Le cinéma en relief

Aller en bas

Le cinéma en relief Empty Le cinéma en relief

Message  livaste le Dim 4 Jan - 0:15

Le cinéma en relief débarque à Etampes


Le cinéma la Rotonde d’Etampes vient d’acheter un projecteur numérique capable de passer des films en 3D. Une première en Essonne.

Camille Sayart | 01.01.2009, 07h00

On n'a pas l’air très malin devant un film en 3D. A fermer les yeux parce qu’un personnage vous met le doigt dans l’oeil, à grimacer parce qu’un autre vous éternue au nez, à esquiver des éclaboussures imaginaires. Ou bien à tendre la main dans le vide comme Malo, 4 ans. Calé sur les genoux de sa mère, le petit spectateur a vainement tenté d’attraper les mouches cosmonautes de « Fly Me to the Moon », hier, au cinéma la Rotonde d’Etampes.


Ce film d’animation est le premier spécialement conçu pour être vu en trois dimensions. Et le cinéma étampois est le seul du département (et l’un des rares en région parisienne) à avoir investi dans l’achat d’un projecteur numérique, technologie indispensable pour la 3D.

« Les gens sont bluffés, c’est un vrai spectacle »

La toute première séance avait lieu hier matin, à 10 heures. Malo et sa mère ont suivi en sursautant le périple des trois mouches vers la Lune, avec des grosses lunettes sur le nez. Le cogérant du cinéma, impatient de recueillir les premières réactions, les attendait à la sortie. « Alors ? » demande Yohan Delamare. « Super ! C’est extra. Il était dedans, il n’arrêtait pas de dire Maman, je suis sur la Lune ! » s’enthousiasme Véronique, qui ne connaissait que la 3D au Futuroscope. « Là, ce n’est plus les lunettes avec un oeil rouge, un oeil vert et le Doliprane à la sortie », explique Yohan, persuadé que le public accrochera. « Les jeunes sont très demandeurs. Les gens sont bluffés, c’est un vrai spectacle. On est au top de la technologie », poursuit-il, citant l’exemple américain où le phénomène prend une ampleur inédite. En tout, vingt-sept films en 3D seront diffusés en 2009 à la Rotonde, parmi lesquels « Volt », de Disney, « Monstre contre Aliens » de Pixar, un concert de U2… Pour un prix un poil plus cher : 8 € (- 16 ans) et 9 € (+ 16 ans), lunettes comprises.

« Fly Me to the Moon », film d’animation, à partir de 3 ans. Durée : 1 h 24. Jusqu’au 4 janvier au cinéma la Rotonde, 102, rue Saint-Jacques, à Etampes. Tél. 0.892.683.144.




Le Parisien

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 30177
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Le cinéma en relief Empty Re: Le cinéma en relief

Message  livaste le Dim 4 Jan - 0:23

Le cinéma en 3D, du laboratoire à l'écran
Les Echos n° 19799 du 22 Novembre 2006 • page 15

Noir et blanc, couleur, parlant, effets spéciaux, animation, l'histoire du cinéma est jalonnée de grandes ruptures technologiques qui ont façonné son destin. Depuis quelques années, les studios de cinéma font du gringue aux mathématiciens, informaticiens et autres électroniciens pour réussir leur révolution numérique. L'année prochaine, le réseau pour la Recherche et l'Innovation en audiovisuel et multimédia (RIAM) compte focaliser ses projets sur le passage du cinéma à la troisième dimension. « Les technologies sont maintenant mûres », justifie Christiane Schwartz, présidente du RIAM.

Pour sortir des salles spécialisées des parcs d'attractions, la 3D mise d'abord sur la numérisation en cours de la chaîne du cinéma. En France, seule une petite quinzaine de salles ont remisé le support pellicule au rayon des musées. Aux Etats-Unis, le mouvement est plus massif, 150 salles s'équipent chaque semaine en plus des 5.000 déjà numérisées. « Une fois la décision de numériser prise, un distributeur a intérêt à aller vite pour minimiser le jonglage entre deux supports », précise Thierry Delpit, spécialiste de l'innovation cinématographique chez CNfilms.

La projection stéréoscopique ne se contente plus de l'anaglyphe (lunettes rouge et bleu), le spectateur ne supportant pas ses aberrations chromatiques. Quant aux récentes techniques sur support argentique, elles impliquaient la combinaison de deux projecteurs ou l'utilisation d'un projecteur deux fois plus rapide. Dans les deux cas, l'instabilité du matériel limitait la qualité de l'effet.

Les projecteurs numériques s'affranchissent aujourd'hui de ces obstacles grâce à leur stabilité et leur haute fréquence d'affichage, jusqu'à 100 images par seconde. C'est la limite qu'attendait la 3D pour s'imposer. L'effet de relief provient de l'alternance d'une image conçue pour l'oeil droit et d'une suivante pour l'oeil gauche. Pour fonctionner, ce cycle doit se reproduire deux ou trois fois pour l'équivalent d'une image 2D. Comme le cinéma 2D fonctionne à 24 images par seconde, une fréquence de 100 hertz offre une bonne qualité de visualisation.

Eviter les maux de tête

Le cinéma en relief ECH19799072_1




Deux technologies s'affrontent pour destiner chaque image au bon oeil, chacune imposant des lunettes aux spectateurs. La méthode la moins coûteuse utilise une différence de polarisation. Devant le projecteur numérique, un filtre polarise l'image de l'oeil droit dans une certaine direction. La même polarité sur le verre droit laisse passer l'image tandis que l'autre verre, inversement polarisé, bloque l'image. Une fraction de seconde plus tard, le filtre du projecteur polarise l'image pour l'oeil gauche qui sera seul à la percevoir. Grâce à l'effet de rémanence du regard et au décalage des deux images, le cerveau reconstitue la scène en relief. Ce système utilise des lunettes à moins de 1 dollar mais il exige un écran aluminisé moins performant en termes de brillance, de résolution et de stabilité angulaire. Il offre du coup moins de souplesse aux exploitants.

L'autre technologie repose sur la synchronisation infrarouge du projecteur et des lunettes à cristaux liquides. Le verre de l'oeil droit s'assombrit lors de l'image destinée à l'oeil droit. Les lunettes coûtent cette fois des dizaines de dollars.

Si la projection en relief est mûre, de nombreux progrès doivent avoir lieu en amont, dans la production des films 3D. La réalisation de tels films est un casse-tête. Outre la lourdeur du dispositif de double caméra, le filmage doit respecter la distance optique des yeux. Avec les techniques actuelles, c'est quasi impossible de faire un zoom. L'éclairage des scènes est aussi compliqué. Les chercheurs devront concevoir des logiciels qui aident à simplifier les tournages. Les logiciels de postproduction devront aussi être révisés pour prendre en compte les métadonnées de tournage.

Le RIAM a déjà investi ce sujet puisqu'il finance un projet avec les informaticiens de l'Inria et Binocle, spécialiste du tournage 3D. L'objectif est de développer une plate-forme spécialisée pouvant recevoir plusieurs types de caméras numériques. Elle gérera les paramètres optiques comme la vergence. Chez Binocle, on explique qu'il s'agit aussi de mesurer quelle dureté de relief et quelle durée un spectateur peut supporter sans maux de tête.

Pour contourner le problème du tournage, les producteurs adoptent une autre stratégie consistant à tridimensionnaliser les films 2D. C'est ce que fait George Lucas dans « Star Wars ». La mise en relief est effectuée par un algorithme de la société IN3 mais l'intervention humaine reste nécessaire. En France, la PME innovante 3Dlized a investi ces technologies mais compte sur le RIAM pour automatiser le procédé.

La troisième dimension trouve enfin un argument inattendu : « Grâce aux jeux vidéo, les jeunes sont habitués à naviguer en 3D, ils ont moins de fatigue visuelle que les adultes », témoigne Lionel Bertinet, responsable de l'innovation au Centre national de la cinématographie.



MATTHIEU QUIRET
L'effet de relief provient de l'alternance d'une image conçue pour l'oeil droit et d'une suivante pour l'oeil gauche. Aujourd'hui, deux technologies s'affrontent pour destiner chaque image au bon oeil, chacune imposant des lunettes aux spectateurs. La méthode la moins coûteuse utilise cette différence de polarisation.

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire
livaste
livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 30177
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Le cinéma en relief Empty Re: Le cinéma en relief

Message  Invité le Dim 4 Jan - 12:03

Un avis tout personnel: ça ne m'intéresse pas du tout ce cinéma, il y a en plus le risque que tous les autres composants artistiques d'un film disparaissent au seul profit de la technologie 3D.
Déjà je trouve que les copies numériques ont fait perdre un certain charme aux projetions... Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le cinéma en relief Empty Re: Le cinéma en relief

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum