L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Lun 9 Fév - 11:51

L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Nicolas Sarkozy détaillera cet après-midi un plan de soutien à la filière automobile qui pourrait être assorti de contreparties en matière d'emploi et de rémunération
.



3 milliards d'euros pour PSA Peugeot Citroën et 3 milliards d'euros pour Renault
. Le tout sous la forme de prêts à taux préférentiel (6-7 % contre 11-12 % en moyenne actuellement pour des crédits de ce type) étalés sur cinq ans. Telle est la nouvelle annonce que devrait faire le chef de l'Etat cet après-midi, selon les quotidiens Les Echos et Le Figaro.

Nicolas Sarkozy réunira en effet à 16h30 à l'Elysée les acteurs du secteur automobile aux côtés du Premier ministre François Fillon, du ministre en charge de la Relance Patrick Devedjian et du secrétaire d'Etat à l'Industrie Luc Chatel pour présenter son nouveau plan de soutien à la filière.

Une rallonge "donnant donnant"

Le gouvernement avait déjà débloqué en décembre une enveloppe de prêts à taux réduit de 1 milliard d'euros pour les filiales de crédit des deux constructeurs et institué une prime à la casse pour encourager le renouvellement du parc automobile. Mais face à la dégradation des ventes (-7,9% en en janvier et -15 % en novembre et décembre) et face à la multiplications des fermetures temporaires des sites et du recours au chômage partiel, une rallonge de six milliards en faveur des deux constructeurs français serait aujourd'hui à l'étude.

Ces sommes, qui correspondent à la fourchette haute des aides annoncées par François Fillon le 20 janvier lors des états généraux de l'automobile, seraient toutefois assorties de plusieurs contreparties : engagement à ne pas fermer de sites en France, à ne pas réaliser de plans sociaux, à modérer la distribution des dividendes et à réduire les bonus des patrons des deux groupes. D'autres mesures pourraient également être annoncées en faveur des sous-traitants et fournisseurs des constructeurs français.

Mais les négociations de derrière minute s'annoncent serrées, selon Antoine Larigaudrie, reporter sur BFM : le patron de Renault, Carlos Ghosn, qui attendait des taux plus accommodants aurait cédé aux conditions de la Commission de Bruxelles. Mais du côté de PSA, Christian Streiff refusait toujours ces derniers temps de s'engager à ne pas licencier.

"Permettre aux constructeurs d'attendre des jours meilleurs
"

Pour Eric Saint-Frison, consultant automobile indépendant et ancien PDG de Ford France, cette aide paraît toutefois insuffisante : "Quand on regarde le coût réel de développement d'un véhicule de l'ordre de 1 milliard d'euros par véhicule développé et la concurrence à laquelle sont confrontés les constructeurs en France par rapport à la délocalisation, on peut sa poser la question de savoir ce qu'on peut faire avec 6 milliards d'euros", a-t-il expliqué ce matin au micro de Stephane Soumier dans "Good Morning Business".

"Cela représente en gros, par rapport aux 3 millions de voitures produites en France chaque année, 2000 euros par voiture. Le vrai besoin pour financer du développement automobile en France est bien supérieur. Mais je pense que cela est une façon de la part du gouvernement de permettre aux constructeurs français d'attendre des jours meilleurs et un marché qui permettra de les porter", a-t-il conclu.

Des syndicats inquiets sur les modalités d'octroi

De leur côté, les syndicats souhaitent pouvoir s'exprimer sur les conditions octroi de ces aides. "J'espère bien (...) qu'avant de donner plusieurs milliards d'euros au secteur automobile, les organisations syndicales seront amenées à exprimer leur opinion sur l'opportunité des aides, et notamment leur finalité", a déclaré sur France Info le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault.

"Le président de la République a parlé de contreparties pour les entreprises aidées par l'Etat. Ces contreparties doivent être négociées avec les syndicats au niveau des groupes et de leurs sous-traitants", a pour sa part jugé le secrétaire général de la CFDT François Chérèque, dans un entretien à Libération.

http://www.radiobfm.com/edito/home/21505/letat-va-preter-6-milliards-deuros-a-renault-et-psa/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  livaste le Lun 9 Fév - 15:50

Je résume , les syndicats sont opposés à l'attribution de prêts à l'industrie , ils espèrent que les entreprises iront à la faillite , ce qui fera des millions de chomeurs , donc des pauvres manipulables !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Lun 9 Fév - 18:24

livaste a écrit:Je résume , les syndicats sont opposés à l'attribution de prêts à l'industrie , ils espèrent que les entreprises iront à la faillite , ce qui fera des millions de chomeurs , donc des pauvres manipulables !

Tu déformes (et non pas résumer) est le mot approprié. Rolling Eyes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Georges le Lun 9 Fév - 18:26

livaste a écrit:Je résume , les syndicats sont opposés à l'attribution de prêts à l'industrie , ils espèrent que les entreprises iront à la faillite , ce qui fera des millions de chomeurs , donc des pauvres manipulables !

Tu arranges ça à ta sauce.

Georges
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Masculin Nombre de messages : 2950
Age : 69
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  livaste le Lun 9 Fév - 18:34

je me contente de lire ce que vous postez !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  shimmy le Lun 9 Fév - 18:36

Le père d'un élèves qui est cadre chez Peugeot, nous a dit que Renault ne pourrait plus assurer les salaires fin janvier, et Peugeot, fin mars !
avatar
shimmy
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Féminin Nombre de messages : 4651
Age : 73
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  livaste le Lun 9 Fév - 18:38

, les organisations syndicales seront amenées à exprimer leur opinion sur l'opportunité des aides,

vaste programme , elles ne voudraient pas que' ces aides , ce soient elles qui les gèrent , comme elles gèrent le CA d'EDF : directement dans la poche de la CGT et du PC ?

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Georges le Lun 9 Fév - 18:41

shimmy a écrit:Le père d'un élèves qui est cadre chez Peugeot, nous a dit que Renault ne pourrait plus assurer les salaires fin janvier, et Peugeot, fin mars !

Est ce que pour les petites et toutes petites entreprises qui ne peuvent plus payer leurs salariés Sarkozy sera aussi généreux ?

Georges
Président du Conseil Général
Président du Conseil Général

Masculin Nombre de messages : 2950
Age : 69
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Lun 9 Fév - 20:11

http://www.lexpansion.com/economie/actualite-entreprise/pourquoi-psa-et-renault-ont-besoin-de-6-5-milliards-d-euros_174290.html

Pourquoi PSA et Renault ont besoin de 6 milliards d'euros

L'Etat a précisé lundi les modalités de son plan de sauvetage de l'industrie automobile. Peugeot Citroën et Renault recevront chacun 3 milliards d'euros, sous forme d'un prêt à 6% sur 5 ans. L'ensemble des aides au secteur se monte à 7,8 milliards. Analyse.


Ce plan était-il absolument nécessaire ?

Autrement dit, Peugeot Citroën et Renault pouvaient-ils faire l'impasse sur le plan gouvernemental ? Avaient-ils les moyens de surmonter tout seuls la crise ? « Clairement non. Sans ce plan de soutien, on ignore même comment ils auraient bouclé l'année 2009, indique à L'Expansion.com Yvon Donval, responsable de l'activité supply chain chez Bearing Point. Actuellement, PSA et Renault, mais aussi la plupart des constructeurs, brûlent quantité de cash. Parce qu'à leur frais fixes colossaux habituels s'est greffé un effondrement de la demande peu prévisible. Résultat ? L'écoulement de leurs stocks au compte-goutte alourdit mécaniquement leur facture ».

« Sans un effort substantiel, c'est toute la filière qui était menacée d'asphyxie au vu de l'assèchement du crédit. Dans cette affaire, l'Etat a simplement joué son rôle de prêteur en dernier ressort, ce qui est aussi une de ses missions économiques et sociales, explique à L'Expansion.com Laurent des Places, associé et responsable du secteur automobile chez KPMG. En fait, le gouvernement porte sur ce dossier auto un regard de long terme et un autre de court terme. D'un côté, il veut préserver la compétitivité industrielle de ses "champions" et prendre le virage des mutations technologiques (moteurs moins polluants, véhicules moins gourmands en carburant...) mais de l'autre, il doit permettre à ces derniers de sortir de leur dépendance à l'égard du crédit et de ne pas être lésés vis-à-vis de leurs concurrents, notamment américains, qui ont été renfloués ».

En France, deux voitures sur trois sont achetées à crédit. Du coup, quand le flux des prêts se tarit, la demande s'effondre. Parce que la voiture est un bien de consommation non prioritaire. On peut en différer l'acquisition. Voilà pourquoi PSA et Renault ont déjà reçu 1 milliard d'euros d'aides via leurs filiales bancaires. Lesquelles assurent généralement de 30 à 40% de leurs résultats opérationnels. Cette aide sera doublée à 2 milliards. L'idée étant en quelque sorte de les aider à « financer » leurs clients potentiels. « Sur 2 millions de voitures écoulées chaque année dans l'Hexagone, cela fait à peu près 1,3 million de véhicules à crédit, détaille Laurent des Places. A raison de 15.000 euros en moyenne à l'unité, on arrive ainsi à 20 milliards d'euros. Sachant que PSA et Renault détiennent environ 50% du marché. Les deux groupes doivent donc fournir un effort de quelque 10 milliards par an ».

La priorité c'est donc bien le crédit
. « C'est bel et bien un problème de financement des ventes ». « Le souci n°1, c'est la frilosité des banques » ajoute Yvon Donval de Bearing Point. Sans compter qu'à tout cela, s'ajoute leurs coûts R&D. C'est que l'industrie automobile est l'une des plus budgétivores. Elle mobilise beaucoup de capitaux. La course à l'innovation se rentabilise (ou pas) sur plusieurs années. Ce n'est pas un hasard si PSA et Renault sont les 3ème et 4ème plus gros budgets R&D de France après Sanofi-Aventis et Alcatel-Lucent. Rien que pour son programme Laguna 3, Renault a englouti la bagatelle d'un milliard d'euros, dont 600 millions en R&D ! A titre de comparaison, Toyota consomme chaque année 6 milliards en R&D, tandis que Ford et GM y consacraient jusque là quelque 5 milliards chacun.

Offrir un financement plus facile aux deux mastodontes français, vital afin de relancer la machine, qui emploie directement ou indirectement 10% de la population active en France. Concrètement, outre la prochaine suppression de la taxe professionnelle et l'instauration de la prime à la casse, l'Etat leur prêtera 6 milliards d'euros sur cinq ans à 6%, à raison de 3 milliards chacun, ainsi que 500 millions pour Renault Trucks, la filiale poids-lourd. Soit un taux nettement plus attractif que la fourchette de 11 à 12% octroyés par les banques. Sachant que l'Etat emprunte, lui, à 4% environ. Si bien que le gouvernement s'y retrouvera quand même dans l'opération.

A noter que le prêt consenti s'accompagne d'une « clause de retour à meilleure fortune ». En clair, le taux sera indexé sur la progression du résultat opérationnel des bénéficiaires. Au final, « c'est une excellente formule, note Laurent des Places de KPMG. C'est l'Etat qui endosse le risque que le marché réclame au secteur automobile. C'est de l'ordre de 2 à 3 points de mieux que ce qu'ont obtenu les constructeurs allemands il y a deux mois ». On se souvient en effet que BMW a emprunté 750 millions à 8,9% et que Daimler l'a imité pour la même somme à plus de 9%. « Et puis, la maturité de 5 ans est plutôt confortable, complète l'associé de KPMG. Elle est assise sur la durée moyenne des emprunts autos qui oscillent entre 4 et 5 ans ».

L'autre grande mesure consiste en un renforcement du fonds de soutien aux sous-traitants. Jusque là, celui-ci était abondé à hauteur de 300 millions d'euros, dont 100 millions par Renault et 100 millions par PSA. Dorénavant, les deux rivaux sont priés de doubler leur quote-part. L'Etat fera de même. De sorte, qu'au total, le fonds alloué aux fournisseurs passera à 600 millions.
Ni délocalisations, ni licenciements en France


Le double effort des pouvoirs publics implique logiquement des contreparties. On en recense trois : primo, la limitation des dividendes versés aux actionnaires. Secundo, la réduction de la part variable dans les packages de rémunération. Enfin, tertio, ni délocalisations hors de France, ni plans sociaux durant la période.

PSA, qui a longtemps refusé de s'engager sur ce dernier point, a finalement cédé. Le groupe dirigé par Christian Streiff fait figure de mauvais élève parce que sa Peugeot 107 notamment est fabriquée en République tchèque. D'une manière générale, plus d'une voiture sur deux écoulée en France est montée à l'étranger. Bernard Thibault, le leader de la CGT, rappelait lundi sur France Info : « Quand il y a de l'activité, les salariés travaillent à des cadences folles, et ils ne sont que des variables d'ajustement (...) Il est nécessaire de s'intéresser à la finalité sociale de ces aides publiques ». A la CFDT, François Chérèque ne dit pas autre chose sur le fond : « Il faut responsabiliser Peugeot vis-à-vis de Faurecia (ndlr son équipementier principal) et Renault à l'égard des ingénieurs de son Technocentre de Guyancourt ».

En attendant, PSA a annoncé lundi soir qu'il ne fermerait aucune usine et qu'il ne licencierait pas en France. Il lancera dans les deux ans à venir, « un à plusieurs nouveaux modèles ». En parallèle, le groupe sochalien emploiera une partie des 3 milliards qui lui reviennent à soutenir « son programme de développement des véhicules plus propres, plus économes en énergie et abordables pour ses clients ».

Cette enveloppe sera-t-elle suffisante ?

Six milliards et demi sous forme de prêts bonifiés, auxquels s'ajoutent un milliard supplémentaire pour les filiales bancaires ainsi que 300 millions de plus pour le fonds de soutien aux équipementiers. Soit un total de 7,8 milliards. Et après ? La somme suffira-t-elle ? « Difficile à dire, car je n'ai pas accès à leurs lignes de cash, pointe Yvon Donval. En tout cas, ce sera une bonne bouffée d'oxygène ». La situation des constructeurs français n'est toutefois pas monolithique. Renault est ainsi beaucoup plus endetté que Peugeot. C'est même, avec Fiat, l'un des plus mal lotis sur ce point à l'échelle européenne. Par ailleurs, Renault ne peut plus compter sur Nissan pour le maintenir à flot. Son partenaire japonais n'est plus "l'oncle d'Amérique" du groupe français. Nissan s'apprête à publier son premier déficit de la décennie (-2,2 milliards d'euros) et à supprimer 20.000 postes dans la foulée. PSA, de son côté, a un passif moins lourd, mais pourrait perdre de l'argent sur l'exercice 2008. Ses ventes ont davantage souffert en Europe que celles de son rival hexagonal : -9,6% contre -6,9%.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le médiateur du crédit a préservé 36.500 emplois

Message  Invité le Lun 9 Fév - 20:41

pour répondre a Georges ...

Le médiateur du crédit a préservé 36.500 emplois


Le dispositif de médiation du crédit aux entreprises a permis en trois mois à 1.600 entreprises de poursuivre leurs activités, préservant ainsi 36.500 emplois, selon un rapport d'activité du médiateur René Ricol.

Le rythme de saisine est stable par rapport à la fin de l'année 2008 avec 400 à 450 dossiers nouveaux par semaine, précisent les services de René Ricol, le médiateur du crédit nommé par le président Nicolas Sarkozy fin octobre.

Au 1er février, 5.331 entreprises avaient saisi le médiateur du crédit, dont 892 en 15 jours. Sur ce total, 91% des dossiers ont été acceptés en médiation et 2.424 sont désormais clôturés avec un taux de médiation réussie de 66%, en hausse de deux points en 15 jours.

"Près de 1.600 entreprises ont été confortées dans la poursuite de leurs activités en trois mois et 36.500 emplois ont été préservés", précise le rapport d'activité.

Il relève cependant que "la part des entreprises qui arrivent en médiation avec des difficultés de financement directement liées à la conjoncture progresse".

Autre tendance remarquée, quelques gros dossiers en traitement concernent des entreprises achetées par effet de levier (les opérations dites LBO) "dont l'origine des difficultés malgré un résultat d'exploitation tout à fait honorable, résulte de charges financières lourdes" pour rembourser les crédits liés à l'acquisition du capital.

"La médiation du crédit appelle fermement tous les fonds de capital investissement concernés à assumer leurs devoirs d'actionnaires dans cette période difficile pour conforter la continuité d'exploitation des entreprises qu'ils ont librement décidé d'acquérir," souligne le rapport.

La principale cause de saisine, dans 69% des cas, concerne les lignes de découvert et les besoins de crédit court terme.

Les entreprises de moins de 50 salariés représentent 94% des dossiers, soit un chiffre en hausse d'un point en 15 jours. La ventilation par activité d'activité reste stable : services dans 32% des cas, puis BTP (21%), industrie (16%), agriculture et pêche (3%).

Les encours de crédit traités en médiation sont inférieurs a 50.000 euros dans 61% des cas. Dans 21% des cas, ils sont compris entre 50.000 et 150.000 euros et dans 7% des cas supérieurs à 500.000 euros.

Véronique Tison, édité par Yves Clarisse

http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/le-mediateur-du-credit-a-preserve-36-500-emplois_174254.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Lun 9 Fév - 20:52

Il est bien ton article , mais il y certaines contradictions...

Ainsi pourquoi, si les banques jouent le jeu suite aux Milliards prêtés, l'Etat lui même prête directement à PEUGEOT et RENAULT ? Il y a comme un problème non ? Rien ne te choque ? Ils prêtent avec un taux de l'argent et attend en retour que les banques soient plus flexibles et au final , l'Etat prête en direct !

Les Milliards prêtés ne servent à rien pour assouplir l'obtention d'accords de crédits.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  livaste le Lun 9 Fév - 21:25

il n'y a pas de contradiction , le prêt aux banques doit leur permettre d'abord d'éviter le dépot de bilan ( je ne sais pas si tu as conscience que tous les pays ont du passer par là ) , et donc de préter aux particuliers et PME.
Pour les secteurs industriels à la limite de l'insolvabilité , ( là encore tous les pays y passent ) , ce sont les gouvernements qui deviennent les seuls capables d'être préteurs. C'est d'ailleurs heureux , puisque cela leur donne la possibilité de poser des conditions ,ce qui permet aussi de preserver des emplois en France , alors que si les entreprises avaient trouvé l'argent par leurs propres moyens , le gouvernement n'aurait eu aucune marge pour les contraindre à rester en France .

j'ai été surprise , en écoutant sarkozy , d'apprendre que ue grande partie des voitures françaises que nous achetions chez nous , étaient produites hors de France . ce n'est quand même pas acceptable , je veux bien que renault ou Peugeot aillent produireen Roumanie des voitures pour la Roumanie , mais pas qu'ils aillent produire en Roumanie de svoitures qu'ils vendront ( pas moins chers ) chez nous .

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
avatar
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27487
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Lun 9 Fév - 21:27

une amie de ma belle-soeur a commandé une citroen c3... elle ne l'aura qu'en mars ! elle vient de l'étranger ! affraid

on se demande alors quelles voitures sont fabriquées chez nous !!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Lun 9 Fév - 21:31

L'aide devait aussi permettre de ne pas durcir les accords de prêt ! D'où la contradiction, l'ETAT au final prête lui même car cela ne marche pas.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Lun 9 Fév - 21:33

il est préférable de prêter par l'Etat qui se porte garant et qui au final est gagnant financièrement que de plomber par milliards le déficit bancaire et rendre impossible les prêts aux PME et TPE.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Lun 9 Fév - 22:01

franline a écrit:une amie de ma belle-soeur a commandé une citroen c3... elle ne l'aura qu'en mars ! elle vient de l'étranger ! affraid

on se demande alors quelles voitures sont fabriquées chez nous !!!

j'ai eu ma réponse !!! 70% des petites voitures citroen et peugeot sont fabriqués en France .... alors un truc me chiffonne Question pourquoi , alors qu'on a des stocks qui débordent (y en a deux près de chez moi !) la pote de ma belle-soeur attends la sienne de l'étranger ? Suspect

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Mar 10 Fév - 17:15

Le plan d'aide accordé par l'Etat français aux constructeurs automobiles lundi, suscite «certaines préoccupations» de la part de la commission européenne en matière de respect du droit communautaire.


Le plan d'aide de l'Etat français à l'automobile préoccupe Bruxelles. Jonathan Todd, porte-parole de la Commission européenne, a affirmé aujourd'hui que l'Union «avait écrit aux autorités françaises pour demander des détails sur les plans de soutien». Il existe «un certain nombre d'inquiétudes» concernant ces aides, «au vu de ce que nous avons vu dans la presse», a-t-il ajouté.

La mission de la Commission est de s'assurer que le plan d'aide n'a rien d'illégal en matière de réglementation sur la concurrence. Déjà, la semaine dernière, la commissaire européenne à la Concurrence, Neelie Kroes, avait mis en garde le secrétaire d'Etat français à l'Industrie, Luc Chatel, contre toute mesure incitant au protectionnisme. La commissaire avait indiqué en particulier que «toute obligation pour le bénéficiaire d'aide d'investir seulement en France ou d'acheter leurs pièces détachées auprès de fournisseurs en France ne serait pas compatible» avec les règles européennes.

Taux préférentiels


Or ç'est bien là que le bât blesse. Hier, l'Etat français accordait 6 milliards d'euros de prêts sur cinq ans à Renault et PSA, touchés par la crise. En contrepartie de ces prêts au taux préférentiel de 6%, les constructeurs doivent «tout faire pour empêcher les licenciements» en 2009 et à ne fermer aucun de leurs sites en France pendant la durée de ces prêts. Une contrepartie jugée illégale par Bruxelles. Le plan prévoit également le doublement de l'aide aux établissements de crédit de Renault et PSA, annoncée en décembre dans le cadre d'un plan de relance de l'économie, à 2 milliards d'euros. L'aide aux sous-traitants de ce secteur est également doublée à 600 millions d'euros.

Les deux constructeurs ont accueilli comme une grande bouffée d'air cette aide. Christian Streiff, président du directoire de PSA Peugeot Citroën a annoncé en matinée, ce mardi, que sans ce prêt de 3 milliards, le groupe aurait «dû arrêter très significativement (son) effort de recherche et développement et d'investissement». Il a indiqué que les perspectives de ventes pour le groupe sont «terribles» pour 2009 et table sur une baisse de 20% des ventes en 2009 et sur une année 2010 qui devrait être encore difficile.

je ne vois pas en quoi il serait interdit de demander aux constructeurs de ne pas fermer NOS usines sans interdire d'en ouvrir d'autres ailleurs !ca ne touche absolument pas la concurrence puisqu'ils existent déjà dans ces autres pays ! pour autant , Bruxelles n'a pas a interdire ce plan sous pretexte qu'on aiderait en + notre sous-traitance et donc nos emplois liés au secteur automobile ! Suspect

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Mer 11 Fév - 11:18

Plan automobile: les contraintes sont-elles surmontables?

Par Bruno Abescat, publié le 09/02/2009 16:27 - mis à jour le 09/02/2009 16:33




Spécialiste de l'Histoire automobile, chercheur à l'IDHE (CNRS), l'universitaire Jean-Louis Loubet publie, le 5 mars, "La maison Peugeot", chez Perrin. Il revient sur le plan de sauvegarde présenté ce lundi par Nicolas Sarkozy aux acteurs de la filière automobile.



Pourquoi les dirigeants de PSA ont-ils semblé plus réticents à accepter les exigences des pouvoirs publics pour bénéficier du plan de soutien ?


Traditionnellement, ce constructeur s'est toujours montré très jaloux de son indépendance. Par le passé, la famille Peugeot a fait en sorte que l'Etat ne s'immisce jamais dans ses affaires. Ainsi, dès 1974, quand la firme a repris Citroën, avec l'aide d'un prêt public de 1 milliard de francs à quinze ans, elle s'est empressée de le rembourser en... trois ans ! Il est vrai que le parti communiste militait alors pour la nationalisation du secteur automobile.

Renault et PSA peuvent-ils vraiment s'engager à moyen terme à ne pas délocaliser leur production ?

Si elle paraît contraignante, cette exigence du gouvernement n'est pas non plus insurmontable pour les deux constructeurs. Du moins, tant qu'ils n'auront pas besoin de lancer de nouveaux véhicules nécessitant de nouvelles plates-formes. En effet, on ne délocalise jamais la fabrication d'un modèle en cours de construction. La Peugeot 107 et la Citroën C1 n'ont jamais ainsi été assemblées ailleurs qu'en Tchéquie. Pour le reste - gel des licenciements et des fermetures d'usines - Renault, par exemple, avait pris les devants...


http://www.lexpress.fr/actualite/economie/plan-automobile-les-contraintes-sont-elles-surmontables_739594.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Mer 11 Fév - 18:47

franline a écrit:
franline a écrit:une amie de ma belle-soeur a commandé une citroen c3... elle ne l'aura qu'en mars ! elle vient de l'étranger ! affraid

on se demande alors quelles voitures sont fabriquées chez nous !!!

j'ai eu ma réponse !!! 70% des petites voitures citroen et peugeot sont fabriqués en France .... alors un truc me chiffonne Question pourquoi , alors qu'on a des stocks qui débordent (y en a deux près de chez moi !) la pote de ma belle-soeur attends la sienne de l'étranger ? Suspect
Parce que sa voiture n'est pas en stock. ( une option spécifique + une couleur ect ) . La diversité peut être importante et pas de chance le véhicule qu'elle souhaite n'est pas sur stock. De plus , le stock concerne plus des voitures du segment supérieur. ( 407 , C5 ) voitures gourmandes en carburant, les plus touchées par les non ventes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Mer 11 Fév - 18:51

d'accord! merci David !
il n'empêche qu'ils disent que les voitures construites à 100% en Tchéquie c'est la peugeot 107 et la citroen C1 ! pourquoi ne le sont -elles pas en France ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Mer 11 Fév - 22:03

en Gros la France produit ses "beaux" modèles en France pour les "riches" et les autres sont produites en low cost pour les "pauvres et classe moyenne modeste"...ça craint ! ça veut dire que si la gauche passe un jour, qu'elle retaxe a fond les riches et les font fuir , .... l'industrie de l'automobile française est promise a disparaître ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Invité le Jeu 12 Fév - 17:13

franline a écrit:en Gros la France produit ses "beaux" modèles en France pour les "riches" et les autres sont produites en low cost pour les "pauvres et classe moyenne modeste"...ça craint ! ça veut dire que si la gauche passe un jour, qu'elle retaxe a fond les riches et les font fuir , .... l'industrie de l'automobile française est promise a disparaître ...

Je comprends pas le raisonnement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etat va prêter 6 milliards d'euros à Renault et PSA

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum