Débats Pécresse et Karoutchi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Débats Pécresse et Karoutchi

Message  Invité le Sam 7 Mar - 23:50

Régionales 2010
Dans les coulisses du débat Pécresse-Karoutchi


Candidats de la primaire UMP pour la tête de liste aux régionales 2010 en Île-de-France, Valérie Pécresse et Roger Karoutchi ont débattu ce samedi 7 mars sur le plateau de La voix est libre, émission de la chaîne France 3 Paris Ile de France. LEXPRESS.FR était dans les coulisses.



9 heures 15. Les traits tirés par 23 heures de négociation avec les enseignants-checheurs, Valérie Pécresse est la première à arriver dans les studios de Malakoff que RFO prête à France 3 Île-de-France. Ce débat télévisé marque les retrouvailles entre la ministre de l'Enseignement supérieur et Roger Karoutchi, son adversaire dans cette primaire UMP pour la tête de liste aux régionales de 2010. A l'entrée, l'un des deux présentateurs l'accueille et la dirige vers la salle de maquillage.

Au sous-sol du bâtiment, le plateau s'active, les caméraman ajustent les prises de vues. Dix minutes plus tard, Roger Karoutchi, en costume bleu, arrive. "Alors, vous êtes tous là !" adresse, avec sa jovialité coutumière, le secrétaire d'Etat aux photographes présents.

Pécresse joue la montre... au maquillage

Autour d'un petit-déjeuner improvisé, les deux présentateurs, Daic Audouit et Jean-Jacques Cross règlent les derniers détails. "On fait un truc décontracté, hein !", réclame Karoutchi à voix basse. Le candidat fonce vers le plateau. "On est toujours aussi mal assis ici. Vous n'avez pas changer les sièges", chambre le leader UMP à la région.

Pour ce débat, France 3 Île-de-France ne dispose que d 'une loge et d'une maquilleuse et Valérie Pécresse se fait attendre. Roger Karoutchi s'impatiente et les présentateurs ironisent sur "la parité au temps de maquillage". La ministre arrive enfin après 30 minutes dans la loge. Elle croise son adversaire qui vient pour prendre sa place. "Bien coiffé!", lui lance-t-elle avec un large sourire.

La ministre demande à s'isoler quelques minutes des photographes, puis installe ses dossiers sur le plateau. "Après 23h de négo, j'ai des courbatures", glisse-t-elle aux présentateurs, souriante malgré la fatigue. Karoutchi la rejoint quelques minutes plus tard. "Moteur demandé", tonnent les présentateurs en choeur. Les portes du plateau se referment et le débat commence.

Pendant les trente premières minutes, les deux candidats débattent des conditions de la campagne avant d'exposer leurs idées en matière de transports, de logement et d'emploi. Le ton est jovial, le tutoiement de rigueur. Les deux candidats tardent un peu à se démarquer l'un de l'autre. Valérie Pécresse semble un peu plus offensive que lors du débat public du Raincy, le 3 février dernier.

"On a marqué nos différences"

C'est déjà la coupure pour laisser place au journal de région. "Ca commençait bien mais là ils recommencent à être d'accord !", sourit Daic Audouit, qui retourne immédiatement sur le plateau.

Le débat redémarre pour les dix dernières minutes. Au menu, les questions budgétaires et le grand Paris sur lequel les deux candidats s'accrochent un peu plus. C'est la fin de l'émission, l'heure du débrief avec les conseillers et de la détente. Les deux camps sont satisfaits de ce débat attendu qui s'est avéré plus technique que prévu.

Les portes du plateau s'ouvrent, le présentateur annonce l'invité de la semaine prochaine: Jean-Paul Huchon. "Tout seul!" s'exclame Pecresse. "Si vous être élue, vous aussi vous aurez 40 minutes juste pour vous", lui répond du tac au tac Jean-Jacques Cross.

La ministre file, attendue au ministère pendant que Roger Karoutchi livre ses impressions à chaud: "C'est resté très correct, ça ne va pas changer beaucoup les équilibres, mais on a marqué nos différences sur la fiscalité les transports."

Après un deuxième débat sur LCP et NRJ 12 le 13 mars, ce sera aux quelque 70 000 militants UMP franciliens de faire leur choix. Ils voteront du 16 au 22 mars prochain par Internet. "On espère 60% de participation", confie Karoutchi. Le secrétaire d'Etat s'engouffre dans une berline noire. Direction Maison-Alfort (Val-de-Marne) pour le lancement de la campagne des européennes avec Michel Barnier et Rachida Dati.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/dans-les-coulisses-du-debat-pecresse-karoutchi_745262.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum