Nos grands zhéros

Aller en bas

Nos grands zhéros Empty Nos grands zhéros

Message  livaste le Jeu 1 Avr - 23:49

Publié le 01/04/2010 à 14:28 Le Point.fr
ÉDITION
Nos grands zhéros

Par Violaine de Montclos


Nos grands zhéros 89381_10
Naufrage. "Le radeau de méduse", de Géricault, immortalise les conséquences de l'incompétence du Capitaine Chaumareys dont le vaisseau "La Méduse" s'échoua par temps calme. Des Grands "Zhéros" racontés par Clémentine Portier-Kaltenbach dans son "Grands Zhéros de l'Histoire de France" (Lattès)


Destin. Les personnalités les plus grotesques de notre roman national vues par une historienne. Hilarant.

Les Anglais, champions de l'autodérision, connaissent leurs antihéros aussi bien que leurs gloires nationales. Leurs militaires incapables, leurs dirigeants incompétents font l'objet de palmarès officiels quand nous autres Français refusons coûte que coûte la postérité aux médiocres. Or, dans l'ombre des héros décrits dans nos manuels scolaires, combien de piètres stratèges et de politiques désastreux ont fait et défait notre destin national ! Combien d'émotifs ont entaché de quelques bévues comiques certaines de nos heures les plus graves ! Pauvre Henri Deledicq, grouillot chargé de taper sous la dictée du maréchal Foch, dans le wagon de Rethondes, les termes de l'armistice, qui, en proie à l'émotion la plus vive, place les carbones à l'envers. Les chefs des nations belligérantes mettront donc fin au premier conflit mondial en signant des documents... illisibles. Grandiose.

L'historienne Clémentine Portier-Kaltenbach a eu l'idée géniale de partir en quête des innombrables Deledicq qui peuplent l'histoire de France. Dans un livre désopilant à paraître le 7 avril, elle rend hommage à nos grands nuls, à ces chefs de guerre dont les genoux tremblèrent, à ces marins d'eau douce qui firent les plus beaux naufrages, ces rejetons de grands hommes qui s'illustrèrent par leur petitesse...

Voici le vice-amiral de Villeneuve, qui prétend, pour fuir le combat, que ses marins sont atteints de coliques, et dont la couardise provoque rien de moins que le désastre de Trafalgar. Voici le très inorganisé prince de Soubise, qui commande l'armée française face au roi de Prusse et réussit le prodige de faire décimer ses troupes, pourtant deux fois supérieures à celles de Frédéric II, en deux heures ! Voici enfin Chaumareys, capitaine de frégate pistonné, incompétent, qui accomplit l'exploit de faire échouer le vaisseau La Méduse sur un banc de sable... par marée haute et temps calme. Et, pour comble, il monte le premier dans les chaloupes de sauvetage et abandonne, contrevenant à toutes les lois de la mer, 140 hommes sur un radeau dont on connaît la destinée !

Panthéon des gaffeurs

Potache, truffé d'anecdotes piquantes, le livre de Portier-Kaltenbach est plein d'une empathie communicative. Ils sont sympathiques, ces calamiteux. Et puis l'imbécillité poussée à son paroxysme a quelque chose de sublime. Le marin Yves-Joseph de Kerguelen est ainsi entré au panthéon des gaffeurs avec un fracas magnifique.

Quelle mouche pique donc l'explorateur lorsque, croyant avoir découvert le continent austral en apercevant l'île à laquelle on donnera son nom, il dédaigne de débarquer et repart aussitôt vers la France ? Il y est reçu comme Christophe Colomb et décrit avec force détails une terre où il n'a pas mis les pieds. Or "ce pays très fertile et très beau, peuplé d'un grand nombre d'habitants et de nombreux bestiaux", n'est qu'un caillou inexploitable, peuplé de manchots et d'éléphants de mer. Les deux enseignes de vaisseau qu'il a laissés sur place et qui, eux, ont abordé le supposé continent ont désespérément tenté de rattraper le trop pressé Kerguelen pour lui en faire la description exacte. Hélas pour lui, la cour ne tardera pas à apprendre la vérité.

Promenade légère et vagabonde sur le versant pathétique de l'Histoire, parfait petit manuel de l'antihéros, le livre de Clémentine Portier-Kaltenbach est loin d'être exhaustif, mais ouvre une brèche joyeuse dont on espère qu'elle sera enfin exploitée. Thésards, chercheurs, à vos archives ! L'histoire des nuls a commencé...

Grands Zhéros de l'Histoire de France , de Clémentine Portier- Kaltenbach (J.-C. Lattès, 302 pages, 18 euros).

Je cherchais des infos , j'ai trouvé cet article ,qui fait une place aux anti héros , aux maladroits , aux bras cassés de l'histoire ....

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 30189
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum