Géorgie : Sarkozy convoque un Conseil européen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Géorgie : Sarkozy convoque un Conseil européen

Message  livaste le Dim 24 Aoû - 19:53

S.L. (lefigaro.fr) avec AFP
24/08/2008 | Mise à jour : 20:24 | Commentaires 25 .



Réunion de crise. L'Elysée annonce dimanche soir que la France a convoqué un sommet européen extraordinaire sur la Géorgie et «l'avenir» des relations UE-Russie. Cette réunion, précise la présidence, sera notamment consacrée «notamment aux suites que l'Union européenne a l'intention de donner [à la crise géorgienne], en ce qui concerne l'aide à la Géorgie».

Cette réunion intervient après un weekend de dialogue difficile avec Moscou, au cours duquel Paris avait menacé de réunir ce Conseil, comme le réclame notamment la Pologne, si la situation sur le terrain n'évoluait pas.

Or, depuis l'annonce de leur retrait vendredi, les forces russes maintiennent des positions avancées en Géorgie, bien au-delà des républiques séparatistes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie.


Dialogue difficile

Au cours d'un entretien téléphonique avec son homologue Dmitri Medvedev, Nicolas Sarkozy a demandé samedi un «retrait rapide des militaires russes présents sur l'axe Poti/Senaki», dans l'ouest de la Géorgie. Mais dimanche, les troupes russes dites de maintien de la paix tenaient toujours au moins six positions dans un rayon de 80 km autour de la ville portuaire de Poti.

Samedi également, la France a annoncé être parvenue à un accord avec la Russie sur «l'urgence de la mise en place d'un mécanisme international sous l'égide de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) pour remplacer les patrouilles russes dans la zone de sécurité au sud de l'Ossétie».

Une annonce démentie par le Kremlin, qui expliquait dans la soirée qu'«il n'avait pas été question» au cours de l'entretien téléphonique entre Nicolas Sarkozy et le président russe Dimitri Medvedev, «du remplacement des soldats de maintien de la paix russes par les forces de l'OSCE», laissant entendre que Moscou allait traîner les pieds sur ce dossier.

Dimanche, un conseiller du Kremlin a concédé indirectement que Paris et Moscou avaient des positions différentes sur l'accord de cessez-le-feu en Géorgie.


on verra si l'UE parvient à un point d'accord , je crois me souvenir que l'Italie soutenait la Russie .

livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27068
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Géorgie : Sarkozy convoque un Conseil européen

Message  livaste le Dim 31 Aoû - 17:20

Russie/Géorgie - La mise au point de Medvedev à la veille du sommet

Alors que les 27 se réunissent lundi pour décider de l'attitude à adopter face à Moscou, le président russe menace de prendre des sanctions contre d'autres pays.
La décision de reconnaître l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, unanimement condamnée mardi sur la scène internationale, est "irrévocable", a-t-il ajouté, rejetant un monde dominé par les Etats-Unis.
D.H. (avec agence) - le 31/08/2008 - 18h12



Le discours, à la veille du sommet extraordinaire à Bruxelles (conférence de presse à suivre en direct sur LCI.fr à 18h15 ce lundi), sonne comme un avertissement. Dmitri Medvedev a assuré dimanche que la Russie pouvait, elle aussi, décider de mettre en place des sanctions à l'encontre d'autres pays, même si elle n'y est pas favorable. Et ce alors que les 27 sont censés discuter lundi de l'attitude à adopter face à Moscou. Notamment sur l'opportunité de sanctions.

Si le Conseil européen ne devrait justement pas adopter de sanction, faute de consensus des dirigeants européens sur ce point (Paris et Berlin y sont opposés, préférant un "dialogue ferme" avec Moscou), le président russe prend donc les devants. "Nous ne sommes pas partisans de sanctions. On n'en prend que dans des cas extrêmes", a-t-il déclaré dans une interview à des chaînes de télévision russes. Le recours aux sanctions exige l'adoption de lois spéciales, a-t-il souligné, avant d'ajouter : "S'il le faut, nous pourrons adopter de telles lois". Il a toutefois souligné que cette option était "contreproductive".

Moscou rejette un monde dominé par les Etats-Unis

Autre mise en garde de Kremlin : il est hors de question pour la Russie de revenir sur sa décision de reconnaître l'indépendance unilatérale des régions séparatistes géorgiennes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie, pro-russes. Une décision qu'il dit "irrévocable". Dmitri Medvedev a même ajouté que Moscou apporterait une aide militaire à ces deux régions, outre l'octroi d'aides économique, sociale et humanitaire.

Sur un ton plus conciliant, le président russe a également affirmé que la Russie ne voulait pas être isolée sur la scène diplomatique et s'efforcerait de promouvoir ses relations avec les Etats-Unis et l'Union européenne. Ceci étant dit, la Russie "ne peut pas accepter un système mondial où les décisions sont prises" par les seuls Etats-Unis, a déclaré Dmitri Medvedev. Reste à voir si ce Nième discours ferme du Kremlin fera changer l'avis des dirigeants européens lundi à Bruxelles.


a suivre .....

livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27068
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Géorgie : Sarkozy convoque un Conseil européen

Message  livaste le Lun 1 Sep - 19:58

L'UE gèle les négociations avec Moscou

lefigaro.fr avec AFP
01/09/2008 | Mise à jour : 19:58 | Commentaires 32 .


Les 27 ont annoncé le report des négociations sur un partenariat renforcé avec la Russie, lundi, lors du sommet extraordinaire sur la Géorgie.

Resserrer les liens avec Moscou n'est plus à l'ordre du jour. L'Union européenne a décidé de reporter les prochaines réunions prévues pour négocier un accord de partenariat renforcé avec la Russie, a annoncé lundi soir le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, après un sommet extraordinaire des chefs d'Etat consacré à la Géorgie.

«Tant que le retrait des troupes sur les positions antérieures au 7 août n'aura pas été réalisé, toutes les réunions en vue de la négociation de l'accord de partenariat sont reportées», a annoncé le président de l'exécutif européen lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

«Nous reportons toutes nos réunions sur l'accord de partenariat stratégique», a confirmé Nicolas Sarkozy, président en exercice de l'UE, à ses côtés. »Cette crise signifie que nous devons réexaminer nos relations avec la Russie», a également estimé le président français. «Il faut être deux pour un partenariat».

La prochaine séance de négociations était prévue le 15 septembre à Bruxelles. Cet accord visait à renforcer les liens entre l'UE et la Russie, déjà liées par un accord de partenariat depuis 1997, notamment dans le domaine énergétique, un domaine dans lequel UE et Russie se reconnaissent «interdépendantes».


«Ne lançons pas une guerre froide»

En dehors de la suspension des négociations, Nicolas Sarkozy a exclu toute sanction formelle contre la Russie à ce stade. «Ne lançons pas une guerre froide comme cela, ne montrons pas les biceps, les démonstrations de force, les rodomontades, les sanctions, les contre-sanctions, cela ne servira personne», a-t-il insisté.

Le président français a souligné que «le consensus avait été relativement facile à obtenir» au sein de l'UE sur l'attitude à adopter face à Moscou. «Nous condamnons sans ambiguïté la réaction disproportionnée des Russes, et nous sommes conscients, nous en Europe, de notre responsabilité dans le maintien du dialogue avec nos voisins russes», a-t-il martelé.

José Manuel Barroso et Nicolas Sarkozy ont par ailleurs annoncé qu'ils se rendraient, accompagné du diplomate en chef de l'UE, Javier Solana, lundi 8 septembre à Moscou et Tbilissi, pour tenter de progresser vers un règlement du conflit, notamment d'obtenir un retrait des troupes russes de Géorgie.

«Il est clair qu'à la lumière des événements récents, nous ne pouvons pas continuer comme si rien ne s'était passé», a expliqué Barroso. «Ce sera l'occasion de refaire le point sur la situation. En particulier ce sera le moment de vérifier l'état de la mise en oeuvre des 6 points de l'accord de cessez-le-feu», négocié par Nicolas Sarkozy avec les présidents géorgien et russe le 12 août.

il me semble qu'il n'y a pas grand chose à faire en dehors de ce gel des accords , je ne crois pas qu'il serait intellgent et encore moins productif de relancer une guerre froide ou quelque chose d'approchant !

livaste
Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 27068
Date d'inscription : 14/01/2008

http://toute-la-droite.forumdediscussions.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Géorgie : Sarkozy convoque un Conseil européen

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:46


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum