Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  livaste le Dim 2 Aoû - 20:15

Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

lefigaro.fr avec AFP
02/08/2009 | Mise à jour : 17:23 |

rompant avec le discours de l'opposition, emmenée par le rival malheureux d'Ahmadinejad, Mir Hossein Moussavi, Mohammat Ali Abtahi (2e à droite) aurait affirmé, selon les médias, qu'il n'y avait pas eu de fraudes à la présidentielle du 12 juin.
Le procès d'une centaine de manifestants, arrêtés lors des défilés de juin, s'est ouvert samedi. Certains, parmi lesquels figurent des personnalités du camp réformateur, ont demandé pardon au régime. L'ancien président Khatami dénonce un simulacre de justice.


A quelques jours de la prestation de serment Mahmoud Ahmadinejad, vainqueur très contesté de la présidentielle iranienne du 12 juin, le régime iranien hausse le ton. Le premier procès de manifestants anti-Ahmadinejad s'est ouvert samedi devant un tribunal révolutionnaire de Téhéran. Dans le box des accusés se trouve une centaine de sympathisants de l'opposition, arrêtés lors des marches de protestation du mois de juin. Parmi ces militants figurent des personnalités du camp réformateur telles que l'ancien vice-président Mohammat Ali Abtahi, l'ancien porte-parole du gouvernement Abdollah Ramezanzadeh ou le chef du principal parti réformateur, le Front iranien de la participation islamique, Mohsen Mirdamadi.

Selon l'acte d'accusation, trois des plus importants partis d'opposition, financés par des ONG, ont comploté en vue de mener à bien une «révolution de velours» afin de renverser la république islamique. Les prévenus sont aussi accusés d'avoir «perturbé l'ordre et la sécurité» et «d'avoir des liens avec les hypocrites», l'appellation officielle des Moudjahidine du Peuple, le principal mouvement d'opposition en exil. Ils sont également soupçonnés «de port d'armes à feu et de grenades, d'attaques contre les forces de l'ordre et les miliciens islamistes et d'envoi d'images des défilés pour les médias ennemis». A priori, les prisonniers encourent cinq ans de captivité, mais s'ils étaient reconnus coupables d'être «mohareb» (ennemi de Dieu), ils risqueraient la peine de mort.


Volte-face de certains des accusés

Faisant acte de repentance, l'un des leaders du camp réformateur, qui comparaissait à la barre, l'ancien vice-président de Khatami, Mohammat Ali Abtahi, s'est dit en accord avec le parquet. « Je pense que la capacité pour que la révolution de velours se produise existe dans le pays, mais je ne sais pas s'il y avait une intention réelle de le faire», a-t-il plaidé. Rompant avec le discours de l'opposition, emmenée par le rival malheureux d'Ahmadinejad, Mir Hossein Moussavi, Mohammat Ali Abtahi a affirmé, selon les médias, qu'il n'y avait pas eu de fraudes à la présidentielle du 12 juin.

«C'était un mensonge pour provoquer des émeutes pour que l'Iran devienne comme l'Afghanistan et l'Irak et souffre » a ajouté le réformateur, qui est apparu très amaigri. «Si cela arrivait, il ne resterait ni le nom, ni aucune trace de la révolution», a-t-il poursuivi. «Moussavi ne connaissait probablement pas le pays, mais Khatami était au courant. Il connaissait la puissance du Guide suprême Ali Khamenei, mais il a rejoint Moussavi et ça c'était une trahison», a conclu ce membre du clergé. Mis en cause, l'ancien président réformateur Mohammad Khatami a dénoncé dimanche un simulacre de justice. «Ce genre de mise en scène est contraire à la Constitution et aux intérêts du régime et porte atteinte à la confiance de l'opinion publique». «Les aveux obtenus dans ces conditions n'ont aucune crédibilité», regrette-il. Quant à Mir Hossein Moussavi, il a estimé sur son site Internet, que les «aveux rappelaient des tortures moyenâgeuses» et a critiqué «un procès dont tout est truqué». Le tribunal révolutionnaire a réagi lançant une mise en garde à ceux qui «troublent l'opinion publique avec des commentaires sur des questions légales, affirmant par exemple que les aveux des accusés sont illégaux et ne peuvent incriminer».


2.000 manifestants arrêtés

Un autre accusé Mohammad Atrianfar, membre important du camp réformateur, a également exprimé sa loyauté envers le régime. «Tout groupe radical, ou mouvement qui agit au nom de la réforme dont le comportement vise à affaiblir le régime doit mettre fin à ce type d'agissements et s'excuser», a-t-il indiqué

Un mois et demi après le premier tour du 12 juin, la contestation se poursuit, l'opposition refuse toujours de reconnaître la victoire du président Ahmadinejad. Jeudi, les forces de l'ordre ont employé la force pour disperser des milliers de partisans de l'opposition rassemblés dans le centre de Téhéran et dans un cimetière de la capitale pour rendre hommage aux manifestants tués. Sur les 2.000 manifestants arrêtés depuis le début de la contestation, 250 sont toujours derrière les barreaux. Les témoignages sur les mauvais traitements subis en prison par les opposants se sont multipliés et ont déclenché des critiques, même au sein même du clan conservateur du pouvoir iranien.

La crise n'a pas non plus épargné Mahmoud Ahmadinejad dont les relations avec le guide suprême l'ayatolah Khamenei semblent s'être tendues particulièrement sur la question des nominations de ministres. Mahmoud Ahmadinejad a ainsi dû renoncer à nommer Esfandiar Rahim Mashai, un de ses proches, au poste de vice-président.

Georges va encore pouvoir nous dire que c'est moins terrible que le sort de l'opposition dans les démocraties européennes !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Dim 2 Aoû - 21:21

C'est les procès de Moscou de 36 version ayatollah. Les accusés ont dû être bien amochés pour "demander pardon" au pouvoir... Rolling Eyes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Lun 3 Aoû - 17:42

Ils en ont déjà tabassé quelques uns pour qu'ils aillent dire à la télé que la GB et les USA les avaient poussés à manifester.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Lun 3 Aoû - 19:56

la cérémonie d'investiture tait à vomir ..... on aurait dit des vicelards qui se félicitaient en se faisant la bise , le regard pervers en coin et le sourire sarcastique qui pourrait bien dire "on a réussi notre coup" ..... Rolling Eyes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Sam 8 Aoû - 10:58


La Française Clotilde Reiss jugée en Iran

L'universitaire accusée d'avoir participé au mouvement de contestation de l'élection du président iranien se retrouve samedi au tribunal.
Libé.fr



La Française Clotilde Reiss, une employée locale de l'ambassade de France et un employé de l'ambassade britannique ont comparu samedi devant le tribunal révolutionnaire de Téhéran avec une dizaine de personnes jugées pour avoir participé à la contestation post-électorale.

"(Mme Reiss) est accusée d'avoir rassemblé des informations et encouragé les émeutiers", affirme l'agence officielle Irna.e.

Clotilde Reiss, vêtue d'un jean, d'un manteau sombre et portant un foulard, se trouvait au premier rang des accusés, selon des photographies de l'agence iranienne Fars.
Lectrice en français à l'université d'Ispahan, dans le centre de l'Iran, Mme Reiss a été arrêtée le 1er juillet.

Un employé local de l'ambassade britannique, Hossein Rasam, qui avait été arrêté puis libéré sous caution avec plusieurs de ses collègues, figure également parmi les accusés, selon Fars.

Le procureur du tribunal Abdolreza Mohabati a affirmé que les accusés avaient "élaboré un plan, pour le compte de l'opposition et de pays étrangers, pour renverser le régime", selon Fars.

Il a accusé les autorités britanniques et américaines d'avoir joué un rôle dans les "émeutes" les plus graves de l'histoire de la République islamique, au cours desquelles 30 personnes ont péri, selon le bilan officiel.

"Certains diplomates britanniques ont pris part aux rassemblements illégaux de Téhéran", a dit le procureur lors de la lecture de l'acte d'accusation.

"La cellule politique de l'ambassade de Grande-Bretagne rassemblait des informations sur les responsables (iraniens), les Gardiens de la révolution, la milice Bassidj", a-t-il dit.

"Elle a aussi envoyé des employés locaux sur les lieux des troubles", a-t-il indiqué pendant le procès accessible à seulement quelques journalistes iraniens.

Clotilde Reiss, qui a eu 24 ans le 31 juillet, avait initialement été accusée d'espionnage pour avoir pris des photos de manifestations avec son portable à Ispahan et les avoir envoyées à un ami français à Téhéran.

Une source diplomatique s'est dite "surprise" à l'annonce de sa comparution.

En France, son père, Rémi Reiss, s'est lui aussi dit surpris et a clamé l'innocence de sa fille. "Evidemment je redis qu'elle est innocente et qu'il n'y a aucune preuve des accusations qui sont formulées contre elle".

Des hommes politiques et des journalistes du camp réformateur figuraient parmi une dizaine d'autres accusés qui comparaissaient samedi pour la deuxième fois devant le tribunal.

Une centaine d'accusés avaient comparu à l'ouverture du procès le 1er août. Dix autres avaient comparu le lendemain.

Poursuivis pour troubles à l'ordre public et atteinte à la sécurité nationale, ils encourent jusqu’à cinq ans de prison. Mais s'ils sont reconnus coupables d'être des "mohareb" (ennemis de Dieu), ils risquent la peine de mort.

Ces procès ont porté un coup dur à l'opposition, certains des accusés ayant affirmé à l'ouverture du procès avoir commis une erreur en prenant part à la contestation. Mais Mir Hossein Moussavi, chef de l'opposition, avait estimé le 2 août que ces aveux avaient été livrés sous la "torture".

Le procureur a en outre accusé samedi Washington d'avoir lancé "un programme d'échange dans le cadre duquel des membres de l'élite iranienne étaient envoyés aux Etats-Unis pour étudier".

"Le programme visait à faire changer les esprits dans la société iranienne (...) à l'infiltrer, à affaiblir le gouvernement iranien pour finalement renverser le régime", a-t-il dit.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  livaste le Sam 8 Aoû - 12:46

Iran : Clotilde Reiss déclare avoir participé aux manifestations
08.08.2009, 08h27 | Mise à jour : 14h20


La Française Clotilde Reiss a déclaré samedi au tribunal de Téhéran avoir participé «pour des motifs personnels» aux manifestations de protestation qui ont suivi le scrutin présidentiel du 12 juin, ajoutant que cela était «une erreur», a rapporté l'agence officielle Irna. Elle a également indiqué, toujours selon l'agence Irna, avoir donné un rapport à l'ambassade de France à Téhéran sur les manifestations à Ispahan (centre), qui ont suivi la présidentielle du 12 juin.

«J'ai écrit un rapport d'une page et je l'ai remis au patron de l'Institut français de recherche en Iran qui appartient au service culturel de l'ambassade de France», a déclaré Mme Reiss, répondant au juge qui lui demandait si elle avait écrit un rapport.

Une employée locale de l'ambassade de France à Téhéran, Nazak Afshar, a quant à elle déclaré que l'ambassade avait demandé à ses employés d'accueillir les manifestants dans ses locaux si cela s'avérait nécessaire.

«Selon les décisions prises qui nous ont été signifiées, si des affrontements se déroulaient devant le service culturel et si une personne voulait se réfugier à l'intérieur de l'ambassade, nous devions lui donner refuge», a déclaré Mme Afshar.

Accusée d'espionnage par Téhéran, Clotilde Reiss est jugée en ce moment par le tribunal révolutionnaire de la capitale iranienne. L'universitaire française qui a fêté ses 24 ans le 31 juillet figure parmi les accusés jugés pour leur participation au mouvement de contestation de la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad.

«Elle est accusée d'avoir rassemblé des informations et encouragé les émeutiers», affirme l'agence de presse officielle Irna, ajoutant qu'une autre femme, employée locale de l'ambassade de France - présentée sous le nom de Ashfar, figure également dans le box des accusés. Lectrice de français à l'université d'Ispahan, la jeune femme, diplômée de l'Institut d'études politiques (IEP) de Lille et passionnée par l'Iran, est soupçonnée d'avoir pris des photos avec son téléphone portable lors de manifestations dénonçant la réélection d'Ahmadinejad à Ispahan.


Cette nouvelle audience devait avoir initialement lieu jeudi dernier mais elle avait été reportée quand des avocats de la défense avaient demandé davantage de temps pour examiner leurs dossiers.

Jugées depuis le 1er août, une centaine de personnes sont poursuivies pour troubles à l'ordre public et atteinte à la sécurité nationale. Parmi elles, des hommes politiques et des journalistes du camp réformateur.

Les accusés dans ce procès encourent jusqu'à cinq ans de prison. S'ils sont reconnus coupables d'être des «mohareb» (ennemis de Dieu), ils risquent la peine de mort.

La première audience, tenue à huis clos partiel, avait porté un coup dur à l'opposition. Plusieurs des personnes poursuivies, dont un membre important du camp réformateur, ont affirmé s'être trompées en prenant part à la contestation car il n'y avait pas eu de fraude lors de la présidentielle, contrairement aux affirmations de l'opposition.

Des responsables de l'opposition, dont son chef Mir Hossein Moussavi (conservateur modéré), ainsi que l'ancien président réformateur Mohammad Khatami avaient dénoncé un procès illégal et une «mise en scène».

Le 2 août, dix autres personnes ont comparu à huis clos.

Le président Ahmadinejad a prêté serment mercredi pour un second mandat de quatre ans.



leparisien.fr

elle risque fort d'étre lourdement condamnée , puisqu'elle " avoue " , mais qu'adviendrait il d'elle si elle ne se soumettait pas ?

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Sam 8 Aoû - 21:38

Il est évident qu'elle n'a pas eu le choix, ce n'est pas une option à Téhéran. Par contre, si pour le monde il est fort utile d'avoir des rapports de l'intérieur, je trouve qu'elle a pris un risque inconsidéré, particulièrement pour quelqu'un connaissant bien l'Iran, d'aller manifester.
S'il est une chose qu'il ne faut pas faire, où que ce soit, c'est bien cela (si vous allez sur les sites des conseils aux voyageurs pour la France, ça figure d'ailleurs en bonne place. Razz )

Quoiqu'il en soit, elle est otage d'enjeux qui la dépassent et j'espère vraiment qu'elle sera grâciée, sans même évoquer le chef d'accusation de "mohareb", cinq ans dans les geôles iraniennes ne font pas rêver.

et n'oublions pas Nazak Afshar

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  livaste le Sam 8 Aoû - 21:43

je n'avais pas compris qu'elle avait manifesté , il semble d'après ses messages à sa famille , qu'elle déclare ne courrir aucun danger , que seuls les manifestants sont en danger . Elle a du se contenter de prendre quelques photos , ce qui était déjà risqué .

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Sam 8 Aoû - 21:46

Si si, elle a affirmé avoir participé aux manifestations, difficile à nier de toutes façons puisqu'elle a pris des photos de son téléphone portable.


La Française a par ailleurs affirmé au tribunal avoir participé "pour des motifs personnels" aux manifestations de protestation contre la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad, ajoutant toutefois que c'était une "erreur", selon l'agence.
http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/special_iran/20090808.OBS6797/proces_des_protestataires_a_teheran__clotilde_reiss_par.html


C'est très courageux, parce que ça permet la sortie des infos et des images, mais c'est extrêmement risqué.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  livaste le Sam 8 Aoû - 21:56

Je crois qu'il faudra attendre son retour en France pour apprendre la vérité , pour ma part , je suis persuadée que tout ce qu'elle peut déclarer à ce procès stalinien , sous la contrainte , ne peut être que tronqué .
Le gouvernement iranien n'est plus du tout crédible , et l'on constate qu'il se coupe de l'ensemble des pays puisqu'il a franchi le pas , en arrêtant des membres appartenant aux ambassades des pays occidentaux .
Le réquisitoire du procureur , s'il est confirmé , laisse supposer que ces inculpés vont faire les frais de la déliquescence du pouvoir iranien ,.

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Sam 8 Aoû - 22:01

Ce n'est pas parce qu'elle dit avoir participé aux manifs au procès que c'est nécessairement faux non plus Wink on verra...
Le problème est double avec ces procès:
- les "occidentaux" ou ceux qui bossent pour eux (dans les ambassades par exemple) vont être pris comme bouc-émissaires pour d'une part donner un message clair aux pays ennemis, d'autre part pour montrer au pays que ce sont les instances du mal qui contrôlent le tout et donc renforcer la propagande. Car il faut encore une fois faire très attention: les conservateurs et Ahmadinejad en tête sont extrêmement populaires auprès d'une grande part de la population, peut-être toujours la majorité, notamment dans les campagnes ou les quartiers pauvres des grandes villes.

- Le cirque médiatique mis en place permet de faire écran de fumée auprès des pays tiers et de la population sur le sort des opposants iraniens.

C'est très habile en somme comme procédé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  livaste le Dim 9 Aoû - 15:00

Les Gardiens de la révolution veulent «punir» Moussavi

B.F. (lefigaro.fr) avec agences
09/08/2009 | Mise à jour : 16:08 | Ajouter à ma sélection


Un haut responsable de l'armée idéologique du régime iranien appelle à juger les candidats de l'opposition et l'ancien président réformateur Mohammad Khatami, accusés d'avoir fomenté un complot contre le pouvoir.

L'Iran n'en a pas fini avec les procès contre les opposants. Dimanche, un haut responsable des Gardiens de la révolution s'en est pris nommément aux deux candidats de l'opposition, Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, et à l'ancien président réformateur Mohammad Khatami. Yadwollah Javani, chef du bureau politique de cette force d'élite du régime, accuse les trois hommes d'avoir participé à un complot qui visait à orchestrer une «révolution de velours» contre la République islamique.

«Quel est le rôle de Khatami, Moussavi et Karoubi dans ce coup d'Etat ?», a-t-il lancé. «S'ils en sont les instigateurs, et c'est le cas, les responsables de la justice et de la sécurité doivent les arrêter, les juger et les punir pour éteindre les feux de ce complot», affirme Yadwollah Javani dans un article publié dans Sobhe Sadegh, l'hebdomadaire du bureau politique des Gardiens de la révolution. Khatami, Moussavi et Karoubi ont tous les trois demandé l'annulation de la présidentielle du 12 juin, qui a conduit à la réélection de Mahmoud Ahmadinejad à la tête du pays.

Ces propos font suite aux déclarations d'un autre responsable militaire, qui a également demandé des mesures contre «les chefs du complot». «Les citoyens, mais aussi les éléments vendus [aux étrangers, ndlr] et les instigateurs de ce complot, attendent de voir comment [le pouvoir] agira», a déclaré le général Massoud Jazayeri, adjoint du chef de l'état-major chargé des questions culturelles et de la propagande. «Il est évident que le jugement des principaux instigateurs des troubles récents aura un rôle déterminant pour neutraliser les éventuels complots à l'avenir», a-t-il dit.

Les molléhs en profitent pour redonner quelques tours de vis au peuple iranien !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Dim 9 Aoû - 16:10

Et oui, ils n'allaient pas laisser cela impuni.
Mais néanmoins, on peut légitimement se poser la question de l'intérêt de condamner, pardon, juger, Moussavi. Je ne suis pas entièrement certaine que cela soit le meilleur moyen de rétablir l'ordre. le régime n'a peut-être pas tout à y gagner.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Dim 9 Aoû - 16:13

Le but, c'est peut être de lancer un ballon d'essai bien hardcore pour que le pouvoir puisse ensuite montrer qu'il n'est pas si méchant que cela en refusant de juger Khatami et Moussavi... C'est peut-être stratégique comme procédé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Dim 9 Aoû - 16:18

Je serais extrêmement étonnée que ce soit le cas pour Moussavi. Je ne vois pas bien comment il va pouvoir échapper à un jugement. On verra ces prochains mois, parce qu'il est aussi tout à fait possible qu'il soit jugé à un moment où les médias occidentaux, et les populations d'ailleurs, auront les yeux ailleurs.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Dim 9 Aoû - 16:23

Effectivement, c'est possible aussi. Il va falloir attendre pour être fixés, en espérant (mais c'est très utopique) que maintenant que les médias occidentaux ont contribué à la longévité du mouvement, ils ne vont pas lâcher l'affaire. Je ne sais pas pourquoi, mais je le sens mal...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  livaste le Dim 9 Aoû - 17:28

je suis sans doute pessimiste , je pense que les médias ne sont pas mécontents de dette évolution , cela pourrait leur donner d'excellents scoops , tragiques certes , mais le sang fait vendre !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Dim 9 Aoû - 17:59

Tout à fait, par contre suivre au jour le jour le sort fait aux dizaines de milliers d'opposants aux mollahs, c'est moins sexy et ça emmerde tout le monde... Rolling Eyes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Dim 9 Aoû - 18:01

Encore une fois, les médias ne seront pas les uniques responsables, ils couvriraient sur le long terme si c'était vendeur (par ailleurs, c'est le masse media qui est à condamner, certains suivent bien des événements mais ne se vendent pas...). Pour le reste, il y a en 2010 les JO plus la CM. Ca n'est pas de bon augure.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Dim 9 Aoû - 18:07

Bien sûr, et avec cette année 2010 qui s'annonce sportive (ahaha) (promis, je vais essayer de ne pas allumer ma télé pendant la coupe du monde, de toutes façons, je croise les doigts pour avoir autre chose à foutre à cette période Razz ), ça ne va effectivement pas s'arranger. Je ne veux pas condamner les médias en masse, les gens sont cons aussi, ça c'est clair.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Lun 10 Aoû - 7:42

livaste a écrit:Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

lefigaro.fr avec AFP
02/08/2009 | Mise à jour : 17:23 |

rompant avec le discours de l'opposition, emmenée par le rival malheureux d'Ahmadinejad, Mir Hossein Moussavi, Mohammat Ali Abtahi (2e à droite) aurait affirmé, selon les médias, qu'il n'y avait pas eu de fraudes à la présidentielle du 12 juin.
Le procès d'une centaine de manifestants, arrêtés lors des défilés de juin, s'est ouvert samedi. Certains, parmi lesquels figurent des personnalités du camp réformateur, ont demandé pardon au régime. L'ancien président Khatami dénonce un simulacre de justice.


A quelques jours de la prestation de serment Mahmoud Ahmadinejad, vainqueur très contesté de la présidentielle iranienne du 12 juin, le régime iranien hausse le ton. Le premier procès de manifestants anti-Ahmadinejad s'est ouvert samedi devant un tribunal révolutionnaire de Téhéran. Dans le box des accusés se trouve une centaine de sympathisants de l'opposition, arrêtés lors des marches de protestation du mois de juin. Parmi ces militants figurent des personnalités du camp réformateur telles que l'ancien vice-président Mohammat Ali Abtahi, l'ancien porte-parole du gouvernement Abdollah Ramezanzadeh ou le chef du principal parti réformateur, le Front iranien de la participation islamique, Mohsen Mirdamadi.

Selon l'acte d'accusation, trois des plus importants partis d'opposition, financés par des ONG, ont comploté en vue de mener à bien une «révolution de velours» afin de renverser la république islamique. Les prévenus sont aussi accusés d'avoir «perturbé l'ordre et la sécurité» et «d'avoir des liens avec les hypocrites», l'appellation officielle des Moudjahidine du Peuple, le principal mouvement d'opposition en exil. Ils sont également soupçonnés «de port d'armes à feu et de grenades, d'attaques contre les forces de l'ordre et les miliciens islamistes et d'envoi d'images des défilés pour les médias ennemis». A priori, les prisonniers encourent cinq ans de captivité, mais s'ils étaient reconnus coupables d'être «mohareb» (ennemi de Dieu), ils risqueraient la peine de mort.


Volte-face de certains des accusés

Faisant acte de repentance, l'un des leaders du camp réformateur, qui comparaissait à la barre, l'ancien vice-président de Khatami, Mohammat Ali Abtahi, s'est dit en accord avec le parquet. « Je pense que la capacité pour que la révolution de velours se produise existe dans le pays, mais je ne sais pas s'il y avait une intention réelle de le faire», a-t-il plaidé. Rompant avec le discours de l'opposition, emmenée par le rival malheureux d'Ahmadinejad, Mir Hossein Moussavi, Mohammat Ali Abtahi a affirmé, selon les médias, qu'il n'y avait pas eu de fraudes à la présidentielle du 12 juin.

«C'était un mensonge pour provoquer des émeutes pour que l'Iran devienne comme l'Afghanistan et l'Irak et souffre » a ajouté le réformateur, qui est apparu très amaigri. «Si cela arrivait, il ne resterait ni le nom, ni aucune trace de la révolution», a-t-il poursuivi. «Moussavi ne connaissait probablement pas le pays, mais Khatami était au courant. Il connaissait la puissance du Guide suprême Ali Khamenei, mais il a rejoint Moussavi et ça c'était une trahison», a conclu ce membre du clergé. Mis en cause, l'ancien président réformateur Mohammad Khatami a dénoncé dimanche un simulacre de justice. «Ce genre de mise en scène est contraire à la Constitution et aux intérêts du régime et porte atteinte à la confiance de l'opinion publique». «Les aveux obtenus dans ces conditions n'ont aucune crédibilité», regrette-il. Quant à Mir Hossein Moussavi, il a estimé sur son site Internet, que les «aveux rappelaient des tortures moyenâgeuses» et a critiqué «un procès dont tout est truqué». Le tribunal révolutionnaire a réagi lançant une mise en garde à ceux qui «troublent l'opinion publique avec des commentaires sur des questions légales, affirmant par exemple que les aveux des accusés sont illégaux et ne peuvent incriminer».


2.000 manifestants arrêtés

Un autre accusé Mohammad Atrianfar, membre important du camp réformateur, a également exprimé sa loyauté envers le régime. «Tout groupe radical, ou mouvement qui agit au nom de la réforme dont le comportement vise à affaiblir le régime doit mettre fin à ce type d'agissements et s'excuser», a-t-il indiqué

Un mois et demi après le premier tour du 12 juin, la contestation se poursuit, l'opposition refuse toujours de reconnaître la victoire du président Ahmadinejad. Jeudi, les forces de l'ordre ont employé la force pour disperser des milliers de partisans de l'opposition rassemblés dans le centre de Téhéran et dans un cimetière de la capitale pour rendre hommage aux manifestants tués. Sur les 2.000 manifestants arrêtés depuis le début de la contestation, 250 sont toujours derrière les barreaux. Les témoignages sur les mauvais traitements subis en prison par les opposants se sont multipliés et ont déclenché des critiques, même au sein même du clan conservateur du pouvoir iranien.

La crise n'a pas non plus épargné Mahmoud Ahmadinejad dont les relations avec le guide suprême l'ayatolah Khamenei semblent s'être tendues particulièrement sur la question des nominations de ministres. Mahmoud Ahmadinejad a ainsi dû renoncer à nommer Esfandiar Rahim Mashai, un de ses proches, au poste de vice-président.

Georges va encore pouvoir nous dire que c'est moins terrible que le sort de l'opposition dans les démocraties européennes !

moussavi fait parti de ces gens islamistes que les occidentaux encensent à cause de ses positions économiques. On assiste en Iran à une tentative de déstabilisation menée par friedmaniens radicaux et autres.

Pour ma part, je pense qu'il y a encore une fois deux poids et deux mesures. Faire croire qu'on va établir une démocratie en Iran avec Moussavi avec l'appui de l'Arabie saoudite et les EAU relèvent de la pitrerie.

Moussavi ne conteste pas le régime des mollahs, juste le positionnement géopolitique de l'Iran. Si on doit bombardé quelque chose, c'est l'arabie saoudite, l'égypte, et autres pays salafistes où un homme est moins qu'un chien.

bien à vous,

saco

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  livaste le Lun 10 Aoû - 7:53

mais nous n'avons jamais prétend que c'était un grand démocrate , nous relevons que c'est un opposant qui est pourchassé , et pour commencer , des manifestants !
Il me parait donc injuste de fermer les yeux , et de se détourner de ce qu'il advient dde ces manifestants en Iran .
Et enfin ne soyons pas dupes , il s'agit d'une grande purge , qui va s'abattre sur le peuple qu commençait à relever la tête !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Lun 10 Aoû - 8:05

C'est ce que disent les médias... Permet moi d'en douter. Pour ma part, je ne vois pas d'un mauvaise oeil la réélection de M. Ahmadinejad. Non que je l'aime mais parce que je suis pour un rééquilibrage géopolitique.

Un monde multi-polaire se dessine... et ça c'est pas une mauvaise chose. Les installations hydrocarbures sont vétustes en Iran. Si les USA persiste dans leur blocus. Et bien il y aura des contrats... On peut jouer une carte sauf si on persiste dans une attitude stérile anti-russe. Alors, ils rafleront les contrats.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Lun 10 Aoû - 8:19

saco a écrit:

Pour ma part, je pense qu'il y a encore une fois deux poids et deux mesures. Faire croire qu'on va établir une démocratie en Iran avec Moussavi avec l'appui de l'Arabie saoudite et les EAU relèvent de la pitrerie.

Moussavi ne conteste pas le régime des mollahs, juste le positionnement géopolitique de l'Iran. Si on doit bombardé quelque chose, c'est l'arabie saoudite, l'égypte, et autres pays salafistes où un homme est moins qu'un chien.

bien à vous,

saco

Je pense que j'ai toujours écrit et ailleurs ce que je pensais de Moussavi, et que jamais je n'ai écrit qu'il était un démocrate ou je-ne-sais-quoi d'autre, et que le jeu des médias occidentaux, des populations occidentales étaient fort dangereux après les élections, tu prêches donc une convertie. Je ne pense néanmoins pas que le régime actuel soit mieux et je trouve étrange que tu défendes ce régime et d'une parce qu'il est islamiste, et Ahmadinejad est encore plus intégriste que Khameney et de deux parce qu'il est néanmoins complètement liberticide.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Invité le Lun 10 Aoû - 8:27

Je pense juste qu'il est de notre intérêt d'avoir un un monde multi-polaire. Je pense que la vétusté des installations d' hydrocrabure et la nécessité de diversifier nos partenaires. Après, il y a aussi le fait que le régime iranien est chiite et que l'islamisation de l'europe se fait par la sunna.

bien à toi,

saco

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les anti-Ahmadinejad devant la justice iranienne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum