Message  Jeanclaude le Mar 25 Jan - 12:35

J'ai précisé le 21 janvier dernier que je ne répondrais plus à ce genre d'argumentation !

Jeanclaude
Député
Député

Masculin Nombre de messages : 7476
Age : 70
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Message  Invité le Mar 25 Jan - 12:40

Trop facile de se decharger de la sorte! Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Message  Jeanclaude le Mar 25 Jan - 13:00

Détrompe toi je suis très loin d'être un lâche !
En effet si je dis ce que je pense je risque de créer une polémique, et je n'en ai ni la volonté ni même le courage ayant d'autres choses à penser plus importantes.

Si tu souhaites que Mme LE PEN soit présente au second tour et bien soit ! Je ne peux mieux dire Neutral

Jeanclaude
Député
Député

Masculin Nombre de messages : 7476
Age : 70
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Message  Bertolt_Brecht le Mar 25 Jan - 13:23

Sans souhaiter qu'elle soit au second tour, elle est mine de rien en train de rendre à Sarkozy la monnaie de sa pièce.

Il avait réussi à détourner des voix du FN en 2007 en faisant du "Le Pen Light", elle se prépare à les reprendre et plus encore en 2012 en faisant du "Heavy Sarkozy".

Résultat dans les urnes, mais si les frontistes voient plus loin que le moment du discours et les effets d'annonce, ils devraient soutenir ce changement de cap qui pourrait leur permettre de faire une belle campagne et leur assurer une belle percée au premier tour.
avatar
Bertolt_Brecht
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Masculin Nombre de messages : 2813
Age : 107
Date d'inscription : 29/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Message  Jeanclaude le Mar 25 Jan - 14:06

Excellente analyse Bertolt ! Je n'aurais pas osé poster de tels arguments qui discréditent quelque peu Monsieur SARKOZY ! Neutral

Jeanclaude
Député
Député

Masculin Nombre de messages : 7476
Age : 70
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Message  livaste le Mar 25 Jan - 14:27

je ne vois pas en quoi cette argumentation discréditerait Sarkozy ??

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27701
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Message  Invité le Mar 25 Jan - 15:26

Jean-Claude a écrit:
Détrompe toi je suis très loin d'être un lâche !
En effet si je dis ce que je pense je risque de créer une polémique, et je n'en ai ni la volonté ni même le courage ayant d'autres choses à penser plus importantes.

Si tu souhaites que Mme LE PEN soit présente au second tour et bien soit ! Je ne peux mieux dire Neutral

en fait , si ça avait été Gollnish je t'aurais dit que oui , je flipperais... mais Marine le Pen ne me fait pas peur .Bizarrement elle me semble être bien avec elle-même et ses idées; ne semble pas suivre le même chemin que son père qui a tendance à provoquer avec ses insinuations douteuses. Elle ne s'amuse pas à ça !
Je dirais qu'elle se positionne pour une ambition bien plus élevée que celle de son père.... elle souhaite rendre le FN fréquentable et permettre une réelle alternative!

Sinon, pour en revenir à ta façon de te décharger..ça t'arrive fréquemment!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Message  Jeanclaude le Mar 25 Jan - 16:40

franline2 a écrit:
Sinon, pour en revenir à ta façon de te décharger..ça t'arrive fréquemment!

Tu pourrais préciser STP ? J'ai décidé de ne plus argumenter dans certains cas et notamment lorsqu'il s'agit politique Sarkozyste de manière à éviter toute polémique ... en ai-je le droit et est-ce cela que tu appelles se " décharger" ?

Jeanclaude
Député
Député

Masculin Nombre de messages : 7476
Age : 70
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Message  Invité le Mar 25 Jan - 19:19

tu as totalement le droit de te décharger ! je ne te le repproche pas , c'est ton choix ! mais on peut débattre , ne pas être d'accord et, se respecter.Tu n'as pas à avoir peur de débattre avec nous ! ce n'est pas parce que parfois on monte le "ton" que nous refusons le débat ! Cool

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si Marine Le Pen s'était trompée ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum