anipassion.com

Immigration : le grand jour européen d'Hortefeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Immigration : le grand jour européen d'Hortefeux

Message  livaste le Jeu 16 Oct - 18:52

Guillaume Perrault
16/10/2008 |

Le ministre a convaincu les Vingt-Sept d'approuver ce pacte inspiré de la politique appliquée en France, celle d'une «immigration choisie». Crédits photo : Le Figaro
Le ministre de l'Immigration se félicite d'avoir obtenu une position commune de l'Europe.

Voilà un homme qui a le sentiment de revenir de loin. Brice Hortefeux assiste jeudi, lors du Conseil européen de Bruxelles, à la signature par les 27 chefs d'État et de gouvernement du «pacte européen sur l'immigration et l'asile», qu'il a négocié avec ses homologues. «C'est la première démonstration d'une volonté commune et d'une vision d'ensemble en matière d'immigration, se félicite le fidèle de Nicolas Sarkozy. Avec ce pacte, l'Europe agit sur un sujet concret.»

Le «pacte européen» s'inspire de la politique appliquée en France : organiser une «immigration choisie» en fonction des besoins des économies ; renforcer la lutte contre l'immigration irrégulière ; conclure des «accords de gestion concertée des flux migratoires» entre pays d'accueil et pays d'origine.

D'importantes différences subsisteront d'un pays à l'autre. Les Pays-Bas et l'Allemagne conservent une législation beaucoup plus stricte que la France en matière de regroupement familial. Mais, a contrario, Paris se réjouit que l'Espagne, dirigée par un gouvernement socialiste, ait accepté de renoncer aux régularisations massives. «Chaque pays membre démontre ainsi qu'il a conscience que sa politique en matière d'immigration a des conséquences pour ses voisins», insiste Hortefeux.

Celui-ci a donc le sentiment d'avoir traduit en actes les engagements de campagne de Nicolas Sarkozy en matière d'immigration et d'identité nationale, qui ne contribuèrent pas peu à sa victoire électorale.

Le baptême du feu fut pourtant violent. Peu familier du sujet et absorbé par la création de ce ministère inédit qui nécessitait d'arracher des directions jusqu'alors rattachées au Quai d'Orsay, à l'Intérieur ou aux Affaires sociales, Hortefeux n'avait pas prévu la tempête provoquée à l'automne 2007 par l'amendement du député UMP Thierry Mariani instituant des tests ADN facultatifs pour les candidats au regroupement familial.

Tout en faisant des concessions, Hortefeux choisit alors de ne pas céder en dépit de la violence des attaques. «J'en prends plein la tronche », confiait-il à l'époque. Au plus fort de la controverse, plusieurs ministres semblent lui tâter le pouls en lui serrant la main. «Ils n'ont pas de nerfs ! », s'énerve en privé Hortefeux. Reste que Sarkozy lui-même ne le soutient alors que du bout des lèvres.


Échapper à la «diabolisation»

Les associations proches de l'extrême gauche comme le Mrap préfèrent toutefois concentrer leurs attaques sur Mariani plutôt que sur Hortefeux. Soulagé sur ce point, le ministre de l'Immigration obtient finalement une victoire en demi-teintes. «J'ai mis le pied dans la porte», argumentait-il voilà un an.

Hortefeux parvient à faire en sorte que les crises suivantes - comme la grève des travailleurs étrangers en situation irrégulière - ne prennent un caractère aussi aigu. Il œuvre pour que la Cimade ne soit plus la seule association chargée par l'État d'aider les étrangers placés en centres de rétention. Ce qui déclenche une vive polémique avec les associations concernées.

Soucieux d'échapper à la «diabolisation», le numéro six du gouvernement multiplie les déplacements pour expliquer sa politique aux chefs d'État du continent noir.

Hortefeux s'est aussi adressé directement à des étudiants africains. «En Seine-Saint-Denis, un tiers de la population est de nationalité étrangère, a-t-il déclaré devant les élèves de l'université de Ouagadougou, au Burkina Faso. Un autre tiers est composé de Français d'origine étrangère et le troisième tiers de Français “de souche”, même s'il faut utiliser cette expression avec précaution, a-t-il poursuivi. C'est évident que cette situation pose des problèmes.»

Le recul manque encore pour apprécier toute la portée des changements intervenus. Le dossier des accords d'immigration avec l'Algérie n'a pas encore été traité. Mais Sarkozy apprécie en tout cas l'action et le style de son fidèle lieutenant, qui «ne se plaint jamais», comme il l'avait confié au Figaro cet été. Et Hortefeux se prend à espérer de décrocher enfin le ministère de l'Intérieur, qu'il ambitionnait en mai 2007, et qui lui avait alors échappé.


enfin , si la crise continue à avncer , ils ne viendront plus vers l'eldorado européens , puisque nous serons au moins aussi démunis que leurs pays !

_________________
Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.
Voltaire

livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27068
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum