Brûlée vive, Chahrazad retrouve son bourreau.

Aller en bas

Brûlée vive, Chahrazad retrouve son bourreau. Empty Brûlée vive, Chahrazad retrouve son bourreau.

Message  shimmy le Mar 10 Fév - 14:52

Brûlée vive, Chahrazad retrouve son bourreau. 10775ad0-f749-11dd-95c8-dd52def9beb6

En 2005, la jeune femme avait été aspergée d'essence par l'homme qu'elle refusait d'épouser. Le procès d'Amer Mushtaq Butt, son agresseur, s'ouvre aujourd'hui aux assises de Seine-Saint-Denis.

Leur première rencontre remonte au printemps 2004 dans une boutique de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis). Etudiante en BTS comptabilité, Chahrazad, encore mineure à l'époque, y travaille comme stagiaire. Celui qui supervise son travail, Amer Mushtaq Butt, est âgé de 23 ans. Une relation amoureuse se noue quelques mois plus tard.

Mais en mai 2005, c'est de mariage qu'il devient question. L'homme, d'origine pakistanaise, demande en vain la main de Chahrazad à son père. Et puis tout dégénère en novembre 2005, quand la jeune femme se fiance avec un autre garçon, Mohamed, marocain comme elle. Un dimanche matin, Amer Mushtaq Butt heurte violemment la voiture de son ancienne petite amie. Il descend du véhicule, un bidon d'essence à la main, asperge la jeune femme et tente de l'immoler par le feu.

In extremis, Chahrazad est sauvée par des riverains, alertés par les cris. Hospitalisée dans un état critique, elle est brûlée sur 60% du corps. Son bourreau, lui, fuit au Pakistan pendant un an. Il revient en France en novembre 2006 aprè s avoir décidé de se livrer à la justice.

Depuis l'agression, trois ans de souffrances ont passé pour Chahrazad. Petit à petit, la jeune femme, le corps et le visage atrophiés par les brûlures malgré plusieurs opérations de chirurgie réparatrice, tente de retrouver une vie presque normale. «Ça revient doucement, dit-elle ce matin dans le Parisien. Et cela continuera, même si je sais que cela prendre encore longtemps.»

La cour refuse le huis-clos demandé par Chahrazad

A partir d'aujourd'hui et jusqu'à vendredi, Amer Butt, aujourd'hui âgé de 28 ans, est jugé pour tentative d'assassinat par les assises de Seine-Saint-Denis, à Bobigny. Il risque la réclusion criminelle à perpétuité. Un procès qui sera public, contrairement à ce que souhaitait la jeune femme. «Parce que cette agression, c'était entre moi et lui. J'ai besoin que ce soit une sorte d'explication en tête à tête», expliquait Chahrazad pour justifier sa demande de huis-clos. A l'ouverture de l'audience, mardi matin, la cour a décidé de refuser ce huis-clos.

Ce que la jeune femme attend du procès ? «Que la justice passe, répond-elle. Ce procès ne signifie pas pour moi tourner la page. Ce serait mentir parce que je ne pourrai jamais vraiment tourner la page.» Ce qu'elle ressent pour son bourreau ? «Je n'ai pas de haine, dit-elle. Ça ne changerait rien, surtout cela ne nous ramènerait pas en arrière. En revanche, je veux qu'il soit condamné et que cela se sache, pour que des choses comme ça n'arrivent plus.»

Je l'ai vue hier à la télé, elle donne presque l'impression de le comprendre : "il a voulu laver son honneur", dit elle !
shimmy
shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 75
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Brûlée vive, Chahrazad retrouve son bourreau. Empty Re: Brûlée vive, Chahrazad retrouve son bourreau.

Message  Invité le Mar 10 Fév - 14:56

elle dit aussi : je veux qu'il soit condamné et que cela se sache, pour que des choses comme ça n'arrivent plus

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum