Dix ans pour édifier le rempart de la monnaie unique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dix ans pour édifier le rempart de la monnaie unique

Message  livaste le Jeu 1 Jan - 21:27

Analyse Lancé en 1999, l’euro a démontré son rôle stabilisateur en période de crise.


BRUXELLES (UE), de notre correspondant J.Q.



La crise sied à l’euro. Depuis que le tsunami bancaire et économique a déferlé sur l’Union, les critiques à l’égard de la monnaie unique se sont tues. Fini l’euro - trop - fort, l’euro dévoreur de pouvoir d’achat, l’euro ennemi de la croissance. Désormais, la monnaie unique, lancée le 1er janvier 1999 (les pièces et les billets faisant leur apparition le 1er janvier 2002), est parée de - presque - toutes les vertus. Elle a permis aux seize pays qui en sont membres (la Slovaquie adhérera demain, lire page suivante) d’échapper aux tourmentes qui emportent les unes après les autres les monnaies isolées. Au point que même les plus réfractaires envisagent de l’adopter : l’Islande, fière de son indépendance, mais en faillite, veut adhérer au plus vite à l’Union et à l’euro, le Danemark souhaite en finir avec son «opt out» monétaire, la Suède se tâte et la très eurosceptique Grande-Bretagne, dont la monnaie est presque à parité avec l’euro (- 30 % en un an), s’interroge

Piqûre de rappel. Les Européens avaient oublié ce qu’était une crise monétaire et les ravages qu’elle pouvait causer. Les dernières tourmentes remontent à 1995 et surtout à 1992-1993 (les crises asiatique et russe de 1997 et 1998 n’ont pas affecté l’Union, l’anticipation de la monnaie unique l’ayant protégée). La crise venue des Etats-Unis a servi de piqûre de rappel, ce qui explique le retournement spectaculaire des opinions européennes souligné par tous les sondages. Ainsi, une enquête qualitative menée il y a quelques semaines par Euro-RSCG auprès d’un panel de 200 Français a montré que tous les mots liés à l’Europe - euro, Banque centrale européenne (BCE), gouvernement économique - rassurent autant que «Livret A» ou «Barack Obama», c’est dire.

Le rôle stabilisateur joué par la BCE et son président, Jean-Claude Trichet, est désormais unanimement salué : là aussi, fini le temps des procès d’intention contre la tour d’ivoire où étaient censés vivre les «nains de Francfort». Nicolas Sarkozy, qui a présidé durant six mois l’Union, a vu qu’il pouvait s’appuyer sur cette institution et a fait de Trichet l’égal d’un chef de gouvernement en l’invitant à toutes les réunions européennes et internationales consacrées à la crise : «Je me suis trompé sur Jean-Claude Trichet, reconnaît en privé le chef de l’Etat. Il s’est montré bien plus pragmatique que je ne m’y attendais. J’ai eu tort lorsque je l’ai critiqué.»

La construction de l’euro, qui a réellement débuté en 1988, visait à mettre fin aux mouvements de change entre les pays de l’Union, mouvements qui perturbaient le bon fonctionnement du marché intérieur. Pour la France surtout, il s’agissait aussi de reconquérir son indépendance par rapport à l’Allemagne qui dictait la politique monétaire de ses partenaires. Difficile de contester que le but a été atteint. L’avènement de la monnaie unique a aussi permis une baisse sans précédent des taux d’intérêt : ceux, à court terme, fixés par la BCE ou, à long terme, déterminés par les marchés.

Pourquoi ? Parce que les marchés ont désormais confiance dans la capacité de la BCE à lutter contre l’inflation. Grâce à cette confiance dans l’euro, la France a pu emprunter en 2005 pour la première fois de son histoire à… cinquante ans. Sur le plan international, l’euro est aussi un succès, celui-ci étant devenu l’une des grandes monnaies de réserve mondiale (un quart des réserves des banques centrales contre 65 % pour le dollar). Mais, comme le note l’OFCE (1), «l’euro n’est pas encore devenu une monnaie globale, plutôt une puissante monnaie polaire dans une mondialisation régionalisée», ce qui n’est pas si mal pour un enfant de dix ans.

. Cela étant, la monnaie unique, si elle a réussi à assurer une stabilité intérieure, n’a pu à elle seule créer de la croissance, la politique monétaire n’étant qu’un des leviers de l’action économique. Et force est de constater que beaucoup de gouvernements se sont crus dispensés d’effectuer à temps les réformes structurelles indispensables, l’euro les protégeant de la sanction des marchés qui était immédiate dans un système de change flottant. Surtout, l’euro connaît sa première épreuve du feu : résistera-t-il à la crise qui pousse les gouvernements, confrontés à des menaces différentes, à jouer le chacun pour soi, ce qui accroît les risques de politiques économiques divergentes et donc, à terme, à une disparition de l’euro ?
(1) «La zone euro, une enfance difficile», lettre de l’Office français de conjoncture économique nº 304.

ceci n'est qu'une analyse , reste à savoir comment l'Euro resistera à la crise .

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire

livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27068
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum