comparatifs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

comparatifs

Message  Invité le Jeu 5 Fév - 16:25

Relance : A chacun son plan

par Myriam Berber

Article publié le 05/12/2008 Dernière mise à jour le 05/12/2008 à 16:45 TU

Pour contrer la récession, les pays européens ont détaillé ces dernières semaines des plans de relance. Sur le fond, peu d’unité entre les Vingt-Sept. Reste un point commun : tous ces plans sont inférieurs à la limite fixée par la Commission qui propose de consacrer à la relance 1,5% du produit intérieur brut (PIB).

D’un montant respectif de 32 milliards d’euros pour l’Allemagne et 26 milliards pour la France, les plans de relance des deux principales économies de la zone euro se caractérisent également par des mesures rapidement applicables. Parmi ces mesures, une exonération de taxe sur les achats de voitures neuves et un renforcement des aides au financement des PME (crédit d’impôt recherche, remboursement de l’impôt sur les sociétés) à hauteur de 15 milliards d’euros pour Berlin et de 11,5 milliards pour Paris.


Autre point commun : les deux pays ont choisi de privilégier la relance par l’investissement en aidant les entreprises (automobile et bâtiment) et en lançant de grands travaux d’infrastructures. Nicolas Sarkozy a ainsi choisi d’accélérer la mise en chantier de projets pour l’essentiel déjà programmés, comme notamment l’entretien des réseaux (électricité, gaz, RATP, Poste), la construction ou rénovation de maisons de retraite, hôpitaux, crèches. Angela Merkel a décidé d’augmenter ses dépenses d’équipement dans le domaine des transports. Les ménages ne sont pas oubliés. La grande mesure du plan français est le doublement du montant du prêt à taux zéro en 2009 pour l’achat de logements neufs pour les primo-accédants. Pour sa part, l’Etat fédéral allemand a mis en œuvre une augmentation des allocations pour les jeunes enfants. Les plans français et allemand devraient atteindre chacun 1,3% du PIB.

Royaume-Uni : une baisse de la TVA

Le Royaume-Uni, qui ne fait pas partie de l’Eurogroupe, a choisi de donner un coup de pouce à la consommation. Le gouvernement britannique a mis la baisse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) au cœur de son plan de relance de 21 milliards de livres (26 milliards d’euros), équivalant à 1% du PIB. Le taux normal de la TVA est ainsi passé de 17,5% à 15% pour treize mois. Une mesure que devrait coûter au budget de l’Etat 12,5 milliards de livres (14,8 milliards d’euros). Du côté des entreprises, le Premier ministre Gordon Brown a renoncé à augmenter l’impôt sur les PME. Pour relancer l’emploi, le gouvernement britannique a également anticipé de deux ans un certain nombre d’investissements publics pour les routes, les écoles et le logement social.



L'Espagne, dont l'économie est en plein ralentissement, a vu son taux de chômage augmenter une nouvelle fois au troisième trimestre 2008, pour atteindre 11,33%. C’est le chiffre le plus haut depuis 2004. Dans ce contexte, le plan de Madrid de 11 milliards d’euros a pour objectif principal de freiner les suppressions d’emplois. Pour relancer l’emploi, une enveloppe de 8 milliards d’euros sur ces 11 milliards est consacrée à l’investissement public municipal via la réalisation de travaux d’infrastructure : réhabilitation d’immeubles, d’équipements collectifs (casernes, commissariats, bibliothèques). Les autres bénéficiaires du plan espagnol sont les particuliers et les entreprises avec des mesures d’allégement fiscal. Le secteur automobile, ébranlé par la crise, bénéfice également d’un certain nombre d’aides ciblées.



Italie : une carte sociale pour les plus démunis


En Italie, le président du Conseil Silvio Berlusconi a annoncé un plan chiffré à 80 milliards d’euros. Un montant contesté par la gauche et les syndicats. L’opposition italienne a dénoncé le fait que l’utilisation de la majeure partie de ces fonds était déjà prévue avant. Au total, l’intervention du gouvernement italien devrait atteindre un coût entre 4 et 5 milliards d’euros, soit moins de 0,5% du PIB. L’objectif du gouvernement italien est de ne pas creuser encore la dette du pays qui s’élève aujourd’hui à 105% du PIB.

La mesure phare du plan italien : la « carte sociale » destinée aux personnes âgées et aux familles défavorisées. A condition d’avoir un revenu annuel inférieur à 6 000 euros, les plus de 65 ans ou les parents d’enfants de moins de trois ans vont obtenir dès le mois de décembre une carte prépayée d’une valeur de 40 euros par mois. Elle pourra être utilisée uniquement pour l’achat de denrées alimentaires. Le plan italien inclut également des déductions fiscales pour les entreprises et la réalisation de grands travaux d’infrastructures.

http://www.rfi.fr/actufr/articles/108/article_75674.asp

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: comparatifs

Message  Invité le Jeu 5 Fév - 17:38

il semble que l'Allemagne a eut plus de chômeurs que nous en janvier ...eux aussi ! 56 000 chômeurs en + , 200 000 pour l'Espagne , contre 45 000 en France.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: comparatifs

Message  livaste le Jeu 5 Fév - 17:50

il est très difficile de faire des comparatifs , les infos nous arrivent au compte gouttes .

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire

livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27068
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: comparatifs

Message  Invité le Jeu 5 Fév - 17:53

on dirait que tout est fait pour que justement il y ait peu de comparatifs possible entre nos voisins et nous pour faire en sorte de saquer notre plan de relance , qui est pourtant très similaire a nos voisins ...pourtant plus touchés que nous ; semble-t-il !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: comparatifs

Message  livaste le Jeu 5 Fév - 17:58

mais c'est évident !
regarde comment le smédias ont totalement occulté le plan en lui même !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire

livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27068
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: comparatifs

Message  Jeanclaude le Lun 9 Fév - 18:16

franline a écrit:on dirait que tout est fait pour que justement il y ait peu de comparatifs possible entre nos voisins et nous pour faire en sorte de saquer notre plan de relance , qui est pourtant très similaire a nos voisins ...pourtant plus touchés que nous ; semble-t-il !

Au risque de te décevoir notre premier plan de relance n'est pas tout à fait identiques à celui de nos voisins :

Relance: Pourquoi le plan français est-il moins complet que les autres?

Par Gilles Le Blanc | Economiste | 11/01/2009 | 11H39

Si on le compare aux plans de relance des grands pays occidentaux, récemment amplifiés, celui que le gouvernement français a mis en route se distingue sur deux points : son montant global, significativement inférieur aux autres; la nature des mesures proposées, qui visent l'investissement et les entreprises.

La semaine dernière, l’Allemagne a porté son effort à 50 milliards d'euros sur deux ans. Au Royaume-Uni, Gordon Brown a augmenté de 50% l’enveloppe initiale, qui atteindra 30 milliards livres sterling. Encore plus significativement, compte-tenu de leur rôle de locomotive, les contours du plan de relance se précisent aux Etats-Unis: un montant d’environ 800 milliards de dollars, une adoption prévue au Congrès en février, et une mesure phare, à savoir une baisse d’impôts de 1000 dollars pour 95% des contribuables.

Un plan français marqué par les faibles mesures sur le pouvoir d’achat

Ces plans de relance combinent deux types de mesures :

Des dépenses d’investissement (logement, transport, infrastructures) et des stimulations de la consommation et du pouvoir d’achat (baisse de la TVA au Royaume-Uni, baisse d’impôts aux Etats-Unis et de cotisations sociales en Allemagne, hausse de certains minima sociaux en Allemagne...). Cette combinaison obéit à une logique économique simple.
• Les dépenses d’investissement sont des actions à moyen et long terme, visant à stimuler l’activité, améliorer la compétitivité et ouvrir de nouvelles opportunités de croissance, en particulier en privilégiant une orientation environnementale.
• Les mesures de pouvoir d’achat recherchent pour leur part un impact immédiat le plus large possible (tous les consommateurs pour la baisse de la TVA, tous les salariés pour la baisse des cotisations sociales) pour soutenir la consommation, mais aussi –et c’est peut-être le plus important– rétablir un climat de confiance et dissiper l’inquiétude paralysante qui frappe depuis l’automne tous les pays. Ainsi le crédit d’impôt de 1000 dollars proposé par Obama, d’effet immédiat grâce à la retenue à la source, va au-delà de ce simple montant. Bénéficiant à des dizaines de millions de personnes, en particulier aux classes moyennes particulièrement touchées par la crise immobilière et économique, c’est également un geste fort de volontarisme politique signifiant "on s’occupe de vous, on ne va pas attendre passivement et en silence que les choses passent et que la crise se termine".

En comparaison le plan français est marqué par la faiblesse des mesures portant sur le pouvoir d’achat et la consommation. A l’exception de la prime aux bénéficiaires du RSA, une décision bien entendu juste, nécessaire et utile, mais qui en se limitant à cette seule catégorie porte le risque d’accentuer la fracture et l’incompréhension au sein des ménages salariés modestes, particulièrement menacés par la crise et pourtant absents du plan. Et ce, alors que leur faible taux d’épargne garantit l’efficacité, sur le niveau de consommation, de mesures aidant leur pouvoir d'achat (baisse d'impôts ou relèvement de minima sociaux).
Contraintes héritées du paquet fiscal et hésitations politiques
Comment expliquer cette nouvelle "exception française"? Deux éléments peuvent être avancés.
Le premier, d’ordre pratique, est l’absence de marge de manœuvre financière en raison de la contrainte budgétaire (déficit courant, dette publique) mais aussi et surtout des choix politiques de l’été 2007 avec la loi TEPA (bouclier fiscal, exonération des successions, baisse des charges sur les heures supplémentaires). D’un coût supérieur à 10 milliards d'euros en année pleine, ce bouquet de mesures fiscales prive l’Etat des moyens de lancer des initiatives nouvelles par exemple en direction de la consommation.

Mais, au-delà, il y a un problème de fond de politique économique et une hésitation sur le meilleur levier pour favoriser la croissance: consommation, investissement, débouchés commerciaux extérieurs?

Entre une dépendance jugée trop forte de la consommation (artificiellement soutenue les années passées par l’endettement et la bulle immobilière), une ouverture croissante aux importations (dommage collatéral du modèle de l’économie "low-cost" et d’une attention uniquement portée sur les prix), une compétitivité extérieure en dégradation continue (au rythme du creusement inquiétant de notre déficit commercial) et un investissement des entreprises en baisse, le gouvernement n’a pas réussi à hiérarchiser les priorités, proposer sa vision de la dynamique de croissance à privilégier, et en déduire un ensemble d’actions cohérentes.

Au delà des débats byzantins sur les sommes réellement "neuves" débloquées par le plan de relance, c’est l’incertitude sur la politique économique choisie qui me semble le problème principal et l’explication des doutes qu’il suscite.

Jeanclaude
Député
Député

Masculin Nombre de messages : 7476
Age : 69
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: comparatifs

Message  Invité le Lun 9 Fév - 18:33

comme d'hab' pas de source et , propagande anti-paquet fiscal qui , soit dit en passant m'a permis de pouvoir changer ma cuisine ...donc de consommer ! What a Face

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: comparatifs

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:22


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum